Gouvernement : Les cadres des secteurs de l’emploi et de la formation professionnelle demandent un ministère plein

Publié le samedi 9 février 2019

Gouvernement : Les cadres des secteurs de l’emploi et de la formation professionnelle demandent un ministère plein

Dans la dénomination des ministères du gouvernement Dabiré 1, le ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelles est devenu ministère de la Jeunesse et de la Promotion de l’entreprenariat des jeunes. Ce changement de nom a des implications qui ne sont pas du goût des membres du Syndicat autonome des cadres en emploi et en formation professionnelle (SACEFP). Ils ont tenu à le dire au président du Faso, à travers cette lettre ouverte.

A
Son Excellence, monsieur le président du Faso, président du Conseil des ministres
Excellence monsieur le président du Faso,

Par décret numéro 2019-0042/PRES/PM en date du 24 janvier 2019, portant composition du gouvernement, les membres du gouvernement dirigé par monsieur Christophe Joseph Marie Dabiré étaient mis en place.

A la lecture de la composition de ce gouvernement, nombre de changements de dénomination de départements sont constatés. La présente a pour objet de donner notre lecture du changement qui concerne notre département, l’ex-ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelles (MJFIP), rebaptisé par ce décret ministère de la Jeunesse et de la Promotion de l’entreprenariat des jeunes. Notre constat de ce changement en tant que partenaire social est empreint d’appréhensions et d’inquiétudes multiples pour un certain nombre de raisons sur la base desquelles nous formulons des suggestions.

Constats faits sur la nouvelle dénomination :

 une dénomination doublement réductrice : la matière et la cible
L’emploi est un concept plus large qui recouvre aussi bien le salariat et les professions indépendantes. Les politiques d’emploi concernent donc, au-delà de l’entreprenariat, l’intermédiation sur le marché du travail, l’organisation des acteurs de l’économie informelle, les stratégies d’insertion des formés aux métiers. La politique de création et de consolidation de l’emploi comprend donc, entre autres, la promotion de l’entreprenariat des jeunes et ne saurait s’y limiter.

En outre, la dénomination actuelle est réductrice au niveau de la cible. Au Burkina Faso, la Politique nationale de la jeunesse définit le jeune comme toute personne dont l’âge est compris entre 18 et 35 ans. Le chômage ne concerne pas que cette cible dans notre pays, même si elle constitue le plus grand nombre. C’est dans ce sens qu’en matière de formation professionnelle, des stratégies de reconversion professionnelle et des mécanismes de validation des acquis de l’expérience sont développés et ne concernent pas seulement les jeunes.

De plus, les financements des projets ne concernent pas seulement les projets des jeunes mais touchent également les personnes ayant plus de 35 ans.
Une dénomination qui marque un recul par rapport aux avancées entamées depuis 2001

En rappel, c’est en 2001 que pour la première fois, la question de la jeunesse a été rattachée à celle de l’emploi avec la création du Ministère du travail, de l’emploi et de la jeunesse (MTEJ). L’argument qui avait prévalu était qu’il fallait orienter la jeunesse sur des thématiques qui la préoccupent plus.

L’évolution amena à la création en 2006 du Ministère de la jeunesse et de l’emploi (MJE), en vue de recentrer la question de l’emploi au cœur des préoccupations. Dans la foulée, et pour répondre aux préoccupations posées en 2005, fut créé en 2007, un corps spécifique à ces domaines, les conseillers et assistants en emploi et en formation professionnelle, dont la première promotion est sortie de l’ENAM en juillet 2009.

En 2011, la volonté fut mieux marquée avec la création du Ministère de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l’emploi (MJFPE). Avec la jonction de la Formation professionnelle, même si par la notion d’Emploi, la formation professionnelle qualifiante, qui est un des moyens, a fait partie des attributions de ce ministère depuis 2001. Sans doute que cette dénomination de l’époque avait pour but de clarifier davantage les attributions. Le ministère devint complet, avec la cible principale, l’outil et le but.

