Recensement fiscal 2019 : 250 agents recenseurs vont identifier et géo-localiser les contribuables de Ouaga et Bobo

LEFASO.NET | Par Moussa Diallo

Publié le mercredi 13 février 2019

Recensement fiscal 2019 : 250 agents recenseurs vont identifier et géo-localiser les contribuables de Ouaga et Bobo

Du 13 février au 12 avril 2019, 250 agents recenseurs vont sillonner Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et les communes rurales environnantes. Deux mois durant, ils vont identifier et géo-localiser les contribuables de ces localités. Cette opération de recensement devrait permettre une meilleure connaissance du potentiel et ainsi mieux gérer la population fiscale des régions du Centre et des Hauts-Bassins. C’est le secrétaire général du ministère de l’Economie, des finances et du développement, Abel Seglaro Somé, qui a présidé la cérémonie officielle de lancement de l’opération de recensement fiscal 2019, le mercredi 13 février à Ouagadougou.

Les ressources propres du Burkina sont constituées essentiellement de recettes fiscales recouvrées auprès des contribuables. Mais, il existe un écart significatif entre les contribuables identifiés et la norme théorique. Ce qui dénote de la non maîtrise du portefeuille des contribuables, d’où une déperdition importante des recettes fiscales. A titre d’exemple, le nombre de contribuables théoriques immatriculés à Ouagadougou est de 54 371 (source IFU) pour une population citadine de plusieurs millions et à activités variées.

JPEG - 131.2 ko
Adama Badolo, DGI

Dans le souci d’élargir l’assiette fiscale et d’avoir une imposition et un recouvrement optimal des recettes fiscales, la Direction générale des impôts (DGI) a initié un recensement fiscal dans les régions du Centre et des Hauts-Bassins qui apparaissent peu fiscalisées. Le recensement portera aussi bien sur les personnes imposables, la matière imposable (foncier urbain et périurbain) que les activités qui sont exercées.

Ce, avec l’appui du projet Gouvernance économique et participation citoyenne de la Banque mondiale. L’objectif de cette opération est donc de permettre à la DGI d’avoir une meilleure connaissance du potentiel fiscal des deux régions, la maîtrise de l’assiette fiscale ainsi que l’établissement des impositions en vue d’accroitre les recouvrements des impôts et taxes.

« Dans notre pays, le secteur informel est très important, il est de l’ordre de 70% des contribuables et ils ne sont pas tous connus de l’administration fiscale. Donc, ce recensement fiscal va nous permettre de les connaître tous et de leur réclamer l’impôt chacun en fonction de son chiffre d’affaires, du volume de ses activités », a expliqué Adama Badolo, le Directeur général des impôts.

JPEG - 109.8 ko
les officiels

Cette phase de collecte des données sur le terrain se fera à l’aide des terminaux mobiles sur lesquelles sont installés tous les logiciels et données permettant la saisie en ligne des données, la géo-localisation et la lecture des cartes. « Nous attendons des livrables de qualité au soir du recensement avec une base de données fiables », a précisé Adama Badolo, s’adressant au prestataire IBG qui a procédé au recrutement des 250 recenseurs à qui il est exigé discipline, respect de la déontologie et des citoyens. « Nous vous encourageons à vous approprier et à appliquer les techniques de recensement qui vous ont été inculquées par le cabinet IBG lors de la formation des acteurs et à vous mettre sans délai au travail », a martelé le DGI.

JPEG - 116.3 ko
les participants

C’est le secrétaire général du ministère de l’Economie, des finances et du développement, Abel Seglaro Somé, qui a présidé la cérémonie officielle de lancement de l’opération. « Cette opération permettra à la DGI de relever le défi de la mobilisation optimale des recettes propres de l’Etat et des collectivités territoriales que nous impose le respect de notre engagement à accompagner la décentralisation intégrale dans notre pays », a-t-il rappelé.

« Une fiabilisation des fichiers passe aussi par un bon recensement qui, à terme, facilitera la relance des contribuables défaillants au regard de leurs obligations déclaratives. Ce recensement permettra également de mieux gérer la population fiscale des régions du Centre et des Hauts-Bassins et partant, de déterminer les défaillants que vous relancerez. Ces relances apporteront un regain dans le recouvrement des impôts et taxes pour l’Etat et pour les communes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso », a-t-il ajouté.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Lire aussi : Direction générale des impôts : Une opération de recensement fiscal pour mieux maîtriser le potentiel

Messages

  • Commencez par rendre vos services accessibles et vos collaborateurs moins arrogants. Si pour enregistrer un contrat il faut faire au moins trois semaines, c’est pas la peine.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.