Mouvement d’humeur au sein de la GSP : L’administration pénitentiaire en appelle à la conscience des manifestants

Publié le mercredi 7 novembre 2018

Mouvement d’humeur au sein de la GSP : L’administration pénitentiaire en appelle à la conscience des manifestants

’’ Depuis le lundi 22 octobre 2018 et sur instigation du syndicat national de la Garde de Sécurité Pénitentiaire (SYNAGSP), des Agents de la Garde de Sécurité Pénitentiaire (GSP), observent disent-ils, un « mouvement d’humeur » en vue de l’amélioration des conditions de vie et de travail.

Si l’article 62 de la loi portant statut du personnel de la Garde de sécurité pénitentiaire conditionne l’exercice du droit syndical en son sein dans le respect des textes en vigueur, c’est bien parce que le législateur a voulu prévenir certains débordements.

Or, il est loisible de constater qu’à la faveur de l’action engagée par le SYNAGSP, quelques débordements et pas des moindres ont été enregistrés çà et là. De telles inconduites sont à regretter et la surenchère médiatique qu’elles occasionnent, mérite que certaines vérités soient connues.

En effet, consécutivement à l’adoption en 2014 de la loi portant statut du personnel de la GSP, un nouveau décret portant classement indiciaire a été adopté. Il fallait donc procéder au reversement de l’ensemble du personnel de la GSP dans la nouvelle grille indiciaire.

Cependant, le mode de reversement prévu dans ledit décret a occasionné certaines distorsions dont la manifestation principale est que certains personnels pour le même grade et ayant totalisé plus de dix ans de service se soient retrouvés à un même niveau de classement indiciaire que d’autres ayant à peine cinq années de service. Cet état de fait avait commencé à susciter des tensions voire une grogne dans les rangs.

Dans le souci de corriger les insuffisances liées au reversement afin de préserver l’unité du commandement et des règles de discipline, des mesures exceptionnelles ont été prises notamment la signature des arrêtés de nomination des personnels de la GSP des corps des assistants et des contrôleurs. En ce qui concerne les inspecteurs, les actes de nomination ont été constatés par décret pris en conseil des ministres.

A ce jour, le processus de régularisation de la situation des personnels de la GSP achoppe sur l’adoption des actes constatant les avancements dans les échelons. Au regard de l’incidence financière inhérente à ce type d’acte, leur approbation fait l’objet de discussions entre le Ministère en charge de la justice et celui chargé des finances.

Sur la question du matériel à propos de laquelle, certains esprits prennent un cynique plaisir à faire étalage d’un dénuement de la GSP, il n’en est rien. Si, effectivement au regard des enjeux sécuritaires, la situation n’est pas celle idéale, il convient de relever que l’administration a pris des mesures pour doter progressivement les services pénitentiaires en équipements spécifiques. Pour preuve, au titre de l’année 2018, le gouvernement a alloué un budget de 800 000 000 de francs CFA pour l’acquisition de matériel spécifique au profit de l’administration pénitentiaire. Le marché est en cours d’exécution.

La Direction Générale de la Garde de Sécurité Pénitentiaire (DGGSP) observe avec beaucoup de regret les actions du SYNAGSP qui paralysent les juridictions et les établissements pénitentiaires du Burkina Faso, violant ainsi les droits constitutionnels des personnes détenues de se faire entendre par le juge.
Elle condamne avec la plus grande fermeté la violation de domicile et le désarmement de la garde du ministre de la justice par des émissaires du SYNAGSP. L’administration pénitentiaire en appelle à la conscience des manifestants. Le fil du dialogue doit être renoué si l’on veut très vite sortir de cette mauvaise passe.

La DGGSP présente ses excuses à toutes les personnes éprouvées d’une manière ou d’une autre. Elle voudrait rassurer que des dispositions sont en train d’être prises pour pallier cette situation profondément regrettable et ramener la sérénité dans les rangs. ’’

Division de la Communication et des Relations Publiques /DGGSP

Messages

  • Et bien voilà une déclaration qui va dans le bon sens. Au lieu de prendre une note de service pour menacer les grévistes de couper les salaires, il faut négocier avec Mme Le Ministre des finances pour que les aspirations des GSP soient atteintes. Il n’y a pas d’autres issues que la négociation. Dire cela est également une façon de protéger le Ministre qui n’y est pour rien puisque ce n’est pas lui qui alloue le budget. Ceux qui veulent opposer ma chétive individualité au Ministre de la justice sont dans le décor car j’apprecie, à titre personnel, M. BAGORO mais certainement pas sur l’aûtel des intérêts supérieurs de La Défense des intérêts des GSP et des personnes incarcérées dont je suis solidaire de leur lutte. Ce qui est inexcusable c’est que Mme LOPEZ, qui devait être entendue par le Juge D’instruction et cela n’a pas eu lieu retardant la liberté provisoire de cette dame qui continue de clamer son innocence. Donc l’un dans l’autre cela devient insupportable pour les libertés individuelles et collectives. Si ces deux problèmes sont réglés, ce sera le respect de l’État de droit. À défaut le sacrifice suprême sera dans la balance car notre peuple n’a jamais accepté l’arbitraire de n’importe quel pouvoir soit-il celui du Mpp. Paul Kéré, Docteur en Droit, Avocat à la Cour.

  • Non, non, non, Mr le chargé de communication, vous êtes passé trop vite sur le cas de la violation du domicile du ministre. Vous n’avez pas évoquè
    la notion de "responsabilité". Ces hors la loi qui sont allé chez le ministre doivent répondre sévèrement comme le font actuellement les ex r s p qui ont désarmé les gardes de kafando en son temps. Mouvement d’humeur ne veut pas dire que la constitution et les lois de la république sont dissoutes.R M C K, votre gouvernance fait pitié en son volet autorité de l’État. Il faut que ça change.

    • Bien parlé @Indjaba,il faudra une plus grande fermeté dans la gouvernance,nous ne sommes plus sous l’ère bilaise kouassi né compaoré où des gsp étaient utilisés pour aller bastonner des mécanos.Oui bien sûr,ils ont le droit de faire grève mais pour autant il est inconcevable que certains se comportent comme des bandits car je ne vois aucun rapport entre leurs revendications et le fait de faire intrusion dans le domicile privé de quelqu’un même si ce quelqu’un est leur ministre de tutelle.J’ose espérer que ces voyous sont déjà identifiés et qu’ils seront mis au arrêt et déposés en lieu sûr dans l’attente de leur jugement

    • suivez plutôt l’actualité. si c’est les grévistes, qui assure la sécurité de celui qui joue au sourd dans leur situation, il doivent le rendre visite. le ministre à bien mangé, bien logé et même gardé protégé chez lui. il est humain ou un dieu ? ILS n’ont qu’avoir la situation des gardiens si non les gardiens vont
      le rendre visite maintenant.

    • Bonjour Indjaba,
      Bien parlé. Si les éléments qui ont fait irruption au domicile de leur Ministre et désarmé leurs camarades qui étaient en faction ne pas punis à la hauteur de leur forfait, ne nous étonnons pas qu’un jour un Ministre soit massacré chez lui par des agents chargés de la sécurité. Il faut absolument sévir. C’est maintenant ou jamais !

    • Bonjour Indjaba,
      Bien parlé. Si les éléments qui ont fait irruption au domicile de leur Ministre et désarmé leurs camarades qui étaient en faction ne pas punis à la hauteur de leur forfait, ne nous étonnons pas qu’un jour un Ministre soit massacré chez lui par des agents chargés de la sécurité. Il faut absolument sévir. C’est maintenant ou jamais !

  • Je ne comprends pas les gouvernants. Tout cela était prévisible. Ils ont arrangé pour les policiers et douaniers et laisser les autres corps. Pendant qu’un inspecteur des Douane est à l’indice +1000 un Inspecteur GSP et Forestier a 740 (pour ceux ont 10 ans de service, ils ont tous même indice)

  • Indjaba, il faut que ça change. Ça va changer comment ? Le mouta mouta est devenu une forme légale de gouvernance ?
    c’est le laisse guidon libre.

  • Et oui ! Cela était à prévoir depuis la création impromptue de ce Corps en remplacement du Corps de la Garde Républicaine qui était pour certain "dépassé", mais mieux adapté à cette tâche. En effet, les problèmes inhérents à ce Corps datent depuis sa création d’une part, par les limites de connaissances (niveaux d’études) des recrutés, des faibles salaires fixés à la tête de l’agent (ce qui d"ailleurs amenait ceux-ci à rançonner jadis les détenus pour s’en sortir) et, des recrutements désordonnés. D’autre part, avec les évolutions des choses et notamment, les niveaux intellectuels de plus en plus croissants des délinquants et surtout des gravités des crimes par eux commis, de la qualité des détenus (politiciens et grands bandits qui imposent plus d’attention des gardiens de prisons), les besoins de réorganisation de ce Corps qui ont imposé des recrutements de Cadres de très hauts niveaux et les mauvaises budgétisations dans ce Corps etc. Nous en avons vécu des expériences à l’époque où les injustices faisaient roi lors des TPR (Tribunaux Populaires de la Révolution) pour avoir connu et vécu la vie courante des éléments de ce Corps qui frisait l’humiliation. Cependant, il sied de relever que personne, nous disons bien personne n’a pris réellement au sérieux le cas de ce Corps à qui pourtant beaucoup d’actions sont réclamées. Ainsi, on voyait des Juges qui les utilisaient comme intermédiaires pour les corruptions et rackets des détenus (prévenus comme condamnés) aujourd’hui décriés. Mieux, au regard (sans aucun doute) des engagements d’urgence nécessaires à prendre, l’Autorité a manqué de scélérité, d’objectivité et discernement dans la gestion de cette Affaire qui reste néanmoins "aussi capitale quand on sait les dangers qui pourraient survenir par cette fenêtre. Aux éléments du Corps, ils seront invité aussi à tempérer les choses pour parvenir à les ajuster à leur avantage car il y a beaucoup de choses à faire pour y parvenir. Qu’ils engagent des négociations bien réfléchies et soutenues et que l’Autorité "les écoutent et échangent sérieusement avec eux car, comme on le dit bien, "dans une chaîne, il n’y a pas de faible maillon qu’on peut négliger". En enlevant celui-ci, on casserait forcément la chaîne.

  • Chers collègues des RSP, prenez la main tenue par l’écrit. Asseyez vous et discutez car dans un Etat de droit, la négociation est la règle d’or. cher GSP, vous avez la chance car dans ce même gouvernement, savez vous qu’il y a des ministres qui au lieu de négocier (plateforme revendicative déposée depuis 2016) essaient d’étouffer les revendications syndicales par la menace, l’intimidation et la prise d’actes illégaux(suspension de 88 agents en août 2018) comme quoi ils ont refuser de déférer à des réquisitions préventives remis par des agents non habilité ). c’est l’exemple du ministère de la femme, ça semble coincé c’est pourquoi ceux qui ont pris ces décisions n’ont pas le courage de faire une communication orale en conseil de ministre. Courage aux travailleurs sociaux car demander des meilleures conditions de vie et de travail n’est pas un crime, n’est pas un délit ou une contravention
    Chers GSP, prenez la main tendue.

