Présidence du Faso : Le Haut-conseil de dialogue social présente ses organes et ses instances à Roch Kaboré

LEFASO.NET | Par Milaine Tiendrebeogo

Publié le lundi 9 juillet 2018

Présidence du Faso : Le Haut-conseil de dialogue social présente ses organes et ses instances à Roch Kaboré

Ce lundi 9 juillet 2018, le président du Faso, Rock Marc Christian Kaboré, a reçu en audience le Haut-conseil de dialogue social. L’objectif de cette rencontre, à entendre Domba Jean Marc Palm, président de ladite institution, est de présenter les différents organes et instances du Conseil de dialogue social au président du Faso.

Présenter le bureau et les instances du Haut-conseil de dialogue social au président du Faso, tel est l’objet de la rencontre entre les responsables de cette structure et Roch Marc Christian Kaboré. Reçus ce 9 juillet 2018 à la présidence du Faso, Domba Jean Marc Palm et son équipe ont fait part à Rock Marc Christian Kaboré de la composition et des instances du bureau. Pour M. Palm,cette rencontre a eu également pour objectif de rassurer le président du Faso quant à la parfaite opérationnalisation du comité. « Nous pensons qu’avec le bureau ici présent, nous commencerons à être opérationnels » a-t-il laissé entendre.

JPEG - 55.1 ko
membre du conseil de dialogue social

Plusieurs chantiers sont en cours, selon Domba Jean-Marc Palm. Il s’agit entre autres de l’adoption d’un programme d’action. A ce niveau, il s’agit en effet, selon le président du comité, de la mise en place d’un programme qui permettra le bon fonctionnement du Haut-conseil de dialogue social. A cela s’ajoute la création d’une commission et l’adoption du règlement intérieur qui a pour rôle de structurer le fonctionnement du comité, selon les règles et les normes.

Le bureau est composé d’un président, d’un vice-président gouvernement, d’un vice-président patronat, d’un vice-président syndicat et d’une secrétaire générale.

Milaine Tiendrebeogo
LeFaso.net

Messages

  • Finalement qui fait quoi ? le médiateur du Faso occupe déjà le terrain.Des conflits sociaux dans la fonction publique jusqu’au foncier rural.Expliquez-nous clairement votre raison d’être.Même si on est mal assis,on ne multiplie pas comme ça les institutions d’indulgences.Waii

  • Avec tous ces "machins"créés,si les accords syndicaux ne sont pas respectés,les prochaines grèves seront un tsunami.

  • Au moment où les acteurs sociaux et des représentants du peuple se sont réuni pour demander la réduction du nombre d’institutions,voici que le gouvernement insiste pour mettre en place une institution inutile et non consensuelle, car plus de la moitié des travailleurs ne s’y reconnaissent pas. Le cadre de concertation ou de dialogue gouvernement-syndicats est suffisant pour résoudre les problèmes des acteurs sociaux, principalement les syndicats. Il ne faut pas prêcher la bonne gouvernance et l’austérité en paroles et se mettre à multiplier des institutions doublons de celles existantes (HCRUN, Médiateur du Faso). Mais, comme c’est fait pour récompenser des camarades politiques par des traitements (président, vices présidents, secrétaire générale) des indemnités et des perdiems, on persiste. Seulement il ne faut dire après qu’il n’y a pas d’argent pour satisfaire les travailleurs. Combien de dispensaires ou d’écoles le budget de cette institution aurait pu permettre de construire ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.