Côte d’Ivoire : « J’ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix » dit Guillaume Soro, démissionnaire de la présidence de l’Assemblée nationale

Publié le vendredi 8 février 2019

Côte d’Ivoire : « J’ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix » dit Guillaume Soro, démissionnaire  de la présidence de l’Assemblée nationale

Lors d’une session extraordinaire de l’Assemblée nationale ivoirienne convoquée ce 8 février 2019, Guillaume Soro a annoncé sa démission de la présidence du parlement. « Je ne suis pas homme à m’accrocher, comme un saprophyte, à un poste. On ne peut risquer la paix parce que l’on veut conserver un poste » a-t-il déclaré.


Chers Collègues,

L’heure a sonné !

En effet, le Président de la République, Son Excellence Alassane OUATTARA, et moi-même avons convenu de la convocation d’une session extraordinaire ce jour vendredi 8 février 2019.

Mes chers Collègues,

Quand il est l’heure, il n’est point besoin de long discours. Dans la vie des hommes, voyez-vous, il y a des moments aussi décisifs où il ne tient qu’à soi-même de prendre ses responsabilités. C’est ce que je m’en vais faire tout à l’heure.

Mais avant, permettez-moi d’exprimer le bonheur et la joie que j’ai eus à conduire aux destinées du deuxième pouvoir de l’Etat, le Pouvoir Législatif. Mes deux mandatures ont été parsemées de moments de joies mais aussi d’embuches et de douleurs vives.

C’est pourquoi, à vous, chers Collègues, qui m’avez fait confiance en m’élisant le 9 janvier 2016, je tiens à dire toute ma reconnaissance et ma gratitude.

Tout au long de notre marche commune, j’ai voulu faire de notre Assemblée nationale une famille, certes colorée mais une famille, une vraie famille !

Aussi, en ces heures qui comptent, je veux m’adresser directement à vous ; vous qui m’avez porté un soutien sans faille, en vous demandant de trouver ici l’expression de mes sincères remerciements.

J’ai une pensée pleine de gratitude envers les membres du Bureau de l’Assemblée nationale et tous mes collaborateurs qui m’ont accompagné tout au long de cette exaltante mission. A ceux qui dans l’anonymat et pourtant avec efficacité font vivre notre Institution, je veux parler des chauffeurs, gardes, huissiers, techniciens de surfaces, secrétaires, etc, j’exprime ma particulière sympathie.

Chers Collègues,

Alors, venons-en à l’ordre du jour de notre Session extraordinaire.

En ce mois de janvier 2019, j’ai eu le privilège de plusieurs audiences avec le Président de la République notamment le 5 janvier et le 25 janvier. Il a été question de mon engagement politique et de mon positionnement idéologique vis-à-vis du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP).

Cette question aussi importante soit-elle a nécessité, de ma part, réflexion et décision. Oui, j’ai choisi de ne pas m’engager au sein du RHDP unifié. Ainsi, je n’ai point pris part au congrès ordinaire du 26 janvier dernier au stade Félix-Houphouët-Boigny. Grave erreur ! Grave faute ! Ont tôt fait de clamer certains de mes compères. Mais voyez-vous je suis homme à croire plus au jugement de l’histoire qu’au jugement des hommes.

En ce qui me concerne, il ne peut être question de défiance mais plutôt du désir d’harmonie entre mes convictions, mes valeurs et ma conscience. Et là-dessus, c’est sans hésitation.

Le fait est que j’étais face à un dilemme :

-  soit trahir mes convictions en allant au Congrès pour ainsi dire sauver un poste confortable ;
-  soit rendre ma démission de mes fonctions de Président de l’Assemblée nationale et ainsi être capable de me regarder dans une glace.

Y avait-il une alternative ! Non on ne m’en donnait aucune, absolument aucune.

A l’inverse, refuser de démissionner conduirait immanquablement à la crise institutionnelle déstabilisante avec le cortège de dommages pour la Nation.

Chers Collègues,
L’on ne peut risquer de mettre en péril la paix fragile acquise après tant de souffrance de nos concitoyens. Quand on a été, comme moi, Ministre d’Etat, Premier Ministre, Président de l’Assemblée nationale, c’est une issue inenvisageable.

