« Les événements de Yirgou consacrent la faillite de l’Etat sous la gouvernance du MPP » selon l’Opposition politique burkinabè

Publié le jeudi 10 janvier 2019

« Les événements de Yirgou consacrent la faillite de l’Etat sous la gouvernance du MPP » selon l’Opposition politique burkinabè

Le Cadre de Concertation du Chef de file de l’Opposition politique (CC/CFOP) a tenu une réunion extraordinaire le mercredi 09 janvier 2019 au siège du CFOP à Ouagadougou.
Présidée par le Chef de file de l’Opposition, Monsieur Zéphirin DIABRE, la rencontre avait un seul point inscrit à l’ordre du jour : Le drame de Yirgou.

Cette rencontre est la toute première du CC/CFOP depuis le début de la nouvelle année 2019. Aussi, le Chef de file de l’Opposition politique a saisi cette occasion pour présenter aux membres du cadre de concertation, à leurs familles et à tous ceux qui leurs sont chers, ses meilleurs vœux de sécurité, de santé, de longévité et de prospérité. A l’endroit de notre pays, le CFOP a formulé des vœux de concorde, de paix, et de prospérité.

Les membres du cadre de concertation ont à leur tour présenté leurs meilleurs vœux au Chef de file de l’Opposition.

Tous les participants ont souhaité qu’au regard de la situation catastrophique dans laquelle le pouvoir du MPP a plongé le Burkina Faso, 2019 marque un tournant décisif dans la lutte de l’’Opposition politique pour une meilleure gouvernance.

Evoquant la situation de Yirgou, les participants ont une fois de plus condamné de la manière la plus catégorique possible, le lâche assassinat du Chef de village de Yirgou, et l’expédition punitive organisée contre la communauté peuhle.

Autant l’assassinat du chef de Yirgou est inacceptable, autant l’on ne saurait tolérer que dans une république fondée sur l’Etat de droit, des citoyens assassinent d’autres citoyens sous le prétexte de se rendre justice.

Les événements de Yirgou consacrent la faillite de l’Etat sous la gouvernance du MPP. Cette faillite s’est encore illustrée par la réponse tardive des forces de l’Etat face aux tueries, mais aussi par l’attitude du Président du Faso lors de son déplacement sur les lieux. Pour des raisons électoralistes, le Président du Faso n’a pas eu le courage d’indexer les auteurs des tueries ni de condamner leurs actes, allant même jusqu’à leur dire de « faire pardon et de ne pas oublier que nos seuls ennemis ce sont les terroristes ». Une telle déclaration pose problème venant du premier responsable du pays, garant de la sécurité de tous les citoyens. Nulle part dans ses propos, le Président du Faso n’a indiqué que le Gouvernement allait saisir la justice pour faire sanctionner les auteurs de ces tueries.

L’Opposition politique rejette toute forme de violences d’où qu’elle vienne. Elle invite le Gouvernement à assumer pleinement ses prérogatives dans cette affaire de Yirgou, par le rétablissement de l’ordre publique et de la quiétude.

Elle exige lumière et justice sur tous ces crimes.
Le Cadre de concertation a été informé de l’organisation d’une marche-meeting par le Collectif contre l’impunité et les stigmatisations (CISC) le samedi 12 janvier 2019 à Ouagadougou et à Dori, pour réclamer vérité et justice sur les massacres de Yirgou.

Les organisateurs de cette marche-meeting ont eu la courtoisie d’informer le CFOP et de demander la participation de l’Opposition à cette marche-meeting aux côtés des autres forces sociales.
L’Opposition politique estime que l’objectif de la marche-meeting est juste et légitime, en ce qu’il vise à faire en sorte qu’un autre « Yirgou » ne se produise.
Aussi, l’Opposition invite les partis membres du Cadre de concertation, ses militants et l’ensemble des citoyens à apporter leur soutien à cette initiative citoyenne et à se mobiliser pour dénoncer les violences et la stigmatisation des communautés..
Débutée à 18 heures, la rencontre a pris fin à 20 heures.

Ouagadougou, le 09 janvier 2019

Le Chef de file de l’Opposition,
Zéphirin DIABRE

Messages

  • SALUTATIONS !

    Toutes nos condoléances à toutes ces familles éplorées.
    Force reste à l’Etat et il faut d’abord condamné la tuerie du chef et les autres avant de parler des auteurs qui se sont venger. Pensez vous que le chef n’a aucune raison de vivre ? N’a t-il pas une famille qu’il aime bien ? Combien sont les personnes qui sont assassinés et personne n’a levée son doigt pour demander une marche meeting.
    SOYONS DES HOMMES D’EQUITE ET NON PARTIELS.

    • Mon frère tu es hors sujet on parle ici d’un massacre une communauté que peut dériver sur des conflits ethniques qui menaceraient le vivre ensemble.