Revenir sur toutes ces avancées pour parler de Jeunesse et Promotion de l’entreprenariat des jeunes est un véritable recul qui nous ramène à la situation d’avant 2001 c’est-à-dire reléguer au second plan la formation professionnelle et l’emploi de l’activité gouvernementale.

Notre souci à travers la présente est relatif à la clarté et à la cohérence pour des actions efficaces en faveur des populations en général et des jeunes en particulier.

Pour un souci de clarté : notre souhait légitime en tant que cadres des secteurs de l’emploi et de la formation professionnelle est de disposer d’un MINISTERE plein DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE l’EMPLOI à même de nous permettre d’accomplir, avec le concours d’autres acteurs du domaine, les nobles missions qui nous sont dévolues, c’est-à-dire trouver une qualification professionnelle et de l’emploi pour la population active en général et les jeunes en particulier.

Toute chose qui n’est qu’un vœu et qui peut être pris en compte. Il est clair que le politique est libre, en fonction de ses orientations et ses choix de rattacher la formation professionnelle et l’emploi au département ministériel qui lui convient le mieux.

Cela relève de son pouvoir discrétionnaire. Seulement, en tant que partenaire social, notre souci est que cela soit fait de façon explicite, pour couper court aux interprétations multiples et aux subjectivités. Par exemple, le souci de clarté qui a conduit à mentionner la PROMOTION DES LANGUES NATIONALES et L’ACTION HUMANITAIRE dans la dénomination respectivement de l’ex-MENA et de l’ex-MASFPG aurait au moins conduit à maintenir la clarté dans la FORMATION PROFESSIONNELLE et de L’EMPLOI dans la dénomination de leur département de rattachement, et ainsi éviter autant que possible les allusions.

La cohérence : en rappel, tous les nouveaux corps créés à la fin des années 2000 ont un ministère plein ou au moins un ministère incluant de façon claire leur domaine d’action : le personnel de la culture et du tourisme au ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme ; le personnel des droits humains au ministère des Droits humains et de la Promotion civique, le personnel d’éducation féminine au ministère en charge de la Femme, etc.

Notre corps a été mis en place pour des questions spécifiques d’emploi et de formation professionnelle. Les dénominations des différents ministères depuis 2001 permettaient sans autres précisions de voir notre ministère de rattachement.

En outre, la dénomination actuelle du département pose problème car « la promotion de l’entreprenariat des jeunes » est une thématique des questions de jeunesse. Cela est consacré par les nombreux textes d’orientation nationaux comme internationaux.

C’est le cas de la Politique nationale de jeunesse et des textes de la CONFEJES, dont se sont sans doute inspirés les rédacteurs du décret 2017-0148/PRES/PM/SGG-CM, du 23 mars 2017, portant attributions des membres du gouvernement.
Il y est clairement stipulé, à l’article 21, que le MJFIP « est chargé en matière de jeunesse » :

 de l’éducation, de l’animation et de la promotion de la jeunesse en dehors du cadre scolaire ;
 de la règlementation et du suivi des mouvements et organisations de jeunesse ;
 …. ;
 de la promotion de l’entreprenariat des jeunes et de l’économie sociale et solidaire ».

Autrement dit, qui parle de politique de jeunesse parle de promotion de l’entreprenariat des jeunes.

Par conséquent, la promotion de l’entreprenariat des jeunes, au sens strict, ne renvoie ni à l’emploi dans sa globalité encore moins à la formation professionnelle.
Notre seul souci, l’efficacité dans les actions : une dénomination claire et sans ambigüité n’invite qu’à l’action immédiate dans laquelle le rôle et les missions de chacun coulent de source. Elle fait l’économie d’organigramme à polémique, source de tergiversations et de perte inutile de temps. Elle a aussi l’avantage de mieux orienter les partenaires qui verront un interlocuteur clairement identifié.