Chers Collègues,

Ce n’est pas ce que je souhaite pour la Côte d’Ivoire. Moi qui depuis un moment, me suis fait le disciple du pardon, de la réconciliation et de la paix.

Sachez-le Chers collègues,
Je ne suis pas homme à m’accrocher, comme un saprophyte, à un poste. On ne peut risquer la paix parce que l’on veut conserver un poste. N’est-ce pas le Président Feu Félix Houphouët-Boigny qui alléguait qu’ « aucun sacrifice n’est trop grand quand il s’agit de faire la paix pour son pays ». Cette sagesse du Père Fondateur de la Côte d’Ivoire ne m’a jamais quitté l’esprit.

Rassurez-vous, chers Collègues, je demeure serein tout en quittant ce poste aisé de Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire pour l’aventure de mes convictions.

En effet, je préfère descendre de mon piédestal, vivre et partager le quotidien de mes semblables, citoyens ordinaires, que de me complaire dans l’aisance de la posture institutionnelle.

Conviction, le mot est lâché. Je veux que de moi, mes concitoyens, mon épouse, mes enfants, ma famille, mes collaborateurs, mes proches, mes compagnons et je pense ici au député Alain Lobognon et tous les autres proches en ce moment en prison, retiennent de moi, le souvenir d’un homme de conviction, débout, face aux lendemains mêmes incertains !

Chers Collègues,

A cet instant précis, je rends ma démission de mes fonctions de Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire.

Oui, j’ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix pour la Côte d’Ivoire comme je l’ai déjà fait par le passé.

Mesdames et Messieurs,
Chers Collègues,

Me voilà ainsi donc ancien Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Député de la Nation élu dans la circonscription de Ferkessédougou commune et Vice-Président élu de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie.

Chers Collègues,
Je demeurerai avec vous pour continuer à travailler à l’édification d’une Côte d’Ivoire riche et prospère qui repose avant tout, sur un Etat de droit et des bases démocratiques solides.

Je demeurerai avec vous pour continuer le combat du pardon, de la réconciliation et de la paix ; ce combat à mes yeux vaut plus que le poste de Président de l’Assemblée nationale.

Chers Collègues,

Après toutes les épreuves que j’ai traversées et dont vous êtes témoins, j’ai acquis la forte conviction que le destin de chacun d’entre nous appartient à Dieu.

Dieu pourvoira.
Merci encore à chacune et à chacun de vous.

A Bientôt

Guillaume Kigbafori SORO,
Ancien Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire

Messages

  • grand homme respect. ...................................................

    • Un grand voyou oui.....................ou bien as-tu déjà oublié ses conversations téléphoniques avec un certain putschiste général de salon burkinabè pour déstabiliser notre pays ?
      Je sais que l’émotion est nègre comme dirait Senghor mais tout de même il faut avoir du recul par rapport à ces petites belles phrases de ce sanguinaire qui est tout couvert de sang humain

  • Le criminel bilaise kouassi né compaoré qui vous(rebelles,ado) avait bien aidé à asseoir votre pouvoir en vous hébergeant chez nous est maintenant chez vous et là,vous êtes entrain de vous embrouiller.C’était prévisible car le faux ne prospère jamais d’autant que votre brouille apparaît au grand jour au même moment que Gbagbo est lavé de tout soupçon par la CPI.Quand ça va péter et je le pense,vous(soro,ado,bilaise kouassi né compaoré etc...) pouvez aller vous faire voir ailleurs mais plus jamais sur le sol burkinabè.A bon entendeur,que le diable vous patafiole tous !!

  • Ah ouaih, le Sènèfôtchè a parlé pian ! Saya ka fissa ni maloya ye ! (= Mieux vaut la mort à la honte). Tout comme son ancêtre Babemba (Grand chef de l’empire du Kénédougou, à la chute du mur de Sikasso, sous les feux nourris de l’armée coloniale française et qui avait préféré se suicider que de se laisser capturer par l’ennemi), Kigbafori a préféré démissionné que de se laisser piétiner les testicules. Quand même rare sous nos cieux dans le monde politique.
    Néanmoins,avec ces politiciens on n’est jamais convaincu de rien à l’absolu, Donc wait and see ! Bon vent à toi !

