Bobo-Dioulasso : Un présumé criminel pris dans les filets de la police

LEFASO.NET | Par Romuald Dofini

Publié le lundi 9 juillet 2018

Bobo-Dioulasso : Un présumé criminel pris dans les filets de la police

Le 29 mars 2018 aux environs de 16h, le commissariat central de police de la ville de Bobo-Dioulasso a été informé de la découverte du corps sans vie d’une jeune dame, dans les encablures du village de Samangan, situé sur la route nationale N°8 (route Bobo-Orodara), non loin du mur de l’aéroport international de Bobo-Dioulasso. A côte du corps, se trouvait un bébé vivant âgé d’environ trois mois. Suite aux investigations menées par les forces de sécurité de la ville de Bobo, le présumé auteur du meurtre a été saisi et présenté aux hommes de média, le vendredi 6 juillet 2018.

En effet, après les constatations d’usage faites par les services de la police nationale, l’état du corps laissait paraitre qu’il s’agissait d’une mort suspecte.Un extrait de naissance et un carnet de santé trouvés sur les lieux ont ainsi permis d’identifier la victime qui se nommerait Christine Hien, épouse de Sidiki Sawadogo, qui serait un orpailleur. Dès lors, une enquête a été ouverte.Les investigations menées depuis ce temps ont non seulement permis de retrouver les parents de la victime, mais aussi d’aboutir à l’arrestation, dans la ville de Banfora, le 23 juin 2018, du nommé D. A., le présumé auteur des faits.

Selon le commissaire principal de police de la ville de Bobo-Dioulasso, Oumarou Songné, la première phase de l’enquête a été marquée par la recherche des parents de la victime. Plusieurs personnes ont été mises à contribution, notamment des ressortissants de la province de la Bougouriba. L’enquête n’a pas pu connaître une avancée notable parce que les parents ne disposaient pas d’assez d’informations sur la victime.Par la suite, les investigations feront ressortir que la victime vivait avec un orpailleur sur un site aurifère dans la région des Cascades. C’est ainsi que le domicile de l’orpailleur sera identifié à Banfora au secteur 15.

A en croire le commissaire Songné, les investigations se sont poursuivies jusqu’à ce que les enquêteurs aient l’information selon laquelle la victime aurait séjourné chez un certain D. A. suite à une dispute avec son concubin.

« Il était alors question d’identifier le nommé D.A. qui avait auparavant emménagé dans un autre quartier de Banfora avant même les faits. II sera localisé au quartier Bounouna de Banfora et interpellé le 23 juin 2018.Il a longtemps nié les faits en déclarant n’avoir plus vu la victime depuis plus d’un an. Aussi, il a contesté detenir par devers lui les ustensiles de cuisine de la victime.

La vérification de ses déclarations et une investigation approfondie ont permis d’avoir des éléments de preuves contre D.A. avant que celui-ci n’avoue son acte ignoble. Ainsi, une perquisition à son domicile à Banfora a permis de retrouver le téléphone portable et la carte SIM du numéro d’appel que tenait la dame (victime) le jour de son assassinat », a expliqué le commissaire Songné.

Selon les dires des conférenciers, « D.A. entretenait une relation intime avec la dame tout en la faisant passer pour sa petite sœur aux yeux du voisinage. La dame H.C. a entre temps trouvé refuge chez son supposé frère, courant 2017, suite à une mésentente avec son mari. D.A. a saisi cette occasion pour améliorer sa relation avec H.C., tout en l’incitant à abandonner définitivement son concubin pour se remarier avec lui », a indiqué le commissaire.

Étant donné qu’elle était enceinte de son mari, elle a préféré attendre son accouchement avant de donner une réponse à son amant. C’est ainsi qu’elle a laissé ses ustensiles de cuisine avec D.A. pour se rendre en famille à Diébougou. Après son accouchement le 25 décembre 2017 à Diébougou, la dame H.C. a décidé de regagner son foyer en février 2018 à Banfora. Elle a ainsi demandé la restitution de ses ustensiles de cuisine à son logeur de circonstance. Étant donné que la décision de la dame H.C. n’était plus favorable à D.A., « celui-ci a décidé de se venger ».

Par mesure de prudence, il a décidé de changer de localité pour commettre son forfait. Ainsi, il a d’abord fait comprendre à la victime que ses effets se trouvaient à Bobo-Dioulasso et qu’elle devrait s’y rendre pour les récupérer. Aussi, il a remis une nouvelle carte SIM à la victime et ne la joignait que sur ce numéro.