Le rôle dévolu aux secteurs de l’emploi et de la formation professionnelle est si crucial dans le contexte de diminution du nombre de places à pourvoir dans les recrutements de la fonction publique. Il n’y a que les actions concrètes de formation de la population et le développement de politique d’emploi (salarié et indépendant), d’insertion des formés aux métiers, d’organisation et de structuration du secteur informel qui soient à même de donner un espoir d’un lendemain meilleur aux populations.

Nos craintes légitimes : notre inquiétude avec une telle dénomination aussi réductrice, c’est le retour des vieilles méthodes, inefficaces, à l’image de ce qui a prévalu aux derniers moments du MJE, avant la création du MJFPE, avec les actions d’éclat, sans résultats palpables. C’est ce qui avait du reste conduit les gouvernants d’alors à revenir en 2011 dans le concret avec la création du Ministère de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l’emploi (MJFPE). Cette dénomination s’expliquait par le fait qu’il fallait mettre l’accent sur les politiques d’emploi et de formation professionnelle pouvant déboucher à l’emploi consolidé pour les populations.

Telles sont nos préoccupations et nos appréhensions, Excellence, au sujet du changement d’orientation de notre département.

Au regard de tous ces éléments développés, nous souhaitons que des mesures règlementaires soient prises dans le sens du rétablissement de la clarté et de la cohérence qui ont prévalu aussi bien dans la dénomination que dans les attributions de notre département de 2001 au 24 janvier 2019. La situation actuelle, nous l’espérons, relève d’une omission comme cela a pu être constaté, de par le passé, dans les formations de gouvernements dans notre pays.

Cela contribuera fortement, nous n’en doutons point, à l’efficacité dans l’action de notre département.

Le Secrétaire Général
Moussa BANGRE

NB : Le titre est du journal

Messages

  • Des gens qui se disent des cadres de ce pays et qui réfléchissent de la sorte,ça fait vraiment pitié comme s’il suffisait d’avoir un ministère plein en ceci,en cela pour que tout se met à marcher comme sur des roulettes.Pour moi,même le ministère plein que vous demandez n’a aucun sens tout comme d’ailleurs l’actuel ministère que vous fustigez d’autant qu’on avait déjà un ministre de la fonction publique,du travail et de la protection sociale.Ceci pour dire qu’il y a trop de doublons car le pays n’avait pas besoin d’autant de ministères pour fonctionner mais comme il faut donner à manger à ses courtisans,on multiplie le nombre des ministères à l’infini.Tenez,par exemple aux USA,le nombre des ministres ne dépasse guère le chiffre 15 mais ça marche.Y en a marre de ces bébés gâtés qui se mettent chaque fois à pleurnicher sans raison.Du grand n’importe quoi

    • Mon cher, il faut éviter de reagir avec émotion.Ce qui est dénoncé ici est le fait qu’on ait oublié l’emploi et la formation professionnelle dans ce gouvernement de telle sorte que les acteurs ne se retrouvent plus.Juste des inquiétudes soulevées et des pistes de solution proposées

    • Inquiétude pour qu’elles raisons ? Votre employeur bsait pourquoi il a recruté votre profil, et il saura vous utilisez à bon escient. Pourquoi excité inutilement ou bien ya des non dits ?

    • Cherche dans la composition du gouvernement et tu trouveras ce que tu recherches.Il ne faut pas prendre les gens qui organisent les ministères pour des idiots.On veut ministère plein gnan gnan gnan,on veut ça gnan gnan gnan oh là là là ça suffit maintenant

    • je pense qu’il serait souhaitable que tu retournes dans le texte, bien lire et bien comprendre avant tout commentaire . le titre du texte ne cadre pas avec le contenu. le domaine de l’emploi et la formation professionnelle ne ressortent dans aucun des dénomination dans 32 ministères. Je te rappelle que l’EMPLOI et la FORMATION PROFESSIONNELLE ressortent clairement dans les 14 secteurs de planification de notre pays, donc ce sont des priorités du moment. sur le plan protocolaire, ça veut dire beaucoup de chose.