  • A la fin de la lettre c est ecrit a bientot. Ca veux dire que cette demission c est du cinema. Il reviendra en 2020. Bon, presentement il redevient le chef rebelle de l autre fois. Moi, il me rappelle tahirou barry, qui demission pour enfin etre candidat a la presidentiel de 2020. Je penses comme tout le monde la politique c est une drogue quand tu la consomme on ne plus arrete. Aulieu de dire je dimission il devrait dire je prend une disponibilite. C est ca la verite

  • Que le bon DIEU t’accompagne.... Homme rare comme toi, jamais vu...

  • Voici un second Sankara, homme de parole. Que Dieu te bénisse.

    • Vous ne connaissez pas Sankara. Soro est un opportuniste. Le beau discours c’est simplement pour s’attirer de la sympathie.
      S’il a reve un moment que le GOR (pro-Gbagbo) lui pardonneraient et le soutiendront pour la presidence, il a tire a terre. De quelle paix parle t-il ? S’il espere que le PDCI le choisisse c’est qu’il connait mal ces gens. Il sera a la fin SEUL. Si alliance il y a ce sera PDCI-FPI pour un candidat issu d’un de ces partis. Soro a manque de patience. Il s’est trop vite vu en successeur legetime d’ADO. Je l’ai toujours dit. Ni Soro, ni Hamed Bakayoko ne peuvent etre les candidats qui apportent la vraie reconciliation en Cote d’Ivoire. Ni meme Bedie et Gbagbo, encore moins Simone, Affi, Coulibaly, etc. Le meilleur candidat qui puisse reconcilier les ivoirien tout en maintenant le cap du developpement est Duncan. Il n’est mele en rien aux crises politiques qu’a connu le pays et ses origines politique et ethnique (meme si les gens ne veulent entendre cela), son temperament bosseur, pas "polemiste" ainsi que ses resultats en tant que premier ministre jouent en sa faveur.
      Ado le sait pour une transition douce. Et je crois qu’il y pense serieusement. Hambak n’ira jamais a l’encore d’une telle decision du president. Mais Soro semble entete.

  • On attendra de voir ce qui se cache derière tout ça. Je me garde donc de dire qoi que ce soit.

  • De quel quotidien et de quels semblables Mr. Soro parle t-il ? De quel lendemain incertain parle t-il ?
    Cette decision n’est en aucun cas un sacrifice ; c’est un recule pour mieux se positionner pour la presidence. Ni plus, ni moins.

    Je vous souhaite un bon sejour aux Etats Unis et surtout succes a Harvard ou vous poursuivrez un Ph.D.

  • Guillaume Nous savons ce tu es pour nous et ce que nous sommes toi Tous unis autour de son Excellence Blaise Compaoré Qu’Allah le bénisse et le protège nous comptons sur ta ténacité pour que les comptes soient réglés Vive la fidélité Qu’Allah bénisse et protège son Excellence Blaise Compaoré et sa noble famille

    • Si seulement la honte tuait.

      Nombreux sont ceux qui préfèreront le lire ainsi :

      ….Guillaume nous savons ce tu es là pour nous, nous, putschistes, de toutes les couleurs, putschistes aguerris, putschistes réunis dans une formation criminel que nous appelons abusivement un parti politique. C’est pourquoi tu as tout fait, au grand dam de tous les ivoiriens et le monde entier, pour faire un coup d’état pour nous imposer une fois encore, le très déshonorable Blaise Compaoré, sanguinaire et opportuniste. C’est donc normal alors que nous soyons là, à notre tour, pour toi également car les oiseaux des mêmes feuilles volent ensemble – putschistes. Fasse Allah, un Allah qui n’aime pas l’injustice, le meurtre etc, car il lui-même l’ordonne dans son coran qu’on ne tue pas autrui pour rien, que cet Allah te rappelle avec vitesse par une voie la plus atroce, pour te juger pour le meurtre d’IB et les autres qu’on fera l’économie de temps pour ne pas citer. Toi et Blaise avez causé du tort aux innocents, avez trop fait du mal à nos populations, avez endeuillé d’innombrables familles si bien que nous avons hâte que les comptes soient réglés afin, enfin qu’on puisse nous réunir autour de vous pour être les témoins oculaires de vos pendaisons et/ou les lapidations publiques pour tout ce que vous avez fait sur cette terre. Qu’Allah protège et bénisse les Burkinabès et surtout les familles qui ont été endeuillées par Soro et le clan Compaoré. Amiina !

