Bobo-Dioulasso : Le syndicat des travailleurs des collectivités territoriales fait le bilan de ses activités

LEFASO.NET | Romuald Dofini

Publié le mercredi 5 décembre 2018

Bobo-Dioulasso : Le syndicat des travailleurs des collectivités territoriales fait le bilan de ses activités

Le Syndicat national des travailleurs des collectivités territoriales du Burkina (SYNATRA-CTB)/section communale de Bobo-Dioulasso, a tenu, le samedi 1er décembre 2018, sa première journée syndicale. Cette journée a été placée sous le thème : « Bilan des activités du SYNATRA-CTB : défis et perspectives ». Elle a permis ainsi aux militants et sympathisants, de marquer une halte afin de passer en revue les acquis et les insuffisances des actions menées, pour mieux organiser l’atteinte de leurs objectifs.

Le Syndicat national des travailleurs des collectivités territoriales du Burkina (SYNATRA-CTB) est une jeune structure créée en septembre 2014 et officiellement reconnue en avril 2015. Cette reconnaissance a permis la mise en place de la section régionale des Hauts-Bassins, le 15 mai 2015 ; la section provinciale et celle de la commune de Bobo-Dioulasso, le 15 juin 2015.

JPEG - 117 ko
Lamine Passoulé, SG SYNATRA-CTB_Bobo

Dès lors, différentes actions ont été menées par le SYNATRA-CTB/Bobo-Dioulasso. Des acquis ont été engrangés sur le plan national ainsi qu’au niveau local. Ce qui a permis, selon le secrétaire général du SYNATRA-CTB/section Bobo-Dioulasso, Lamine Passoulé, d’apporter des réponses à certaines préoccupations des travailleurs. « Lorsque nous jetons un regard sur les activités, nous disons que le bilan est positif, parce que par nos luttes, nous avons pu avoir une nouvelle loi qui nous consacre le statut de fonctionnaires des collectivités territoriales. Au delà de ça, nous avons pu travailler à la régularisation des situations de 100 agents qui étaient dans des situations de précarité. 40 autres agents qui étaient des occasionnels depuis 40 ans auront droit à la pension et seront reversés comme fonctionnaires des collectivités à la retraite », a-t-il laissé entendre.

JPEG - 102.6 ko
Les participants a la rencontre syndicale

Ainsi, après trois années d’exercice, la section a fait du chemin et se réjouit de la conscience syndicale dont les militants ont fait preuve sur les différents terrains de lutte. Si l’idéal des syndicats est d’améliorer les conditions de vie et de travail des agents au sein des collectivités, force est de constater que leur structure fait face à des insuffisances. Pour Lamine Passoué, il y a besoin de former les agents afin de renforcer leurs capacités dans un meilleur délai. Car il estime que « des défis demeurent et le flambeau de la mobilisation doit rester actif ».

JPEG - 100 ko
Remise de vivre aux retraités de la commune

Cette journée sera pour eux une occasion de marquer une halte afin de passer en revue les acquis, mais surtout les insuffisances des actions menées, pour mieux organiser l’atteinte des objectifs. Ainsi, il est prévu un geste d’hommage aux retraités de la commune, à travers une remise de vivres (54 sacs de riz et 54 sacs de maïs) ; l’animation d’une conférence autour du thème de la journée. Des réflexions seront menées autour de la procédure de création d’une mutuelle des travailleurs et autour de la protection sociale. Par ailleurs, des recommandations seront formulées pour améliorer la vie du syndicat.

Au nom du bureau de la section communale, le secrétaire général a renouvelé ses félicitations aux camarades militants et sympathisants, pour leur détermination lors des différentes phases de lutte.

La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Bourahima Sanou. Selon lui, « les luttes que les syndicats ont menées sont des luttes qui ont été faites pour l’amélioration des conditions de travail et de vie des agents ».

JPEG - 111.3 ko
Bourahima Sanou, maire de la commune de Bobo-Dioulasso

Il a indiqué qu’une fois que les syndicats viennent parler de leurs droits, il est du devoir de l’administration de leur rappeler aussi leurs devoirs. C’est pourquoi il compte sur ces travailleurs pour la redynamisation de l’administration communale. Car il estime que la commune de Bobo-Dioulasso a un effectif très large et « malheureusement tout le monde ne sert pas ».

A l’en croire, il y aurait des agents qui sont toujours absents à leur poste et d’autres ne feraient pas leur travail comme il se doit. C’est pourquoi il a exprimé son ras-le-bol car, pour lui, « ces agents ne mériter leur salaire ».[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.