  • Il faut éviter de reagir avec émotion.Ce qui est dénoncé ici est le fait que l’emploi et la formation professionnelle ne ressortent pas clairement dans les denominations des différents ministères.Ce qui fait que les acteurs publics comme privés de ces secteurs ne se retrouvent plus.Des inquiétudes sont alors soulevées et des pistes de solution proposées.Personne ne fustige l’actuel ministère, juste des avis que les uns et les autres donnent.

    • @YAMPUKRI,de quelle inquiétude vous parlez alors que vous disposez toujours des mêmes bureaux pour travailler pour ceux qui ont encore un minimum de conscience professionnelle.Ensuite vous percevez régulièrement vos salaires par mois sans rien foutre pour la plupart d’entre vous puisque le chômage est toujours endémique dans ce pays et dans votre désœuvrement,ce qui vous motive le plus avec cette sortie,c’est d’avoir un interlocuteur direct à savoir un ministre plein afin de lui mettre la pression pour vos revendications farfelues.Dans ce pays de savane,on se connait trop maintenant.Arrêtez vos conneries car dans certains pays,la formation professionnelle est gérée par de simples agences et la jeunesse est rattachée au ministère du sport

  • Bonjour.
    Ce serait peut être plus prudent d’attendre le contenu du décret portant attributions des membres du Gouvernement avant tout jugement.

    • On ne peut plus écrire une lettre à qui on veut dans ce pays là ? Qui de droit avisera au moment opportun personne ne pourra museler quelqu’ un ici encore.Ceux qui sont dans des jeux troubles n’ ont qu’ à quitter dans ça.S’assoir attendre un decret et cela changera quoi ? Les commentaires sont libres en tout cas.QUI DE DROIT AVISERA.POINT BARRE, LE RESTE ON S’EN FOUT

  • N’importe quoi. Connaissez-vous les rôles et les fonctions qu’un syndicat doit remplir ? Si tel est votre élan et allure syndical, vous êtes partiis pour capituler dans votre organisation. Ca frise le ridicule. Une organisation syndicale qui se respecte ne tombe pas dans de telle platitude argumentaire. En quoi l’architecture d’un Gouvernement voire la dénomination d’un Ministère doit-il faire l’objet d’un élément de lutte syndicale ? L’architecture d’un gouvernement relève de l’ordre du politique et ne saurait être le lieu d’un quelconque marchandage des intérêts égoïstes et individuels ou des questions de positionnement dans l’Administration. Vous pensez que c’est la dénomination du Ministère qui fait de vous des agents public’s de l’Etat ? Dommage et dommage avec une bande d’ignorants coallisés comme ça le Burkina ne finira pas de sortir du sous développement avec des mentalités très arriérées comme la vôtre.Imaginez que chaque catégorie professionnelle revendique la cohérence entre l’emploi et la dénomination de l’institution, qu’adviendrais-je ? Le Ministère de la Fonction Publique est-il me cohérence avec la catégorie professionnelle GRH ? Me sont -ils pas pour autant des agents de ce Ministère. Les dispositifs que vous revendiquez, connaissez-vous les contenus. On verra tout dans ce pays.

    • Il n ya pas plus ridicule que vous soit disant homme fort.est ce qu’ on a beaoin d’ insulter pour faire passer une idée.Eviter de réagir avec émotion, je me demande si vous avez lu le contenu de la lettre avant de venir pondre des inepties ici.AU MOMENT VENU QUI DE DROIT AVISERA.L’EAU VERSEE NE PEUT PLUS ETRE RAMASSÉE.Je vous invite à lire la lettre, ça vous eviter des insomnies.Rien de mauvais dedans

    • Franchement, je me demande si vous avez pris au moins la peine de lire l’élément. Arrêtez ça, la titrologie n’ai jamais fait avancer un pays. Si vous n’avez rien à dire, taisez vous !

    • Parce que c’est toi qui défini ce qui doit faire l’objet de lutte dans ce pays ? toi tu es qui. si tu n’as rien a dire, passe ton chemin.

  • YAMPUKRI
    J’imagine que ces cadres de l’emploi et de la formation professionnelle sont rattachés à la mairie de Ouagadougou puisque vous dites qu’on les a oubliés.

    • Vous avez quel problème avec les cadres en emploi ? La lettre ne vous ait pas adressée, permettez aux cadres de lutter pour leur epanouissement.La lutte n’ est pas une chose aisée surtout si on est un jeune syndicat animé par de jeunes cadres.Mais c’ est pas pour autant qu’il faille dormir et attendre tout de l’autorité.Qui de droit avisera au moment opportun.

    • YAMPUKRI,
      on ne va pas dilapider notre argent commun, déjà largement insuffisant pour lutter contre le terrorisme et assurer le développement du pays, pour financer des futilités.

      Dans votre logique, il faudrait un ministère plein du secteur informel pour les personnes opérant dans le secteur informel. Ensuite, les agents des banques et assurances demanderont un ministère plein des services financiers.
      Puis, les chasseurs demanderont un ministère de la chasse. N’oubliez pas les restaurateurs, les boulangers et associés car ils ne seront pas contents si vous ne créez pas un ministère de la restauration.
      Vous voulez dilapidez nos maigres ressources et vous nous demandez de nous taire.
      La formation professionnelle se fait dans les écoles professionnelles du primaire, du secondaire et du supérieur. Elle se fait dans des structures non affiliées à ces 3 secteurs aussi car plusieurs personnes apprennent sur le tas, en maçonnerie, soudure, menuiserie, restauration, agriculture, etc.

  • Franchement, je me demande si vous avez pris au moins la peine de lire l’élément. Arrêtez ça, la titrologie n’ai jamais fait avancer un pays. Si vous n’avez rien à dire, taisez vous !

  • La dénomination d’un département ministériel est tout aussi importante que les missions qui lui sont confiées et dont la dénomination doit justement permettre d’entrevoir dans leur globalité. Dans ce cas précis la dénomination « Ministère de la Jeunesse et de l’Entreprenariat des Jeunes » est très réductrice à la fois du point de vue de la population cible que du champ d’intervention ». Cette dénomination ne laisse entrevoir ni l’emploi dans sa globalité mais une partie (la promotion de l’entreprenariat), ni la formation professionnelle, qui sont les deux autres domaines de compétences du Ministère en plus de la promotion de la Jeunesse.
    Je pense que c’est l’essentiel du message .

  • Vraiment évitez de tomber ci bas . En quoi la dénomination d’un ministère vous empêche de travailler . En intellectuels vous devriez plutôt chercher à voir le cahier de charge du nouveau ministère car c’est cette lettre de mission qui est importante . le nom du ministère ne veut rien dire . Tous ces 32 ministères pourraient du reste être regroupés en seulement 6.
    Revoyez donc votre manière de réflexion stratégique et travaillez plutôt à démontrer aux burkinabé comment vous allez délivrer des résultats en matière de formation professsionelle parce que vos postes sont bien maintenus sous cette nouvelle dénomination . Et peut être que vous êtes dépassés . Aujourd’hui quand on utilise le terme entreprenariat cela sous entend formation professionnelle en amont qui contribue pour 30 pour cent au succès de l entreprise .

  • Ces faux plaignants savent-ils de quoi ils parlent réellement. Et quand j’imagine que ce message est porté par un soit disant syndicat, J’ai encore la chaire de poule. Ministère plein pour vous. Pour faire quoi ? Voici des gens à fouetter.Tchurrrrrrrrr !

  • C’est déplorable que des agents publics qui se réclament cadres s’expriment aussi lamentablement et posent un raisonnement aussi plat. Quand tu es compétent et opérationnel tu n’as pas besoin de réclamer un poste.

