Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non раs еn nаissаnt.» Guillaume Bouchet

Microcrédit : Microcred Burkina devient « Baobab Burkina »

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Etienne Lankoandé (stangiaire) • mercredi 5 décembre 2018 à 05h06min
Microcrédit : Microcred Burkina devient « Baobab Burkina »

Microcred Burkina, une institution financière spécialisée dans le microcrédit, change de nom et devient « Baobab Burkina ». L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse tenue le vendredi 30 novembre 2018.

Installée au Burkina depuis le 16 septembre 2016, l’institution financière Microcred Burkina, aujourd’hui Baobab Burkina, est l’une des entreprises les plus rapides dans le traitement du crédit pour ses clients. En effet, « il y a quinze jours calendaires entre la demande du crédit et son décaissement. Ce qui donne à Baobab Burkina un avantage d’un délai plus court par rapport à ses concurrents », déclare le directeur général de Baobab Burkina, Nicolas Dehoorne. En plus de cette performance, Baobab Burkina offre une gamme variée de solutions numériques et mobiles permettant à ses clients de gérer simplement, rapidement et en toute sécurité leurs finances.

En termes de services, Baobab Burkina compte faire plus ! En effet, le Directeur général (DG) annonce le lancement d’un « mois spécial Baobab » avec le taux d’épargne qui double, passant de 3,5% à 7%, du 30 novembre au 31 décembre 2018. Les principaux services effectifs sont le crédit, l’épargne, les paiements et l’assurance. Les clients possibles sont toute personne exerçant une activité reconnue pendant au moins un an, dans une des localités où l’institution possède une agence.

Revenant à l’identité de l’entreprise, Baobab Burkina est une filiale du Groupe Baobab, fondée par Arnaud Ventura, en 2005. Le groupe Baobab a des filiales en Chine, en France et dans neuf pays africains parmi lesquels le Burkina Faso. Le groupe compte 730 000 clients repartis dans les pays où il est représenté et 3 917 employés, avec un crédit déboursé à hauteur de 850 000 000 d’euros.
Au Burkina, l’institution compte 159 employés, cinq agences dont quatre à Ouagadougou et une à Bobo-Dioulasso. Au 31 octobre 2018, Baobab Burkina comptait 15 837 clients avec 27 milliards de F CFA de crédit octroyé.

Douze ans après sa fondation, l’entreprise a décidé de rafraîchir sa marque et son identité visuelle, pour refléter le développement de sa gamme de produits qui va aujourd’hui au-delà du crédit et de l’épargne. Selon le DG Nicolas Dehoorne, « le lancement est intervenu à un moment où Baobab a développé une stratégie de digitalisation de l’activité ».

Commentant le changement de marque, le président-fondateur, Arnaud Ventura, a déclaré que « grâce au talent et à la passion de ses collaborateurs, Baobab a parcouru un long chemin depuis sa création. Fort de cette base incroyable qui en fait déjà le groupe le plus dynamique dans l’inclusion financière en Afrique, Baobab ambitionne de devenir demain le groupe de référence dans la fintech en Afrique ».

La nouvelle marque est un nom inspiré par le baobab qui est un arbre présent au Burkina et qui a non seulement une grande signification culturelle mais aussi de nombreux usages pratiques. « La force du baobab, sa forte présence et sa place au cœur des communautés locales, sont autant d’attributs qui correspondent aux valeurs du groupe » selon son DG. Plus qu’un symbole, le baobab est avant tout une ressource. C’est l’arbre aux mille usages. Et Baobab Burkina, pour ses promoteurs, veut être dorénavant cet arbre pour sa clientèle.

Etienne Lankoandé (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Carte de presse : « Il y a un travail de sensibilisation à faire au préalable », selon Cheick Beldh’or Sigué, président du Comité technique
Journalisme d’investigation : La CENOZO à la rencontre du journal Lefaso.net
NQI 2019 : « Faire de Ouagadougou, la capitale de la qualité et des innovations en Afrique de l’ouest »
Liberté de la presse : Le Burkina Faso en progression
Digitalisation des entreprises burkinabè : De nouvelles solutions pour mieux sécuriser les réseaux et offrir de meilleurs services aux clients
Internet Puissance Plus : Le haut débit sur mesure pour les entreprises et les ménages au Burkina Faso
Médias : La radio rurale célèbre le 2e anniversaire de sa réouverture
TIC et agriculture : Des experts à Ouagadougou pour promouvoir l’utilisation des données géographiques
TIC : Un cap franchi dans le processus de numérisation au Burkina Faso
Modernisation du secteur postal au Burkina Faso : Le Plan d’investissement de la couverture postale en cours de validation
Médias : 38 promoteurs de radios renouvellent leurs conventions avec le CSC
Protection des données à caractère personnel : La CIL sensibilise des stagiaires en travail social
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés