Accès à l’eau potable au Burkina : Un coup de pouce venu de la Belgique

LEFASO.NET | Etienne Lankoandé (stangiaire)

Publié le vendredi 7 décembre 2018

Accès à l’eau potable au Burkina : Un coup de pouce venu de la Belgique

Le ministère de l’Economie, des finances et du développement a procédé à la signature d’un accord de prêt avec l’ambassadeur du Royaume de Belgique au Burkina Faso. Ce prêt vise à financer le « Projet de réalisation de 27 systèmes d’Approvisionnement en eau potable (AEP) dans la région du Centre-Est ». C’était le jeudi 6 décembre 2018 au cabinet dudit ministère.

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine Coulibaly, et l’ambassadeur du Royaume de Belgique au Burkina Faso, Lieven de la Marche, ont signé un accord de prêt pour le financement du « Projet de réalisation de 27 systèmes d’Approvisionnement en eau potable (AEP) dans la région du Centre-Est ». C’était en présence du ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo ; et du directeur régional de l’eau et de l’assainissement du Centre-Est, Fidèle Kuama. C’est un accord de prêt d’un montant de huit millions d’euros, soit environ 5,25 milliards de F CFA. Le but du projet est « de contribuer à l’amélioration de l’accès universel à l’eau potable dans la région du Centre-Est ».

Il s’inscrit dans le cadre de l’opérationnalisation des objectifs du Plan national de développement économique et social (PNDES), à travers le Programme national d’Approvisionnement en eau potable (PN-AEP).

Selon l’ambassadeur du Royaume de Belgique, « ce projet permettra de réaliser 27 forages à gros débit et d’alimenter des systèmes d’AEP dans 27 localités de la région avec chacun au minimum sept bornes-fontaines et cinquante branchements privés au bénéfice de 100 000 personnes environ, soit 500 personnes par borne-fontaine et six personnes par branchement privé. Il permettra ainsi d’augmenter, de manière significative, le taux d’accès à l’eau potable, aujourd’hui estimé à 74% dans la région du Centre-Est, et de contribuer à atteindre 79% d’accès à l’eau d’ici 2020 sur l’ensemble du territoire ».

Le ministre de l’Eau et de l’Assainissement va dans le même sens en précisant que le projet va contribuer à la mise en œuvre de l’objectif stratégique 2.5 de l’axe 2 du PNDES, à savoir « Améliorer le cadre de vie, l’accès à l’eau, à l’assainissement et aux services énergétiques de qualité ».

Le ministre de l’Economie et l’ambassadeur du Royaume de Belgique au Burkina Faso n’ont pas manqué d’insister sur le caractère particulier du prêt. Selon Hadizatou Rosine Coulibaly, « le remboursement est sans intérêt et il va durer 30 ans avec une période de grâce de dix ans ».
L’ambassadeur du Royaume de Belgique ajoute qu’ « en plus, c’est un prêt qui n’est en aucun cas lié à la mise en œuvre par des entreprises belges ou à la fourniture de matériaux ou services venant de la Belgique. C’est donc du crédit concessionnel totalement délié, comme il est prescrit par le Comité d’aide au développement (CAD) ».

« Le projet s’exécutera pendant cinq ans », selon le directeur régional de l’eau et de l’assainissement, sous la coordination du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, à travers la Direction générale de l’eau potable (DGEP) et la Direction régionale de l’eau et de l’assainissement du Centre-Est.

Etienne Lankoandé (stagiaire)
Lefaso.net

Messages

  • Félicitations et bon courage pour la suite Mme le Ministre. Dieu vous comble ainsi que votre famille de ses grâces et bénédictions pour engranger d’autres financements pour le bonheur de nos populations.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.