Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Conflit foncier : « Le retrait d’un site au profit d’une confession religieuse est une injustice qui porte les germes d’une crise », CDAIP

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 23 mai 2019 à 10h17min
Conflit foncier : « Le retrait d’un site au profit d’une confession religieuse est une injustice qui porte les germes d’une crise », CDAIP

La Coordination des comités de défense et d’approfondissement des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP) de l’ex- arrondissement de Sig-Nonghin a animé une conférence de presse dénonçant « la tentative d’accaparement du site maraichage sur la rive du barrage jouxtant l’échangeur du Nord par le pasteur Kouma Kaboré, afin d’étendre son église ». Une situation condamnée par le CDAIP pour qui ce sont des manœuvres « visant à les déposséder de leurs moyens de production ».

L’Eglise des Assemblées de Dieu « Viim Kuilga » a été accusée de tentative d’accaparement d’un site de maraichage le 23 mai 2019. Selon les conférenciers, le 14 mai 2019, les maraichers, une centaine ont reçu de la part d’un huissier de justice une sommation de libérer les lieux. Une sommation qui fait suite à la requête de l’Eglise des Assemblées de Dieu-Burkina Faso « Viim Kuilga ».

Pour les conférenciers, en date du 12 novembre 2018, un arrêté avait attribué au pasteur Kouma Kaboré un terrain d’une superficie de 8772 mètres carrés. Mais ce dernier, au lieu de se contenter de son terrain, a informé les maraichers que leurs champs étaient devenus sa propriété, et qu’ils devaient quitter les lieux. Suite à une protestation des maraichers, le pasteur aurait proposé aux maraichers la cession de leurs terres contre une somme de 1.000.000 de F CFA. Une offre déclinée par les maraichers qui préfèrent garder leurs terres. Les maraichers ont également saisi « le maire de l’arrondissement n°3, mais ils ont été abandonnés à leur triste sort face à un puissant pasteur qui veut les déguerpir », selon les conférenciers.

Ils exigent désormais, « une identification et l’aménagement d’un site pour la réinstallation des maraichers, le dédommagement conséquent pour compensation de production et perturbation d’activités et le dédommagement conséquent de tous les puits et arbres appartenant aux maraichers ». Ils ont jugé que « le retrait d’un site au profit d’une confession religieuse est une injustice qui porte les germes d’une crise », car le maraichage est pour eux une activité leur permettant de se prendre en charge.

Edouard K. Samboé
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Vivre ensemble au Burkina : L’« Appel de Manéga » officiellement lancé
Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie
Société Africaine de Génétique : La section nationale du Burkina, SAGE-Burkina, est en place
Action humanitaire dans un contexte d’insécurité au Burkina Faso : défi de la prise en compte des droits de l’enfant
Centre universitaire polytechnique de Dori : L’UGEB exige la reprise des évaluations du 6 juin
Résultats du premier tour du BEPC à Ouagadougou : Des candidats entre joie et tristesse
Développement durable : Global Green Growth Institute renforce les capacités des acteurs gouvernementaux
IBAM : 72 heures d’activités pour renforcer le partenariat avec les entreprises
Assemblée nationale : Le PROCAB fait le bilan de ses activités
Alliance police nationale : « Aucune sanction ne peut ébranler la détermination de notre syndicat » (Ousmane Ouédraogo, SG adjoint)
Message de madame le ministre de la santé à l’occasion de la journée mondiale du donneur de sang, le 14 juin 2019
Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme : Plaidoyer pour faire de l’albinisme une question de santé publique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés