Baisse des prix des hydrocarbures : La Coalition contre la vie chère dénonce « une vaine tentative de diversion »

Publié le jeudi 10 janvier 2019

Baisse des prix des hydrocarbures : La Coalition contre la vie chère dénonce « une vaine tentative de diversion »

Par une communication officielle en date du 08 janvier 2019, le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat a annoncé une diminution de la hausse des prix des hydrocarbures décidée par le gouvernement le 08 novembre 2018.

En rappel, la décision gouvernementale du 08 novembre 2018 avait suscité une vague populaire d’indignation ayant été couronnée, à l’appel de la CCVC, par une journée nationale de protestation le 29 novembre 2018, à l’occasion de laquelle une plateforme revendicative de sept (7) points a été remise au gouvernement.

Au cours de deux rounds de discussions auxquels il a convié la CCVC sur sa plateforme revendicative, les 10 et 17 décembre 2018, le gouvernement a été à court d’arguments convaincants pour justifier sa décision d’augmentation des prix des hydrocarbures, se contentant au bout du compte, d’invoquer des engagements qu’il aurait pris avec le Fonds Monétaire International (FMI), et qu’il lui fallait respecter. Le gouvernement ne peut par ailleurs justifier la perception d’une taxe sur les produits pétroliers (TPP) à hauteur de 125 FCFA par litre d’essence, en violation flagrante du Code général des impôts de décembre 2017, lequel abroge l’ordonnance n°2014-001/PRESS du 26 mars 2014, sur laquelle il s’appuie.

La CCVC note aujourd’hui encore, avec regret, que l’annonce gouvernementale du 08 janvier 2019 ne répond fondamentalement à aucun des points de sa plateforme revendicative.

Pis, loin de constituer une mesure de soulagement du consommateur, une telle annonce s’apparente beaucoup plus à une vaine tentative de diversion, destinée à émousser l’élan populaire soutenant et accompagnant la plateforme revendicative de la CCVC. En effet, la satisfaction du point 1, à savoir le retour des prix des hydrocarbures d’avant la décision gouvernementale d’augmentation, du 08 novembre 2018, tient particulièrement à cœur et soulagerait de très larges couches de nos populations.

A l’analyse, il apparait évident que le refus obstiné du gouvernement de satisfaire à la plateforme de la CCVC, de même que les effets de la batterie de taxes et impôts contenus dans la loi de finances gestion 2019, constituent des facteurs d’échec de l’Appel à la « trêve sociale », lancé par le Chef de l’Etat à l’occasion de son message de nouvel an à la Nation.

En tout état de cause et en attendant tout nouveau mot d’ordre et formes d’actions, la CCVC appelle à nouveau les populations de nos villes et campagnes à demeurer en état de veille et à se mobiliser, afin :
-  d’exiger le retour aux prix des hydrocarbures d’avant la décision gouvernementale d’augmentation, du 08 novembre 2018 ;
-  de se battre résolument et de manière organisée, pour l’amélioration de leurs conditions de vie.

CONTRE LE RENCHERISSEMENT CONTINU DE LA VIE, MOBILISATION ET LUTTE !

Ouagadougou, le 09 janvier 2019

Pour le Bureau de la Coordination nationale,

Chrysogone ZOUGMORE. /
1er Vice-Président

Messages

  • Le Rocco, je pense qu’il faut maintenant penser à manier aussi le bâton, tant soit peu svp... Visiblement les mecs en ont assez de votre carotte, puis vous continuez à leur en donner...à satiété. Un bon chef, c’est celui qui sait utiliser de façon équilibrée ces deux outils que sont la carotte et le bâton. Autrement, ce sera, soit la dictature, soit l’anarchie ou le type d’incivisme que nous vivons actuellement au Faso... Aujourd’hui, on en arrive parfois à regretter les régimes d’exception, tellement il y a peu de rigueur et une certaine catégorie de personnes en profite pour pousser le pays vers la banqueroute. Entourez-vous de compétences non corrompues, rigoureuses, qui savent anticiper les choses et vous donner de bons conseils...Si non, vous courrez inéluctablement à votre perte.
    Selon vous, à qui profitera une telle situation ?
    Ouvrez l’Œil !!!

    • Tout à fait ! Je me pose souvent la question s’il ne fallait pas cinq (5) ans de transition avant de passer à des élections libres et transparentes, surtout après avoir déjouer le coup d’État le plus bête du monde et dissout le RSP. Il fallait mettre de l’ordre avant de passer le pouvoir. Les jugements qui balbutient, les terroristes qui terrorisent, les fonctionnaires qui montent les enchères, tout çà n’allait pas être à l’ordre du jour ! Mais bon, "si je savais c’est bien trop tard" dit-on !

  • Merci à M. Ouvrez l’oeil !, pour la clairvoyance.
    En fait, c’est extrêmement grave quand des syndicalistes se laissent manipuler pas des politiciens !
    Comment comprendre qu’avec la situation actuelle du pays, un citoyen, à priori un fonctionnaire ne puisse pas comprendre que nous ne fabriquons pas l’argent (l’argent correspond seulement à notre richesse...) et qu’il faut un minimum de sacrifice afin de ne pas sombrer dans le chaos ?!
    Puisque les forces du mal (les mêmes qui ont soutenu le coup d’état du CND) font tout pour que rien n’aille dans ce pays afin de revenir coûte que coûte au pouvoir.
    Ce qui est encore grave, c’est le fait que ZEPH soutienne ce genre d’initiatives qui est totalement incompréhensible !
    A cette allure, les vrais insurgés, les vrais patriotes n’auront pas le choix que de combattre ces syndicalistes, et partant, les forces du mal afin d’aider nos gouvernants à achever les sillons de l’insurrection, car il est maintenant clair : les forces du mal ont pu gangréner ces syndicalistes et ils sont entrain d’applaudir le chaos programmé par ces mêmes forces du mal.
    On a alors a intérêt, nous les citoyens Lamda à agir et vite, afin d’empêcher cette forfaiture de ces forces du mal.
    Avec le peuple, c’est la victoire assurée.
    La Patrie ou la victoire, nous réussirons !

  • Ce régime là qui a trahit les insurgés, au contraire les vrais insurgés vont regler votre cas bientôt, quelle difference y’a t’il entre ce regime et l’ancien ,on est déçu de vous, vous rêver quand vous vous traiter les syndicats de faux insurgés essaiyer on verra la suite

  • Il est en effet temps que le bâton sorte pour remplacer la carotte. Trop de pagaille maintenant de la part de ces syndicats et coalition vie chère . C’est d ailleurs au nom de quel Burkina ils parlent quand on sait que la population est majoritairement rural . Il est temps de mettre fin à toutes ces anarchies car en démocratie il existe aussi des lignes rouges à ceux qui pensent pouvoir tout faire au nom de la liberté d organisation et de manifestation .

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.