  • Respect Kigbafori ! Rien de sert de s’accrocher à un poste au risque de tout perdre. La Conviction, rien de tel. Être en paix avec soi, avec sa conscience.

  • On s’en fout. Ami de Bassole a démissionné et cela n’empêchera pas a la terre de tourner. Soro ni Bassole ne seront jamais président sur cette terre. Ils termineront tous en tôle. On ne trahi pas impunément le Burkina qui vous tout donné.

  • Maintenant que Alassane Ouattara a fini d’utiliser Guillaume Soro pour arriver à ses fins, il ne sera pas surprenant que ce dernier soit poursuivi par la CPI pour les massacres de Douékoué, commis par les troupes rebelles qui ont porté Ouattara au pouvoir, un prétexte pour anéantir Soro dans ses prétentions présidentielles. C’est d’ailleurs le cas actuellement de l’ex-Président Gbagbo et Charles Blé Goudé, acquittés et qui rêvaient d’un come-back mais en définitive, maintenus en résidence surveillée loin du pays natal. Ouattara doit se frotter les mains car la Côte d’Ivoire est un butin de guerre pour lui et ceux qui l’ont aidé à le conquerir. Tant pis pour les ivoiriens, peuple acceuillant, doué d’un humour atendrissant ; tant pis aussi pour la fierté nationale.
    Quant à Soro, il doit méditer la leçon de fidèlité en amitié ; car, il a trahi Laurent Gbagbo, son mentor, pour être trahi à son tour par l’homme qu’il a aidé à conquerir la Côte d’Ivoire. Que va-t-il faire maintenant ?

  • Excusez-moi, j’ai le mauvais œil ou tout au moins le mauvais regard concernant cette démission de notre ami SORO. Je me pose d’autres questions :
    - n’est-ce pas là une façon souple, alambiquée ou détournée de préparer le terrain à SORO vu que les PDCIstes attendent leur heure dans le cadre de l’union enclenchée en 2011 ?
    - OUATTARA ne fait-il pas de SORO un héros qui s’imagine maintenant une destinée pacifiste alors que son parcours est tout autre ?
    - que deviendra SORO quand OUATTARA sera parti ?
    - OUATTARA ne lui doit-il pas beaucoup pour l’abandonner sans rien ? L’un peut-il lâcher l’autre à cause des lourds secrets qu’ils portent ensemble ?
    Je pense béatement que OUATTARA en train de préparer son poulain et passe par des artifices pour donner plus d’étoffe à un SORO qui ne serait pas accepté par le PDCI.
    L’artiste du nord

  • Cher Guillaume, respect !!!! Vous êtes sans conteste, un leader de demain, un dirigeant de demain, malgré votre passé assez "coloré", pour emprunter votre expression. La politique, je ne la fait pas encore, mais elle est comme le monde du travail : quand tu as du talent, les employeurs te courtisent, te sucent le sang et tes idées ; puis te balancent dans la rue. Sauf que, certaines choses sont innées et ne s’apprennent ni à l’école, encore moins dans l’arène politique. In fine, tu retrouveras ton frère BLE GOUDE, pour parler désormais alliance et gestion du pouvoir demain.

