Décès du sous-lieutenant David Tenkodogo : L’hommage de Cheikh Ahmadou Bamba Ndiaye, son promotionnaire du PMK

Hommage

Publié le jeudi 11 octobre 2018

Décès du sous-lieutenant David Tenkodogo : L’hommage de Cheikh Ahmadou Bamba Ndiaye, son promotionnaire du PMK

Depuis Paris en France, Cheikh Ahmadou Ndiaye, a rendu homme à son promotionnaire du Prytanée militaire du Kadiogo (PMK), le sous-lieutenant David Tenkodogo. Le jeune officier précédemment en service au 34e Régiment interarmes (RIA) de Fada N’Gourma est décédé suite à l’explosion de son véhicule passé sur une mine improvisée lors d’une mission le 4 octobre dernier sur l’axe Gayéri-Foutouri. Nous publions en intégralité l’hommage de son frère d’arme sénégalais publié sur son blog.

David Tenkodogo, notre bien-aimé, David sache que j’aurais préféré recevoir ce texte de toi plutôt que de te l’écrire. Le destin m’oblige à en être l’auteur alors que les circonstances ne m’en rendent pas digne.

L’esprit défait, sur une avenue que je déteste encore plus, je me dirigeais à un rendez-vous aujourd’hui lorsqu’au même moment tes hommes et toi partiez en renfort à d’autres frères d’armes.

Une mine explosera sous vos pieds.
David, ainsi s’achève ta vie de la même manière que tu l’as menée : toujours au service des autres. Dans vingt jours mon Lieutenant, le 24 octobre, tu aurais eu 24 ans.

Ta mort nous surprend, nous écœure, nous chagrine, nous atterre et nous avons cruellement besoin de pleurer. Nous retenons nos larmes essayant d’être dignes pour ne pas souiller ta mémoire.

Dans nos cœurs en berne rejaillissent nos sept années de souvenirs, où tu apparais tout rayonnant tant tu étais un merveilleux frère. Ta bonne humeur, ta générosité, ton intelligence, ton courage et ta foi demeureront exemplaires puisque tu t’en es allé sans jamais les ternir.

Plus que la promotion 2005 du Prytanée Militaire de Kadiogo, c’est le Burkina Faso et l’Afrique entière qui te sont reconnaissants. La patrie t’a formé pour que tu la serves, aujourd’hui que tu lui as offert ta vie sous les drapeaux, c’est elle et nous qui te dévons tout.

Je ne célébrerai plus mon anniversaire le 20 octobre ; j’attendrai le 24 pour honorer ta naissance. Et si chaque année je n’ai droit qu’à un vœu, sache que c’est pour toi que je le formulerai.

Priant que vos vies soient à la hauteur de ton sacrifice, nous avons le regret, Lieutenant David Tenkodogo, de devoir te dire à un âge si jeune : Rest in peace !
David, maudit soit le jour où nous t’oublierons.

Paris, le 04 octobre 2018.
Cheikh Ahmadou Bamba NDIAYE

Source : https://www.over-blog.com/user/185266.html

Messages

  • je n’ai pu m’empêcher de couler une larme à la lecture de ce vibrant hommage. Je ne t’ai pas connu, mes tous témoignent de ta bonté et de dévotion. Reposes en paix vaillant fils du Burkina. Quel gâchis !!!

  • Que de larmes, que de douleur, jusqu’a quand ; combien seront-ils a tomber ? le sang de ces jeunes crient et crient fort....

  • Rien à redire. C’est beau et c’est pur, pure comme l’amitié vraie "désinfectée de trahison".
    Merci " grand", pour notre frère.

  • Les larmes ne trahissent pas le faible mais révèlent le coeur
    Mourir pour la patrie est le plus grand honneur
    Heureux qui reçoit cette révélation
    Te rend hommage toute la nation

  • Pitié donnez des blindés aux enfants pour toutes les patrouilles pour qui ils ne meurent plus sous les explosifs. Achetez en le plus possible même au prix d énormes sacrifices et renoncements nous sommes prêts.

