Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Journée mondiale contre le travail des enfants : Educo appelle la communauté internationale, les gouvernements et partenaires au développement à veiller à la sécurité et aux Droits des enfants travailleurs

Accueil > Actualités > Société • Communiqué de presse • mercredi 12 juin 2019 à 15h00min
Journée mondiale contre le travail des enfants : Educo appelle la communauté internationale, les gouvernements et partenaires au développement à veiller à la sécurité et aux Droits des enfants travailleurs

« Le seul moyen par lequel l’enfant pourrait développer son
Imagination est l’éducation dans un cadre bienveillant »
Edouard Junior NDEYE, Directeur national de Educo au Burkina Faso

Il y a 17 ans, l’OIT (l’Organisation Internationale du Travail) déclarait le 12 juin, journée mondiale contre le travail des enfants. Il est assez important de mentionner l’importance de cette journée qui permet aux gouvernements et aux organisations de la société civile de promouvoir une meilleure protection des enfants contre les pires formes de travail en dénonçant d’une part les violences que subissent ces derniers et d’autres part d’attirer l’attention sur l’étendue du problème, qui est loin d’être résolu.

Selon une étude publiée par l’Organisation Internationale du Travail, 152 millions d’enfants étaient astreints au travail dans le monde en 2016, ce qui représente presque un enfant sur dix. Près de la moitié des enfants astreints au travail (soit 73 millions d’enfants) effectuaient un travail dangereux qui met directement en péril leur santé, leur sécurité et leur développement moral.

« Le travail des enfants regroupe l’ensemble des activités qui privent les enfants de leur enfance, de leur potentiel et de leur dignité et nuisent à leur développement physique et psychologique ». Il est l’un des principaux obstacles à l’éducation de ceux-ci du fait qu’il les prive de toute scolarisation. Il entraine d’importants risques notamment le risque pour la santé, l’accès limité à une éducation en raison de la mobilité, les risques de sexualité précoce, d’exposition aux IST/VIH-SIDA et les grossesses non désirées et précoces.

L’enquête nationale sur le travail des enfants (ENTE) réalisée en 2006 au Burkina Faso par l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) indique que 41,1% des enfants de 5 à 17 ans sont économiquement actifs, soit 1 558 869 travailleurs dans plusieurs secteurs d’activités. Le secteur de l’agriculture vient au premier rang avec 69,2% d’enfants travailleurs.

En tant que ONG de développement et d’action humanitaire avec une approche basée sur les Droits des Enfants notamment le droit à l’éducation et à la protection, Educo s’engage à défendre et à garantir les droits de tous les enfants sans distinction.

Educo estime que l’éducation est un droit inhérent pour tous les enfants d’où l’élimination de tout ce qui encouragerait le travail des enfants afin de leur garantir une éducation de qualité. C’est en cela que Educo s’aligne sur le thème retenu par l’OIT en cette 17e journée mondiale contre le travail des enfants selon lequel : « la seule chose qu’un enfant devrait faire travailler est son imagination ».

Au Burkina Faso, 40,1% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (moins de 500 FCFA/jour). La région Nord est l’une des régions les plus pauvre avec 70.4 de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté . Plusieurs enfants sont ainsi enclins au travail d’enfant et la situation sécuritaire de la zone constitue un facteur favorisant.

En effet, nombreux sont les enfants qui se déplacent pour des raisons liées à leur sécurité ou celle de leur famille, ou parce que les conditions de vie ne leur permettent plus de satisfaire les besoins essentiels. Certains migrent vers les sites d’orpaillage, appelés à travailler dans des conditions dangereuses et malsaines dans les mines. D’autres migrent vers des villes dans l’espoir de trouver un emploi afin de travailler comme filles domestiques ou pour servir de main d’œuvre dans la culture maraichère et le petit commerce (les garçons surtout). Les filles et les garçons migrants, sans accompagnement, sont alors exposés à toutes sortes de danger dont les pires formes de travail.

A cette problématique, Educo contribue à apporter une réponse à travers la mise en œuvre de plusieurs projets dont le Projet de réduction de la vulnérabilité et de promotion du droit à la protection des enfants face aux migrations à risque et à l’exploitation par le travail (PREMET) et le Projet intégré de promotion et de protection des droits humains des populations des sites d’orpaillage au nord du Burkina Faso (PROPRES) .

A travers ces projets, 147 enfants en mobilité ou à risque ont bénéficié d’un accompagnement socio-éducatif et d’insertion socio-économique. 252 enfants travailleurs ou à risques d’exploitation par le travail sur les sites d’orpaillage ont fait l’objet d’une insertion ou réinsertion dans le système scolaire classique et de formation professionnelle.

En ce 12 juin 2019, Educo lance un vibrant appel à la communauté internationale, les gouvernements et partenaires au développement à veiller à la sécurité et aux Droits de ces enfants travailleurs. La communauté internationale se doit de renforcer le cadre institutionnel qui protège les Droits des Enfants et des adolescents ; les gouvernements et les partenaires doivent assurer le suivi et l’application des politiques ainsi que des législations internationales et nationales sur la protection de l’enfance.

Educo Burkina
Contact Presse : Evodie Kanléfé LOMPO
Tel. : 76 56 46 83/ 71 64 76 28
Courriel : evodie.lompo@educo.org

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Vivre ensemble au Burkina : L’« Appel de Manéga » officiellement lancé
Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie
Société Africaine de Génétique : La section nationale du Burkina, SAGE-Burkina, est en place
Action humanitaire dans un contexte d’insécurité au Burkina Faso : défi de la prise en compte des droits de l’enfant
Centre universitaire polytechnique de Dori : L’UGEB exige la reprise des évaluations du 6 juin
Résultats du premier tour du BEPC à Ouagadougou : Des candidats entre joie et tristesse
Développement durable : Global Green Growth Institute renforce les capacités des acteurs gouvernementaux
IBAM : 72 heures d’activités pour renforcer le partenariat avec les entreprises
Assemblée nationale : Le PROCAB fait le bilan de ses activités
Alliance police nationale : « Aucune sanction ne peut ébranler la détermination de notre syndicat » (Ousmane Ouédraogo, SG adjoint)
Message de madame le ministre de la santé à l’occasion de la journée mondiale du donneur de sang, le 14 juin 2019
Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme : Plaidoyer pour faire de l’albinisme une question de santé publique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés