Conférence nationale du développement durable : Faire des difficultés environnementales, des opportunités de développement

LEFASO.NET | OL

Publié le mardi 6 novembre 2018

Conférence nationale du développement durable : Faire des difficultés environnementales, des opportunités de développement

En dépit des acquis et des efforts notables enregistrés, la dégradation de l’environnement persiste avec, entre autres, des défrichements incontrôlés qui couvrent 325 000 hectares de forêts chaque année contre seulement 1000 hectares reboisés et ce, dans un contexte également où l’agriculture occupe la majeure partie des populations avec un « front agricole » qui progresse de 5% par an. C’est dans cet environnement global que s’est ouverte ce mardi, 6 novembre 2018 à Ouagadougou, la cinquième Conférence nationale du développement durable (CONADD) sous la présidence du Premier ministre. Cette assise qui dure deux jours vise entre autres objectifs à donner des orientations en matière de développement durable.

« Economie verte et développement durable au Burkina Faso : contribution des emplois verts à la création de richesses, à la lutte contre le chômage des jeunes dans un contexte de changement climatique ». Ainsi intitulé, le thème de la cinquième CONADD qui aura aussi pour mission de faire le point des recommandations de la dernière session tenue en décembre 2013. Deux panels, « dégradation des terres et érosion de la diversité biologique », « dégradation du cadre de vie et l’inefficience du système énergétique », et plusieurs communications auront lieu au cours de ce rendez-vous, d’où il est attendu des recommandations.

« La présente session de la CONADD, 5ème du genre depuis que le Burkina Faso a opté pour la concrétisation du développement durable, se tient à un tournant décisif de notre histoire. En effet, le référentiel national de développement du Burkina Faso qu’est le PNDES (Plan national du développement économique et social, ndlr) est à mi-parcours de sa mise en œuvre avec des résultats forts réconfortants en matière de prise en compte des principes de développement durable. Les acquis indéniables du gouvernement en matière d’environnement et de développement durable ont eu des impacts en Afrique et à l’International, qui lui ont valu récemment à Nairobi (Kenya, ndlr) une reconnaissance de leadership exceptionnel en gestion de l’environnement et des ressources naturelles », a décliné le ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, Batio Nestor Bassière. A en croire le ministre de tutelle, les travaux de cette session permettront de raffermir davantage ces acquis et de se donner de nouvelles orientations pour mieux réussir la transition vers l’économie verte.

Occasion également pour M. Bassière d’exhorter les participants à la mobilisation pour la participation effective du Burkina aux prochaines échéances de négociations internationales sur la diversité biologique et sur le climat qui auront lieu respectivement du 17 au 29 novembre 2018 à Sharm-El-Cheik (en Egypte) et du 3 au 14 décembre 2018 à Katowice (en Pologne).

Le président de la cinquième CONADD, le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a, pour sa part, rappelé d’abord que le Burkina a adopté sa Politique nationale de développement durable (PNDD) ainsi que sa loi d’orientation respectivement en 2013 et 2014. Il a ensuite précisé que la vision stratégique du pays en matière de développement durable est définie par la PNDD qui est : « A l’horizon 2050, le Burkina Faso, un pays émergent dans le cadre d’un développement durable où toutes les stratégies sectorielles, tous les plans et programmes de développement contribuent à améliorer le niveau et la qualité de vie des populations, notamment des plus pauvres ».

Le Premier ministre a aussi souligné la place qu’occupe cette question dans le programme quinquennal du président Roch Kaboré, à travers notamment le Plan national de développement économique et social. Tout en invitant les Burkinabè à transformer les difficultés en opportunités, Paul Kaba Thiéba a égrené quelques actions entreprises par son gouvernement en la matière à travers notamment les subventions accordées sur les énergies renouvelables (plaques solaires), l’application de la mesure d’interdiction des sachets plastiques non biodégradables et leur recyclage, la libéralisation du secteur de la production et distribution de l’énergie, la création en cours d’éco-villages, la création d’un environnement fiscal favorable aux investissements dans les nouvelles technologies, etc.

De nombreux acquis ont été également enregistrés, selon le Premier ministre, dont l’adoption de textes, la ratification d’accords internationaux, la création de structures spécialisées, etc.

Cependant, relève-t-il, plusieurs difficultés sont rencontrées dans le cadre de la mise en œuvre du développement durable. Elles se résument en deux ordres. Il s’agit de l’insuffisance de financement pour la réalisation des activités ainsi que pour le fonctionnement des organes de mise en œuvre du CNDD (Conseil national pour le développement durable).
C’est aussi l’insuffisance de capacités de mobilisation de ressources financières pour la mise à l’échelle des outils de développement durables développés pour assurer des investissements massifs sur le terrain des opérations.

Durant deux jours, les participants à la cinquième CONADD échangeront donc autour des thématiques majeures en matière d’environnement et de développement durable (occupation illégale des forêts, des espaces verts, utilisation des pesticides, herbicides et engrais, érosion de la diversité biologique, etc.).

O.L
Lefaso.net

Crédit photo : Direction de la communication du Premier ministère

Messages

  • Pendant que vous y etes, cherchez a rendre notre environnement et notre cadre de vie un peu plus propres. J’ai l’impression que le ministere de l’environnement est une vaine structure.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.