    • Cher James avant de réagir assurer vous d’avoir bien compris le sujet. Ici l’opposition condamne avant tout le "lâche assassinat du chef de village...."
      Amicalement

    • Cher James avant de réagir assurer vous d’avoir bien compris le sujet. Ici l’opposition condamne avant tout le "lâche assassinat du chef de village...."
      Amicalement

    • Merci ! Diabré est obnubilé par le pouvoir et il parle au hasard sans aucune considération du peuple qu’il veut gouverné.

    • C’est toi qui est hors sujet oui ! Tu penses que quoi ? Quitte dans çà !

    • C’est juste une formalité. L’opposition s’appesantit sur la tuerie des peulh plutôt que sur le massacre du chef et de sa famille. Point barre !

  • C’est ce qu’on appelle de la guignolade et quand on dit que nous avons la classe politique la plus bête au monde,nous y voilà avec cette énième déclaration des partis de l’opposition et de ce fameux cfop.Loin de moi de m’ériger en défenseur des dirigeants actuels mais tout de même il faut éviter de polluer l’atmosphère avec des déclarations intempestives qui partent dans tous les sens.Ok,ils se sont réunis et de 18h à 20h,ils ont pris des décisions très importantes pour la vie de la nation qui consistaient à ce que tous les membres du cadre de concertation qui étaient présents à cette réunion se trouvent dans l’obligation de présenter chacun à son tour de rôle,ses vœux au roitelet zéphirin diabré,chef de file de l’opposition qui du coup,se retrouve aux anges.C’est tout simplement pathétique.Il est temps pour l’opposition et aussi pour la majorité d’arrêter avec tous ces cirques grotesques en revenant aux fondamentaux à savoir,ce que nous voulons pour notre pays ou ce que nous voulons léguer à la génération future

  • Que la colère de Dieu s’abbat sur nos faux politiciens, leaders et chefs traditionnels qui instrumentialisent le peuple à leur intérêts personnels égoîts.
    Au passage, nous saluons la décison sage du Président du Faso. Merci
    Vive le Burkina Faso. Paix et bonheur au peuple du Faso.
    La Patrie où la mort nous vaincrons !

  • quand comprendrons nous que nous devons arreter de faire la politique politicienne pour se consacrer reellement aux besoins du pays et des piopulations ?
    SOME

  • @James, tu n’as pa lu oubien tu ne comprends pas français ? C’est bien écrit noir sur blanc « Autant l’assassinat du chef de Yirgou est inacceptable, autant l’on ne saurait tolérer que dans une république fondée sur l’Etat de droit, des citoyens assassinent d’autres citoyens sous le prétexte de se rendre justice. » Quand on n’a rien à dire, on la FERME ! YA YA BOIN ?

    • YA N’ YA WOTO ! SID LA NEBA RATA. Laissez les gens respirer un peu car vous ne saurez faire de ce drame un fonds de commerce sans fin.

  • Salut à tous,

    je suis d’accord avec toi mon frère James. il faut marcher aussi pour tous ceux qui ont perdu la vie et non à une communauté. c’est ainsi que les choses vont commencer et on ne saura pas quand cela va s’arrêter. qu’est-ce que le chef de Yirgou, son frère et ses deux enfants on fait pour qu’on les tues ? aujourd’hui encore le chef de COMIN YANGA a été tué est-ce qu’on en parle ?
    Frères burkinabé ne nous laissons pas embarquer dans des situations dont nous regretterions un jour. Tie passait par là

    • voila le vrai probleme : on nous concocte artificielle une guerre entre les communautes et les peuls se sont laiss prendre a ce piege. Ils n’ont qu’a se ressaisir car ils ne seront que les grands perdants. Ceux qui se pretendent les defenseurs des peuls sont les pires ennemuis des peuls.
      SOME

  • Félicitations à l’opposition pour cette initiative citoyenne. Seuls des tarés démoniaques peuvent désapprouver cette initiative qui était très attendue.

  • L’histoire retiendra que c’est sous le MPP que le Burkina Faso a enregistré le plus de morts, du fait du laxime de ce régime impopulaire. Depuis que le MPP est arrivé au pouvoir, il ne se passe deux jours sans qu’il n’y ait de victimes à cause de cette insécurité ambiante que le MPP n’arrive pas à résoudre. Le MPP passe son temps à nous servir des arguments plats, soi-disant que c’est l’ancien régime qui est derrière les attaques répétitives, alors qu’ils n’ont jamais montré de preuves. Les FDS sont sous équipés et ils dénoncent la mauvaise politique sécuritaire du MPP chaque jour que Dieu fait. Les citoyens se plaignent à longueur de journée dans les émissions radios interactives et sur les médias sociaux, de cette incapacité flagrante du MPP pour sécuriser le pays.

  • Internaute Mafoi, même les responsables de ton parti politique sont pour la dissolution des koglweogos. Pascal Benon, ancien gouverneur des Hauts-Bassins et membre du bureau politique du MPP. a dit cela sur les antennes de radio Oméga :
    "Si les évènements de Yirgou sont dus aux milices d’autodéfense, il faut prendre des mesures draconiennes. Il ne faut les dissoudre, il faut les supprimer carrément". Donc tu vois que souvent il faut mettre tes sentiments de militant de côté et être objectif un temps soit peu.

  • Je soutiens l’opinion de l’opposition politique. C’est parce que le gouvernement du MPP a failli dans la gestion sécuritaire du pays, que ces groupes d’auto-défenses se subtituent en forces de l’ordre. Il s’avère impérieux que ce gouvernement prenne cette question de koglweogo au sérieux, pour éviter qu’il y’ait d’autres drames, tel qu’à Yirgou.
    En réponse a ceux qui ont des propos du genre les complices des terroristes. Je leur pose la question à savoir SI LES PEULHS TUES AU MARCHÉ ETAIENT COMPLICES. Alors on ne défend pas les actes. Que les complices des terroristes soient châtiés, OUI ! Mais pas une communauté, fut elle parce que un de ses membres en a hébergé. Si non l’on s’en prendrait aux mossis , aux bobos, .... Parce que, parce que...., alors où irons nous avec cela ? Sachons maintenir notre vivre ensemble au delà de nos intérêts partisans, si non chacun répondra de ses compromissions. Que justice soit faite le plus rapidement possible, afin d’apaiser les cœurs des familles endeuillées !

  • Toutes mes condoléances aux familles éplorées. C’est très triste. Je pense que l’opposition au lieu de critiquer devrait plus tôt aider le pouvoir en place afin qu’ensemble ils puissent sauvé le Faso qui ne saisse de perdre ses FILS. Je ne suis pas militant du MPP mais j’invite les opposants a porter main forte au MPP au lieu de vouloir attendre prendre le pouvoir pour mieux faire
    Merci

  • Tout ce que nous savons, c’est que le mouvement de néo-koglweogos est apparu dès l’avènement du MPP. leurs bavures ont débuté en début 2016. Et on se souvient que lors d’une rencontre du gouvernement avec les koglweogos à Kombissiri le 22 juin 2016, la vérité a jailli quant au parrainage de ces derniers.
    « Au cours de cette rencontre, les chefs Koglweogo ont révélé à leurs membres avoir rencontré le président Roch Kaboré lors de la campagne présidentielle. Ils affirment avoir assuré à l’époque M. Kaboré de leur soutien pour sa candidature en échange d’une reconnaissance officielle de leur mouvement en cas de victoire à la présidentielle de novembre 2015. (Source radio Omega)
    Disons le tout net ! Le MPP est le premier responsable des tueries à yirgou, car c’est grâce à leur bénédiction que ce mouvement de néo-koglweogo sème la désolation dans tout le pays. ils menacent la paix et la cohésion sociale.

  • De tous ces faux types, personne ne veut se prononcer clairement sur l’interdiction de ces kolgweogo . Tout est calcul electoraliste pour eux. Dégoûtant nos papi politiciens.

  • J’INVITE TOUS LES BURKINABES A UNE MARCHE BLANCHE EN SIGNE DE DEUILS UNE MARCHE DANS TOUTES LES VILLES DU BURKINA UN DIMANCHE PAR EXEMPLE HABILLEZ-VOUS DE BLANC SI VOUS LE POUVEZ, BRASSARD NOIR OU BANDEAUX NOIRS OU BLANCS.

    MANIFESTONS NOTRE DEUIL, NOTRE COLERE ET NOTRE DESAPPROBATION DANS LE CALME ET LE SILENCE EN MEMOIRE DES SUPPLICIES,

    TOUS ENSEMBLE MARCHONS DANS LA DIGNITE CAR C’EST LE BURKINA QU’ON ASSASSINE.

    PAIX AUX AMES DES MORTS INNOCENTS.

  • Monsieur @Indjaba, Pascal Benon du MPP s’est prononcé pour la dissolution des koglweogos. N’est-ce pas ? Donc pourquoi tu dis qu’aucun politicien ne s’est prononcé clairement sur l’interdiction de ces kolgweogos ?

