Énergies renouvelables : Un suiveur de plaque solaire "made in ISTIC" par Barthélemy Kadio

LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki

Publié le mercredi 8 août 2018

Énergies renouvelables : Un suiveur de plaque solaire

Au cours de la Journée scientifique organisée par l’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC), en juillet dernier, notre équipe est tombée sur une exposition assez innovatrice. Il s’agit d’un dispositif de suivi de plaque solaire conçu par un étudiant dudit institut.

Barthélemy Kadio, assistant en Sciences et techniques de l’information et de la communication, section techniques. C’est lui qui a fabriqué le suiveur solaire automatique pour les systèmes photovoltaïques, communément appelé plaque solaire.
Mais d’où lui est venue cette idée ? À cette question, Barthélemy Kadio répond : « Nous avons pensé que l’énergie solaire n’est pas exploitée au maximum. Et cela donne un mauvais rendement. C’est pourquoi nous nous sommes dit que s’il y avait un système qui allait permettre de suivre la position du soleil, on allait avoir un bon rendement énergétique », a-t-il relaté.

JPEG - 85.8 ko
Barthélemy Kadio (au micro à droite) présentant son invention aux visiteurs

Selon l’inventeur, ce système permet d’avoir un bon rendement par rapport aux plaques solaires qui sont fixes. En effet, la plaque solaire de M. Kadio a un système qui lui permet de suivre la trajectoire du soleil tout au long de la journée. Pour être plus explicite, il a précisé que la plaque tourne en fonction de la direction du soleil.
« Il y a deux photorésistants appelés dans le jargon de l’énergie solaire ‘lunette’. Ces deux lunettes sont chargées de détecter la position du soleil.
En fonction de l’éclairement de l’une ou de l’autre, la plaque solaire va se diriger vers l’Est ou l’Ouest pour que les deux lunettes puissent avoir le même éclairement. Dès que les deux photorésistants ont le même éclairement, le panneau s’arrête. Cela se fait en fonction de la position du soleil », détaille l’inventeur.

Rôle des « lunettes »

JPEG - 70.2 ko
Barthélemy Kadio

Les deux lunettes dont il s’agit, vont envoyer les signaux au niveau du circuit de commande, qui est chargé à son tour d’interpréter les données de ces lunettes. Ainsi, les relais sont actionnés et passent la charge au vérin électrique (un appareil à vis placé sous des charges pour les soulever vers une faible course ou pour les soutenir).
A en croire Barthélemy Kadio, cette invention peut supporter quatre plaques de 50 kg.
Il a signalé que « c’est un dispositif qui ne consomme pas d’énergie ». En fonction du matériel qu’on veut utiliser avec cette invention, on adapte le nombre de plaques et de batteries, ajoute M. Kadio.

Les limites du système

Reconnaissant que « tout système n’est pas parfait », Barthélemy Kadio a tenu à souligner quelques imperfections. Il s’agit des relais. Selon lui, souvent, en cherchant l’équilibre, il y a des grincements. Toutefois, il a signalé que cette anomalie est passagère.
Cette invention est l’objet du mémoire de fin d’année de Barthélemy Kadio. Et compte tenu de sa pertinence, la direction générale de l’ISTIC lui a recommandé d’exposer son œuvre à la Journée scientifique afin de mieux la faire découvrir aux visiteurs. Au regard de l’ambiance qu’il y avait au cours de la visite des stands, l’on peut dire que l’objectif de la direction de l’école a été atteint. Car les officiels du jour se sont attardés sur cette création dont l’auteur a répondu à un tas de questions.

Séance tenante, les visiteurs ont touché du doigt cette invention. Le branchement de cette plaque solaire a permis d’alimenter le stand « Chaîne de télévision ».
Il faut rappeler que le mémoire de Barthélemy Bakio a été sanctionné par la note de 17,5 sur 20, le 22 juin dernier.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Messages

  • Toutes mes félicitations à ce technicien et à ses encadreurs.

    • Bravo pour cette invention qui permet d’améliorer l’efficacité des panneaux solaires. D’autres systèmes en éventail, qui permettent de suivre le soleil, existent mais sont d’un coût prohibitif. Ce système "ISTIC" est de plus facile à mettre en oeuvre. Continuez à développer vos propres techniques qui sont adaptées à l’utilisation d’une grande majorité de la population.

  • Bravo ! Félicitation au jeune frère Kadio. Ce sont des gens comme cela dont notre pays et l !Afrique ont besoin.
    Que Dieu te donne les bénéfices de cette belle trouvaille et te destine à une belle carrière professionnelle.
    Il faut préciser que l’objet inventé est un support de plaque solaire et non une plaque solaire. Je pense que le titre est éronné.

  • Déjà on dit plaque mais panneau ou module solaire ! Dommage

  • C’est très bon et bon boulot pour ce jeune. J’avais toujours pensé à cet problème pour les plaques solaires. Sans remettre en cause la qualité de l’invention, je me demande si cela n’a pas été déjà résolu ailleurs puisque plusieurs systèmes utilisent déjà le mécanisme de rotation. En outre, les lunettes ne sont pas une invention. Attention a ne pas prendre des exercices ou des sujets pour des inventions. Sinon, on recule au lieu d’avancer.
    Juste une contribution et dans tous les cas, je milite pour une amélioration et une vulgarisation de ce système. Il faut que nous soyons leader africain de l’énergie solaire.

  • Félicitations. C’est bien. J’ai toujours eu confiance au techniciens. Ils sont efficaces et bien mieux que les ingénieurs et docteur avides de 4x4 et beaux culs. Coûteux et inefficaces.

    • Bravo à cet étudiant méritant car ayant mi ses idées en pratique. Mais pour ma part c’est inutile car nous savons que le Burkina Faso, situé à la latitude 12° et que l’angle d’inclinaison optimal des modules est de 15°.

  • Mes félicitations. Mais au lieu de l’exposer pour faire du bruit il faudrait plutôt songer à protoger cette innovation à l’OAPI. c’est dans ce cadre de soumission de cette innovation que l’on saura si c’est neuf ou une copie d’ailleurs. Il faudrait qu’il se rende à l’avenue Kwamé N’Krumah, à la Direstion du Ministère du Commerce et voir SOMDA Abraham qui s’occupe des questions de l’OAPI et l’on aidera à soumettre so oeuvre à l’OAPI. Cest de cette manière qu’un pays se developpe en étant un pays exportateur de technologies pour avoir une bonne monnaie et non un pays exportateur de matières premières ou agricoles avec une monnaie de singe constamment en dévaluation et la population ne fait que souffrir.

  • Cet etudiant a t’il un contact pour etre joignable. Bon boulot cher etudiant.

  • Bravo à notre frère Kadio. Ce système existe aussi en Allemagne et fonctionne très bien. Suis
    très heureux de savoir qu´indépendament de ce qui existe ailleurs, des jeunes frères font les mêmes inventions. Courage et félicitations !!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.