  • Chassé oui ! C’est un bandit tout fait. Il se croyait tout permis en CI et au Burkina au point qu’il ait décidé de faire un coup d’état ici pour nous renvoyer Blaise et le CDP. Chassé du pouvoir oui, car trop encombrant pour le gouvernement. En CI il se trouve, mais le bourdonnement de sa voix dans nos oreilles au procès ne cesse de nos hanter. Il se croyait gandawa et donc tout permis mais hélas. Il a tué des gens et a eu le culot d’en vanter. C’est un bandit qui cherche le pouvoir à tout prix, un aventurier, arriviste et un dur opportuniste. Ce qui est certain, son passé de rebelle fera en sorte qu’il ne soit jamais Président de la CI

  • Le probleme c’es qîl nya plus de base arriere come blaise a ete pr vs. Rock ne va plus jouer ce jeu s’il faut refaire rebelion ce sera sans bassole ou blaise ou diendere. Certain sont teĺement mourrant q j pense sils sont preocupes par leur sante qi les lache

  • Les politiciens prennent les autres comme des Toto. Guillaume SORO et Alhassane OUATTARA trompent le peuple ivoirien. Ils s’entendent très bien et dans leur jeu, il est prévu qu’après lui, SORO prenne le pouvoir. Mais, ils ne peuvent pas parvenir à ça en 2020 sans afficher cette contradiction avec l’aide des pilleurs du peuple ivoirien.

    Ça m’énerve qu’on chante tout temps que les deux ne s’entendent pas. Ils doivent arrêter d’insulter l’intelligence des gens. Ils doivent savoir qu’ils ne sont pas arriver au pouvoir parce qu’ils sont plus intelligents que les autres mais plûtôt parce que ça ne leur dérange pas de brûler leur pays pour arriver au pouvoir.

    Quand il dit avoir démissionné pour la paix, combien de personnes il a tuées sur sa route de Bouaké à Abidjan pour que les deux (OUATTARA et SORO) arrivent au pouvoir ?

    Les ivoiriens doivent savoir que OUATTARA ne veut pas qu’une autre personne que SORO soit le président après lui car, ils ont les mêmes crimes sur la conscience et SORO ne peut pas l’inquiéter. Il sait que normalement, c’est lui et SORO qui devraient être à la CPI à la place du nationaliste Laurent et son ministre. Donc, les deux se sont entendus pour ne pas s’entendre pour susciter la sympathie du peuple pour SORO puisqu’il sera vu comme victime et aussi pour qu’on oublie son passé.

    De grâce, qu’ils arrêtent de prendre les gens comme des idiots.

  • Les juges de la CPI, que l’on suppose incorruptibles disent que ce n’est pas Koudou Gbagbo et Blé Goudé qui ont organisé les tueries, c’est donc l’autre parti celui de Soro qui en est l’auteur ou un mélange diffus des 2 camps. Les attaques ’’terroristes’’ au Burkina, mêmes dans des zones à faible islamisation, semblent corroborer, les conseils téléphoniques de Soro à nos putschistes. Cependant, une chose est certaine, tous ceux qui ont bénéficié de l’hospitalité au Burkina et qui par la suite se sont retournés contre ce pays et son peuple innocent l’ont payé cher.

  • Le dernier mot sera dit dans les coulisses. La France escroc de notre belle Afrique depuis la colonisation a la fausse decolinisastion ou nous lies a elle pra notre system monetaire esclavagiste que ce pays nous malmenent sans que nos chefs d Etat peureux pour lui faire face, nous baratinnent en nous roulant dans la farine depuis notre existance.

    Nos matieres premieres sont volees par des papiers de banques qui n ont pas de valeurs pour notre actif de developpement avec la complicite de ses faux leaders africains qui nous chantent a longuerus de la journee que le CFA est une monnaie africaine dependante pour notre developpement avec un taux fixe. Pourquoi l ÈURO n a pas untaux fixe contre le dollard ?

    Mais pourquoi cette devise ne peut pas etre convertible entre nous de la zone CFA ? A l exterieur de la France ? POurquoi versons nous des quotas au tresor francais qui nous utilsent pour ses propres deficits economiques vis-avis des autres nations europeenes.

    Allassane Ouattara un traitre de l Afrique depuis la banque mondiale a nos jours plaide pour la maintenance du franc CFA qui nous offre a une rolologation de l exploitaion coloniale de la France.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.