    • On se donne rendez vous au soir de l’histoire, ces deux volets sortiront clairement dans des gouvernement parce qu’on ne pourra pas continuer à tromper tout le temps tout le monde.le role du syndicat est d’attirer l’attention de l’autorité sur ses erreurs et il appartient a cette dernière de reagir pas aux ignorants qui sont incapables de voir au dela du bout de leur narines

    • Franchement vous exagérez, lisez et vous verrez que le contenu est objectif !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Merci à vous. Il appartient en effet à l’autorité de se prononcer. La question de la formation professionnelle est si importante et se retrouve au cœur du dispositif de l’épanouissement de la jeunesse. L’Entrepreneuriat des jeunes passe d’ailleurs par une bonne formation professionnelle.

  • je voulais tout simplement dire aux détracteurs des cadres en emploi et en formation professionnelle que ce sont les dénominations des ministères qui permettent aux partenaires techniques et financiers d’accompagner les pays dans tel ou tel domaine et qu’il y va de l’intérêt de l’État burkinabé de prendre cela en compte pour garder les bailleurs de fonds. Et le syndicat a juste attiré l’attention du gouvernement et il est bel et bien dans son rôle. ceux qui ont peur de la création d’un ministère plein pour ces deux secteurs ne défendent que des intérêt égoïstes qui ne permet au pays d’avancer. Et les attributions d’un ministère doivent tenir compte des compétences qui doivent l’animer. je dis bien des compétence que L’État lui même a recruté pour animer ce secteur et non laisser des gens qui croient pouvoir tout faire venir tâtonner et gaspiller les ressources pour rien.

  • Moi je suis contre la prolifération des ministères. Malheureusement le pouvoir du MPP et acolytes s’en moquent. Moi je comprend ceux qui veulent qu’on crée des ministères, certains veulent être des DP et des DR . Dans le contexte actuel 20 ministères auraient suffit mais comme on veut récompenser des amis et autres on créé des ministères à ne pas en venir engloutissant ainsi nos maigres ressources.

  • Bonjour chers internautes. Je veux savoir si ces bouffons de soit disant travailleurs de la formation professionnelle et de l’emploi ont eu un échos favorable par rapport à leur revendication qui remporte la palme de la plus sotte des revendications des organisations syndicales de notre pays. C’est quel courant syndical qui s’exprime ici. Je parie fort que ce sont des néo jaunes, ces anarcho-syndicalistes excités , avides de condescendance, toute chose qui dêpeint sur la déclaration lapidaire diffusée.

  • J’INVITE LES CADRES EN EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE A GARDER LE SANG FROID.VOUS N’AVEZ AUCUNE FORMATION PRATIQUE SUR UN METIER DONNE.VOUS ETES HYBRIDES

    • savez-vous ce qui veut dire hybride ? les cadres en emploi et en formation professionnelle dispose d’un référentiel de formation bien fourni et validé par les autorités compétentes. en plus ils ont été crées par l’Etat burkinabè avec des attributtions bien définies et donc avec une mission claire au sein l’Etat Burkinabè. ils connaissent très bien leur mission et sont fiers de la remplir . Ils ne sont pas comme certains qui ont honte de faire le travail pour lequel ils ont été recruté et cherchent à vivre dans le désordre. que vous voulez ou pas les cadres en emploi et en formation exerceront leur attributions pleinement dans le BURKINA FASO et aucun corps dépassé et révolu ne pourra les en empêcher car les autorités peuvent etre trompés une fois mais pas toutes les fois. On comprend votre peur de la vérité mais le mensonge ne peut pas continuer eternellement. tot ou tard vous allez vous rendre à l’évidence et se taire. merci

    • AU MALI ON PARLE DE MINISTÈRE DE LA JEUNESSE ET CONSTRUCTION CITOYENNE.AUCUN CORPS N’EST OBSOLÈTE,ALLEZ AU MALI,AU NIGER ET EN COTE D’IVOIRE ET VOUS COMPRENDREZ.JE SAIS QUE VOUS ÊTES ANIMES D’UNE COLÈRE EXTRÊME MAIS SACHEZ QU’ON NE DÉNOMME PAS LES MINISTÈRES COMME LES ENTREPRISES FAMILIALES DONT LA DÉNOMINATION EST FAITE A LA GUISE DE TOUT UN CHACUN.

