Salon international de la coopération pour le développement (SICOD) : Une première édition placée sous le signe de la lutte contre le terrorisme

LEFASO.NET | Nicole Ouédraogo

Publié le jeudi 6 décembre 2018

Salon international de la coopération pour le développement (SICOD) : Une première édition placée sous le signe de la lutte contre le terrorisme

Du 6 au 10 décembre 2018, Ouagadougou abrite, pour la première fois, le Salon international de la coopération pour le développement (SICOD). Organisé par le réseau Initiatives des journalistes africains pour la coopération et le développement (IJACOD), ce salon entend contribuer, par la communication, à la visibilité, à la bonne gouvernance et à la gestion participative des actions de coopération pour le développement. La cérémonie d’ouverture est intervenue ce jeudi 6 décembre 2018, sous la présidence du ministre d’Etat, Simon Compaoré.

Les questions de coopération et de développement seront au cœur de cinq jours d’échanges axés essentiellement sur le contexte sécuritaire du Burkina Faso. D’où le thème de la présente rencontre : « Quelles stratégies de communication pour une meilleure visibilité des actions de la coopération au Burkina Faso, dans un contexte de menaces sécuritaires ? ». Ce thème, selon le président du comité d’organisation du SICOD, Jean Victor Ouédraogo, a été dicté par la situation sécuritaire du pays.

A l’entendre, la lutte contre le terrorisme ne saurait être l’apanage des forces de défense et de sécurité. « Le rôle des communicateurs et journalistes dans cette nouvelle donne est de toujours traiter l’information relative à la sécurité avec tout le professionnalisme requis et le sens de la responsabilité sociale qui encadre ce métier », a expliqué Jean Victor Ouédraogo, s’interrogeant s’il existe bien un pays qui n’a pas été secoué par ce fléau. Puis de poursuivre : « C’est la communication entretenue derrière les attaques terroristes qui nous fait souvent peur. A travers certaines publications sur les réseaux sociaux, nous détruisons notre pays sans nous en rendre compte (…) ».

Pour lui, la lutte contre ce fléau nécessite des efforts individuels. « Chaque Burkinabè doit travailler à faire rayonner sa commune, sa province », a-t-il souhaité. Et le ministre en charge de la Jeunesse, Smaïla Ouédraogo, de lancer un appel à chaque Burkinabè : « Au mal, nous devons opposer le bien ; à l’agression, nous devons opposer une lutte acharnée ».

« Trouver la volonté et le goût de nous battre »

Le président de la présente édition, Simon Compaoré, ne dira pas le contraire. Pour lui, « le pessimisme ambiant au niveau de certains milieux ne peut que fléchir le courage et la volonté de nos forces de défense et de sécurité ». Et s’il est nécessaire de souligner que nous sommes victimes d’une attaque terroriste, Simon Compaoré estime : « Si chacun joue sa partition, le courage revient là où il doit revenir et il n’y a pas de raison que nous ne gagnions pas, que nous ne sortions pas victorieux de ce combat que nous avons engagé contre les forces du mal ».

Justifiant par ailleurs son soutien à cette première édition du SICOD, le ministre d’Etat dit voir en l’IJACOD, une volonté d’aller dans le sens de l’histoire du pays. Et cette histoire, dit-il, commande que chaque citoyen, en fonction de sa position, puisse apporter sa contribution dans un contexte d’insécurité, qui a tendance à plomber les efforts entrepris pour faire du Burkina un pays où il fait bon vivre. S’inscrivant dans la même dynamique, la représentante des partenaires techniques et financiers, Metsi Makhetha, dit voir en cette initiative du réseau IJACOD, une opportunité qui doit permettre à ses membres, d’une part, de mieux comprendre les cadres de coopération entre le Burkina et ses partenaires et, d’autre part, de servir de relai à leur obligation de rendre compte à l’opinion publique burkinabè.

Le SICOD 2018 sera ponctué par plusieurs activités dont, entre autres des ateliers de réflexion et de partage d’expériences sur les actions de coopération, une caravane de presse, une journée dédiée à la promotion et à la récompense des meilleures actions de coopération, la Nuit de la coopération pour le développement.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.