  • Internaute Guesswendé, vous avez parfaitement raison. C’est en 2016 que ces milices koglweogos ont commencé leurs exactions avec la bénédiction du Président du MPP, Simon Compaoré. Au cours d’une rencontre organisée le lundi 11 juillet 2016 à Ouagadougou, Simon Compaoré a annoncé la mise en place d’une nouvelle police de proximité avec le groupe d’auto-défense Koglweogo. Après les attitudes boiteuses de Simon Compaoré, les Koglweogos qui ont boycotté et défié l’autorité de l’État et ont fini par imposer leur volonté.
    Il a décidé ce jour-là que les Koglweogos seront rebaptisés en police de proximité et il leur sera versé une certaine prise en charge financière pour qu’ils cessent les amendes et autres procès publics des présumés voleurs.
    Voilà où le MPP a créé une défiance armée à l’autorité de l’État au Burkina Faso.
    Cette façon de compromettre la république a créé des drames comme celui de Yirgou. Il fallait être ferme et non négociable. Simon Compaoré a oublié qu’il a pris une décision qu’aucun des koglweogo n’a respecté à savoir l’interdiction de circuler avec les armes sans autorisation, les tribunaux arbitraires et parallèles, les amendes, les détentions des présumés voleurs, etc. Simon Compaoré a avalé cette décision et est allé rencontrer ce groupe et a obéit à leur volonté sans rechigner. Et voici les conséquences ! Cette bande armée ne fait que créer la désolation de jours en jours, sans que l’autorité ne puisse réagir ! Les sévices corporels, les amandes et les meurtres continuent...

    Comme dirait l’autre dans mon village, est ce que ces Koglweogos ne tiennent pas le régime MPP par les testicules ?

  • Effectivement, internaute Guesswendé. c’est bien le pouvoi du MPP qui est responsable de cette propension de milice koglwego. Il ne peut en aucun cas ignorer le processus qui a conduit à la naissance des Koglwégos sous leur forme actuelle. Puisqu’il est censé être au courant de tout ce qui se trame dans le pays. Cela peut être corroboré par son attitude vis-à-vis de ces groupes dès le départ. C’est après les élections municipales qu’il s’est rendu compte que le jeu a été mal engagé. Après Karangasso-Vigué, Tialgo, c’est au tour de Yirgou. Demain encore, il y’aura d’autres drames avec le silence complice du Président du Faso, qui ira demander pardon une fois de plus aux koglwegos. le pouvoir de roch marc christian KABORE est une véritable honte ! C’est regrettable !

    • Seuls les voleurs, les escrocs, les inciviques, les indisciplinés, les trafiquant, les soi-disant droits de l’homme et autres délinquants détestent les koglweogho.

  • En tant que patriote burkinabé, je suis profondément déçu de la manière dont le Président du Faso et son Gouvernement ont géré le dossier Yirgou. Le Président KABORE, qui est allé tardivement à Yirgou sous la pression populaire, a osé demander pardon aux présumés auteurs du massacre. Il n’a pas été ferme, il n’a pas exigé sur place que justice soit rendue. Pire, malgré l’ampleur de ce crime de masse, le Gouvernement n’a même pas été fichu de décréter un deuil national.

    • Toi tu dois être naturellement bête ! Depuis quand le Président a demandé pardon aux Koglweogho ? Quand on ne comprend pas une langue on demande des explications. En Moore il y a une différence entre "Manin sugri et m’kota sugri". Demande à un vrai moaga et il va t’expliquer au lieu de débiter tes inepties.

  • Un certain onze septembre, la Nation la plus puissante du MONDE a été frappée en plein dans le mille, un autre Vendredi noir eut également son nombre élevés de morts d’israéliens, la Somalie est écartelée, le Mali ne se retrouve pas, le Niger se démène, le puissant Nigéria et son vaste voisin Cameroun s’enlisent, l’Algérie et son GIA sont toujours à la traine. Ici, les burkinabè, avec leur attitude d’autruche se fourrent la tête dans le sable du sahel et veulent balancer le bébé avec l’eau du bain. Même l’opposition ne pourra rien faire tant que les politiciens croient que le malheur de l’autre camp fera leur bonheur. Le MAL n’est ni MPP, le BIEN ne sera pas non plus le CEFOP ou que sais-je encore. La solution sera donc que les "experts" et "autres sorciers dépositaires de miracles" laissent leurs égos pour donner la chance aux braves soldats de faire leur travail.

  • mettez-vous à la place des parents des victimes pour juger ! merci !

  • Monsieur @Binéré, selon vous l’opposition devrait croiser les bras et suivre aveuglement le pouvoir, suite à la mauvaise gestion de ce drame ? L’opposition politique est en plein droit d’exiger de la part du gouvernement des mesures fermes pour punir les auteurs de ce massacre ! Elle a le plein droit également d’exiger le décret d’un deuil national ! L’opposition politique fait partie du protocole d’Etat qui lui confère ces prérogatives ! donc il faut arrêter votre jeu hypocrite qui consiste à jouer avec les émotions des uns et des autres ! L’opposition politique ne suivra jamais la majorité dans ses débâcles !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.