  • C’est vrai qu’il est mort pour la patrie dans l’exercice de son métier. Mais entre nous vu son âge vu la situation dans laquelle il a perdu la vie ; es ce que les conditions normales de service il n’aurait pas pu échappé à celà ? Rien n’est fait pour ces jeunes de courage puisse avoir l’experience necessaire pour mettre en pratique leur connaissance du métier et l’amour de servir la nation. Paix à son âme et que cela ne se reproduit plus jamais. Que ceux qui nous ont conduit à là par leur méchante et leur jalousie se mettent au premier rang. Bande de lâches.

    • Mon cher, même le militaire le plus aguérri n’a pas un détecteur d’engins explosifs greffé à son cerveau. Appelle Rambo(Le vrai) si tu veux. Lui même il va te dire que tu as zahé ! Ce sont avant tout des hommes. Pas des robots. La force Barkhane, eux-même leur véhicule se font prendre par des mines. Donc laisse ton histoire d’âge et d’expérience là. Prions pour le repos de son âme.

    • A peine 24 ans ! Que le Seigneur console les cœurs de toutes les familles endeuillées et de tous les burkinabé ;
      puisse Dieu briser les cœurs de pierre de tous les politiciens qui ne pensent qu’à eux, et dont les
      réactions font croire par moment qu’ils oublient que tout est vanité : pouvoir, biens matériels, honneurs
      terrestres...Chacun rendra compte un jour, ici-bas et devant Dieu !

  • Merci Ndiaye, ton hommage est vraiment émouvant. j’ai failli verser des larmes mais par respect pour ces vaillants martyrs de notre pays, je me suis ressaisie. David, que ton âme repose en paix. Vous n’êtes pas morts pour rien, tôt ou tard, nous écraserons comme des cafards ces déchets de la société qui nous attaquent de façon honteuse et très lâche. Repose en paix mon frère, ceux qui nous font ça, nous fortifie davantage. Le mal n’a jamais triomphé sur le bien, notre victoire est très proche. Courage surtout à nos FDS.

  • Merci pour ce vibrant hommage à un frère d’arme tombé les armes à la main pour sa mère patrie.
    Ce combat pour lequel tu as donné ta vie que le Seigneur t’accueille auprès de lui et qu’il réconforte la famille.
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso et accueille les âmes de nos disparues.
    Amen !!!

  • Quel perte ! Un officier de la trempe de Sankara Thomas. Vive Tenkodogo David. Cher Ndiaye, Il faut pleurer . Laisse couler tes larmes. Ce sont les coeurs de pierre tels que ceux de ses assassins, qui ne pleurent jamais. En pleurant, on libère son énergie pour supporter l’insupportable. Pleurer n’est pas un signe de faiblesse, mais un signe d’amour sincère et dévoué vis avis de l’être qu’on pleure. Alors, Ndiaye, ne retiens plus jamais tes larmes.

  • ce soldat aurait pu aller dans l’anonymat comme les autres parce que le risque de banalisation est là. Cet écrit nous édifie sur la bêtise des circonstances de sa mort et de la nécessité d’arrêter cela. La défense militaire, c’est de la stratégie, l’intelligence, l’adaptation, la connaissance du terrain et la capacité de riposte. Quand je regarde les grandes parades militaires chaque année avec les commentaires sur la capacité de nos FDS, je me pose des questions. On peut comprendre les effets de surprise au début, mais quand le mode opératoire est connu de tous, c’est la compétence (de tous) qui est nécessaire.
    Qu’il repose en paix et qu’on arrête ce massacre.

  • Hommage émouvant :"La patrie t’a formé pour que tu la serves, aujourd’hui que tu lui as offert ta vie sous les drapeaux, c’est elle et nous qui te devons tout".Cependant l’Etat a formé des intellectuels jusqu’au Doctorat.Ces gens sont là à détourner toutes les ressources des projets financés pour le développement du pays sans être inquiétés.Donc eux ils sont formés pour ruiner le pays et les militaires doivent perdre la vie.

  • Cheich, Dieu te le revaudra ! C’est avec émotion que je te dis merci pour ce vibrant et vivant hommage ! Les mots me manquent ! Dieu dans sa divine miséricorde veille sur toutes les FDS et qu’il accorde le repos éternel à ceux qui sont tombés. Union de prière.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.