  • Merci pour la communication donnée qui informe les mesures en cours et/ou les démarches pour régler le problème en collaboration avec le Ministère des Finances.
    Je ne comprends pas pourquoi les fonctionnaires ne peuvent pas faire de sacrifice. Pendant que nous disons qu’il n’y a pas de budget pour une mise à jour de la situation de certains agents ; d’autres se battent pour avoir des avantages financiers à eux servir alors qu’ils ont déjà leur situation professionnelle corrigée.
    Au personnel de la GSP, je vous demande d’être plus uni. Depuis combien d’années, vous n’avez plus été dotés en tenue de travail. Pire, on vous donne des tissus pour coudre vos tenues à vos propres frais. Est-il possible de constater cela dans les autres corps para-militaires ? Je n’en suis pas sûr. Bonne chance nous tous....

  • Je me pose toujours des questions. Quand les burkinabé vont arrêter se comporter comme des gens débarqué du moyen age. Des gens instruis qui vont violer le domicile de leur Ministre pour question de salaire. Des sanctions doivent etre prises. Des gens doivent payés. NON A L’INCIVISME. ABAT L’EGOISME

  • Je me pose toujours des questions. Quand les burkinabé vont arrêter se comporter comme des gens débarqué du moyen age. Des gens instruis qui vont violer le domicile de leur Ministre pour question de salaire. Des sanctions doivent etre prises. Des gens doivent payés. NON A L’INCIVISME. ABAT L’EGOISME

  • Je condamne avec la dernière énergie le comportement des GPS qui sont allés rendre la sécurité du ministre en otage. Ils sont des gardes de sécurité pénitentiaire et non des gardes de prise en otage de domicile : Dans une république ? cela ne saurait être toléré. On peut revendiquer sans aller jusqu’à ce point. Nos autorités sont bafouées et il faut que le président de la république réagisse et frappe très fort. Le ministre de la justice doit porter plainte. J’ai dit

  • cette ministre des finances ne va pas seulement tuer ses agents mais aussi tous les agents de la fonction publique avec son rapport qu elle a commandé du FMI

  • Ces GSP devaient être purement et simplement licenciés avec poursuite judiciaire pour violation de domicile et mise en danger de la vie d’autrui . Quand même, c’est quel pays où tous les jours, n’importe groupe de paltoquets se paie le droit et le luxe de bafouer l’autorité de l’Etat jusqu’ à ce point ? Trop c’est trop cette chienlit

  • Le SYNDICAT AUTONOME DES MAGISTRATS DU BURKINA (SAMAB) À-T—IL ÉTÉ SATISFAIT DE LEUR PLATEFORME DE REVENDICATIONS AVEC les ACCORDS ÉTABLIS PENDANT LA PÉRIODE DE TRANSITION qui fonctionnait sur la base de la charte ? Si affirmatif ou Non, l’administration ÉTANT UNE CONTINUITÉ ,IL EST LOGIQUE ET LÉGAL LÉGITIME QUE LES AUTRES STRUCTURES SYNDICALES JOUISSENT PLEINEMENT DES ACCORDS SIGNÉS officiellement avec le régime actuel.. DANS UNE AUTRE DÉMARCHE CONTRAIRE, IL NE SERA POINT UNE SURPRISE DÉSAGRÉABLE DE CONSTATER ÇA ET LÀ et DANS l’avenir de la NATION DES MOUVEMENTS inattendus de cette nature. LES AGENTS travailleurs DE l’administration publique sont TOUS AU SERVICE DU BURKINA Faso et ils doivent être traités sur la équité. LA LOI E LA JUSTICE DEMEURERONT IMPARTIALES.

  • courage les GSP seule la lutte paie, allez au dialogue et on verra la suite, pourquoi le Gouvernement ne peut pas traiter tous les corps paramilitaires de la même façon ? la douane, la police , les eaux et forets et la GSP, doivent avoir un statut commun des corps paramilitaires et traites comme tel. le Gouvernement aime diviser pour mieux régner.. LA GSP SOUTIEN A VOUS. LA VIOLATION DU DOMICILE DU MINISTRE DE LA JUSTICE EST UNE MINIATURE DANS LA SITUATION ACTUELLE DES GSP. YA RIEN EN FACE.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.