Premier ministère : Le médiateur du Faso demande l’accompagnement de Christophe Dabiré

LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo (Stagiaire)

Publié le samedi 9 février 2019

Premier ministère : Le médiateur du Faso demande l’accompagnement de Christophe Dabiré

La série de rencontres entrant dans le cadre de la promotion du dialogue social avec le Premier ministre Christophe Dabiré se poursuit. Ce vendredi 8 février 2019, le médiateur du Faso, Saran Séré/Sérémé, a été reçue en audience à la primature. L’objectif étant de demander l’accompagnement du chef du gouvernement pour l’exécution des missions assignées à l’institution dont elle a la charge et remettre les rapports d’activités de ladite institution. A cette occasion, le médiateur a réitéré l’appel à l’unité d’action entre dirigeants et populations face aux défis sécuritaires actuels.

La médiation se porte bien, à en croire sa première responsable. L’audience du jour marque le pas pour une meilleure coordination des actions entre le médiateur du Faso et l’exécutif en vue de contribuer à l’apaisement du climat social. C’est en substance le menu de la rencontre entre la délégation conduite par Saran Séré et le Premier ministre Christophe Dabiré. Entre autres objectifs, il s’est aussi agi, au cours de cette entrevue, de s’enquérir des réponses apportées aux différentes correspondances transmises au gouvernement.

Ce 8 février 2019, le médiateur du Faso a également sollicité l’accompagnement de l’exécutif face aux difficultés qui entachent la bonne exécution de sa mission. Car le défi sécuritaire actuel est essentiel. Du reste, Saran Sérémé promet d’« œuvrer à toujours garantir cette cohésion nationale (…) pour diminuer la tension sociale ». Pour cela, le médiateur appelle au sens du patriotisme. Pour elle « face aux défis sécuritaires, il n’y a que la cohésion et l’unité d’action de tous pour bouter ce mal ».

« Nous sommes les défenseurs des citoyens face aux abus de l’Etat »

Au l’issue de cette rencontre, elle a saisi l’occasion pour réaffirmer la pertinence de l’institution dont elle a la charge. Cela, pour contrer certains avis qui suggèrent sa suppression. « Nous sommes les défenseurs et les avocats des citoyens face à la super puissance de l’Etat et nous sommes tenus de jouer ce rôle d’interface pour répondre et porter les préoccupations de ces populations », a clamé Saran Sérémé à sa sortie d’audience.

Le médiateur du Faso vient d’être élue représentante Afrique de la francophonie et vice-présidente de l’Afrique. Chose qui ragaillardit Saran Sérémé dans son élan d’œuvrer à la pérennité de ses actions. En marge de cette audience, le médiateur du Faso a officiellement remis trois rapports d’activités au Premier ministre Christophe Dabiré. Ce sont ceux des années 2015, 2016 et 2017.


Mariam Ouédraogo (Stagiaire)
Lefaso.net

Messages

  • Vivement qu’à l’issue de ces rencontres que le premier ministre supprimer ces institutions de trop budgetivores dans un contexte de rareté de sous.

    • Je suis d avis qu’il faut supprimer ces institutions voraces et inutiles. Vite, nous voulons des Etats-Généraux sur le Médiateur du Faso, le CES, les Hauts-Conseils (HCRUN, Dialogue Social), etc. Il va falloir se réveiller, à la fin ! Nan lara, an sara ! Vive le Burkina Faso !

  • Beaucoup de courage et félicitation à elle !
    Je pense que la suppression de cette institution nous témoignera notre mauvaise planification dans la résolution de cas conflictuels.
    Recadrer sa gestion,son organigramme pour réadaptation aux contextes actuels , suis j’en d’accord !
    Pensons nous être plus intelligents et objectifs que ceux qui l’ont jugé nécessaire et ont œuvré à sa création ?
    Je pense que si nous allons à chaque fois remettre en cause ce que nous avions jugé hier de positif pour aujourd’hui et pour le futur ; nous n’avancerons jamais ;car tout sera à refaire chaque jour !

  • Beaucoup de courage et félicitation à elle !
    Je pense que la suppression de cette institution nous témoignera notre mauvaise planification dans la résolution de cas conflictuels.
    Recadrer sa gestion,son organigramme pour réadaptation aux contextes actuels , suis j’en d’accord !
    Pensons nous être plus intelligents et objectifs que ceux qui l’ont jugé nécessaire et ont œuvré à sa création ?
    Je pense que si nous allons à chaque fois remettre en cause ce que nous avions jugé hier de positif pour aujourd’hui et pour le futur ; nous n’avancerons jamais ;car tout sera à refaire chaque jour !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.