Promotion de l’agriculture urbaine : Les villes de Milan et Ougadougou lancent un « beau » projet

LEFASO.NET | Par Edouard K. Samboé

Publié le mardi 12 février 2019

Promotion de l’agriculture urbaine : Les villes de Milan et Ougadougou lancent un « beau » projet

Le maire de la Commune de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé a lancé la composante agriculture urbaine du projet : « Entreprises sociales innovatrices et participation des migrants pour l’inclusion sociale au Burkina Faso », ce mardi 12 Février 2018, sur le site de la ceinture verte de Bangpooré (arrondissement 4 de Ouagadougou).

C’est un projet développé en partenariat avec les ONG italiennes « MANITESE » et « ACRA », d’un coût global de 46.567.699 FR CFA. Le projet se veut un soutien aux bonnes pratiques d’agriculture et de productions alimentaires urbaines, en particulier le maraîchage urbain géré par les femmes e prenant en compte les volets culture, transformation et distribution.

De nos jours, l’agriculture traditionnelle à tendance à disparaitre, alors que la population augmente. Pour répondre aux besoins alimentaires et commerciaux des populations, « l’agriculture urbaine » a été expérimentée. Jugée satisfaisante depuis l’Italie, cette agriculture est en voie d’être mise en œuvre dans la ville de Ouagadougou. C’est dans cette perspective que se justifie le lancement du site d’expérimentation de cultures maraîchères « agriculture urbaine » au profit des femmes de Bangpooré dans l’arrondissement N°4 de Ouagadougou.

En attendant que le projet puisse atteindre un plus grand nombre de femmes de la ville, avec l’appui des ONG italiennes « MANITESE » et « ACRA », les femmes de Bangpooré se disent ravies d’être les pionnières. Pour cette activité, elles bénéficieront d’un accompagnement en semences et en équipements de travail. Plusieurs écoles de la ville de Ouagadougou seront associées à la maitrise de la technologie appliquée au développement des filières agroalimentaires.

Des échanges de délégations entre la ville de Milan et celle de Ouagadougou seront organisés afin de fertiliser le partenariat et le savoir-faire. Au fur et à mesure de son évolution, le projet sera étendu sur toute la superficie de la ceinture verte. A l’heure actuelle, il ne couvre qu’un hectare dans lequel s’activent une cinquantaine de femmes.

Pour Elena Scanterla de l’ONG ACRA : « Les cultures locales non seulement sont de bonnes qualités, mais elles protègent l’environnement ». Cependant, regrette-t-elle, les femmes ne sont pas encouragées dans cette activité. Quant au maire de la Commune de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé, il a bien accueilli le projet, avant d’ajouter qu’il est consigné dans le programme de mandat du Conseil municipal qui est de : « faire de la préservation des ressources naturelles un levier pour la promotion de l’emploi en milieu urbain et un vecteur pour l’assainissement du cadre de vie des habitants ». Une position soutenue par Domenico Bruzzone de la Coopération italienne qui n’a pas exclu d’autres initiatives qui pourraient renforcer le partenariat entre la ville de Ouagadougou et celle de Milan.

Edouard K. Samboé
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Messages

  • bonjour ces avec un coeur plein de joie que je salut haut et fort Mr le maire centrale de Ouagadougou et ces proches ainsi que ces ami(es) italiennes qui on acceptér le financement de ce projet qui va réduire le nombre de chaumage et des légumes prope a la conssomation ainsi que l’air naturel pour pour notre beaux capitale.que dieu bénisse.et donne long vie a ce projet.
    vive la ceinture verte.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.