  • Vous criez que y a trop de ministère, on synde aussi, vs dite que c’est rentré ici, c’est sorti ici. Ah ! l’hpmme. Rock, si ton mandat fini, laisses-les avec leur pouvoir et assois-toi à côté pour observer. Tu continue à prier ton seigneur et tu les regarde danser. Des gens qui n’avaient jamais goutté une démocratie et la gagne et s’amuse avec. Je prie Dieu qu’il remette le pouvoir au CDP pour la dictature encore, ils vont comprendre et voir à quel occasion encore ils auront cette chance de se libérer des mains d’un sanguinaire. Comme ça ceux qui crie auront peut être leurs enfants dans le future qui auront soif du pouvoir un jour et ces derniers vont regretter amèrement. Quand même, soutenez-les pour faire avancer les choses parce que tout le monde sait qu’après ce sanguinaire-ami des terroristes qui a su récupérer des otages auprès d’eux au Mali, que ça pouvait pas être facile et on doute bien sur lui et sa queue de l’insécurité qui nous menace aujourd’hui. On est homme intègre, on ne doit se désarmer facilement, non. Gardons espoir car le même Dieu qui nous a débarrassé du diable est toujours là-haut et tranche droit pour les faibles. Que Dieu nous vienne en aide.

  • Pauvre Ministère de la jeunesse. Voilà un ministère :
    - que n’importe qui peut gérer au regard des différents profils qui y sont envoyés pour être des ministres !
    - dans lequel les cadres préfèrent se combattre que de lutter main dans la main pour le plein développement du département ;
    - où des gens qui ne peuvent même pas être chefs de service dans leur ministère d’origine viennent occuper des postes de premier plan, semer la merde et retourner dans leur ministère d’origine comme simple agent !
    - dans lequel chaque année ou chaque 18 mois on a un nouveau ministre !

    PAUVRE MINISTERE DE LA JEUNESSE ! PAUVRE JEUNESSE !

  • des foutaises. il s’agit de l’ex MFSNF ou MPFG ou MASSN et non MASFPG comme vous l’avez mentionné. un peu de regard chez les autres quand même. Et puis comment des cadres peuvent ainsi faire étalage de leur ignorance. entreprenariat sous entend la formation jusqu’à l’insertion professionnelle.’est un processus de formation et de mise en pratique. revoyez votre argumentaire. ça ne tient pas la route. trop parler pour ne rien dire.

  • Cadres en emploi, conseillers de Jeunesse, professeurs certifiés, tout dépend de votre collaboration

  • - Je n’ai jamais cautionné un post de Mafoi si ce n’est pas cette fois-ci. Il y a un début à tout ! Mafoi je te soutiens dans ton analyse et ta déclaration ici. Quelqu’un qui veut encore un strapontin pour se faire voir et aller se pavaner dans son petit village sale et très apauvri !! Non à un ministère plein ! Et que celui qui se sent à l’étroi dans un autre ministère démissionne !!! Félicitation à toi Mafoi  !

    Par Kôrô Yamyélé

  • Je crois que dans ce pays, on est animé d’une phobie de la lecture à tel point que on se rabat sur les titres "accrocheurs" des médias sans prendre la peine de lire le contenu proposé. Dans ce cas d’espèce, les cadres ont souhaité certes la création d’un ministère plein mais se sont plus appesantis sur la nécessité de mentionner clairement la FORMATION PROFESSIONNELLE ET L’EMPLOI dans le libellé du Ministère. Cela donnera une orientation claire que le politique veut dans le devenir de la jeunesse.

    Sans être dans le secret des dieux, et si le politique voulait seulement s’occuper des jeunes (18-35 ans) ? Et si la formation professionnelle et/ou l’emploi ne sont pas prioritaires à leurs yeux ?

    Le syndicat s’accommodera-t-il à la nouvelle vision ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.