« Le 29 mars 2018, D.A. s’est rendu à Bobo-Dioulasso avant d’inviter H.C. à le rejoindre pour récupérer ses effets. Arrivée à Bobo dans la matinée du 29 mars 2018, H.C. a contacté téléphoniquement D.A. qui l’a rejoint aussitôt vers la cathédrale de Bobo-Dioulasso. Ils ont emprunté un tricycle en direction du village de Samagan, et ont débarqué au niveau de l’ex-pied-à-terre du président du Faso. Ils se sont retirés sous un arbre à quelque 10 mètres de la RN 8 et au pied du mur de l’aéroport international de Bobo-Dioulasso. Après avoir eu des rapports sexuels avec la victime, le nommé D.A. s’est saisi d’une grosse pierre et a assommé la dame, lui écrasant la tête pendant qu’elle était couchée. Alors qu’elle gisait dans son sang, D.A. a pris la fuite en abandonnant le bébé de trois mois. Il emporte avec lui le téléphone de la victime et regagne Banfora dans la soirée », a relaté le commissaire.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Messages

  • un gars comme ça, il sera condamné à perpétuité (puisqu’il n’y a plus de peine de mort) et puis, un jour, bénéficiant de circonstances qui peuvent être de toutes sortes, il sera libéré. Pour de tels crime prémédité et commis de sang froid...

    • Pour D A c’est la fin de la cabale. La véritable leçon à tirer de cette tragédie est qu’il faut que la gente féminine se ressaisisse ! Evitez de vous faire désirer par n’importe qui sous prétexte que votre corps vous appartient. Le corps et surtout le corps féminin est sacré mais malheureusement mais malheureusement on le vilipende pour quelques instants de plaisir et voilà là où ça nous mène.Ces histoires sont de plus en plus fréquentes. C’est pourquoi je suggère que les sociologues se saisissent du phénomène et que les religieux aussi intensifient prêches et prières pour conjurer ces mauvais sorts et ces drames qui commencent toujours par une légèreté et finissent par la mort.

  • Il doit être emprisonné a vie.OK ?

  • Il faut maintenir la peine de mort au BURKINA FASO

  • pourquoi l’abolition de la peine de mort.

  • Ce criminel sauvage mérite la prison à vie. Le laisser souffrir en prison jusqu’à ce que mort s’en suive.

  • Normalement : peine de mort par fusillade mais haya ! on s’est précipité pour abolir la peine de mort pour des raisons politiques.Les Etats Unies qui sont considérés comme la plus grande démocratie au monde pratiquent toujours la peine de mort ( généralement par injection létale).Ils savent pourquoi ils ne l’ont pas abolie chez eux.

    • Est-ce pour autant qu’aux États-Unis, les crimes abominables ont disparu comme par enchantement !? Et ces fusillades à répétition dans des lycées ? Et notre compatriotes sauvagement tabassé et laissé pour mort, et qui a survécu, presque miraculeusement ? Monsieur l’"internaute de Banfora", tu vois que ton raisonnement ne vole pas haut. Ce n’est pas parce que on maintient la peine de mort dans un pays que les crimes abominables vont cesser. Il y a des problèmes de fond dans nos sociétés qu’il faut régler en profondeur. Ce qui est décourageant, c’est que à chaque fois qu’ y a un crime du genre, on assiste toujours et encore à ce type de réaction plate et inepte. Vraiment dommage !

  • Voici une des conséquences de l’abolition de la peine de mort ! Lui il ne sera pas abattu d’une grosse pierre et le bébé risque de se venger un jour de lui. Le fils du présumé risquera de se venger un jour du bébé. Ainsi de suite. Où allons nous ?

  • Les français nous ont flattés, on a sauté la peine de mort et on n’a pas eu François ; pendant ce temps des pourritures de la sorte continuent leur sale besogne dans nos villes et campagnes. Qu’est ce qu’un monsieur comme ça mérite si ce n’est la mort. Imaginez vous un peu à la place des parents de cette malheureuse assassinée ? Les règlements de compte ne finiront jamais tant que ça sera ainsi. Rien ne justifie qu’on laisse un mec comme celui là vivant dans une prison sous prétexte de droit de l’homme. Chacun doit payer pour ses crimes.

  • C’est là où on attend les soit disant droit de l’homme.
    Et nos OCS ? où sont elles ?
    Que dire de cette situation ?

    • Toi, "Yelwingtiim", qui te dit que la peine de mort résoudrait de type de dramatique et criminelle déviance, dans cette société hautement tramadolisée, aux valeurs sociales positives en déperdition, où d’autres crimes (que tu ne perçois pas toujours), tels des détournements de centaines de millions voire de milliards, sont commis par des délinquants, sans que tu n’en n’émeuve !? C’est aux maux à la base qu’il faut s’attaquer. Sinon, même si tu condamne à mort ce type (sur la base de la vive émotion), d’autres crimes du genre continueront de se produire. C’est vrai qu’il faut élever le niveau de la réflexion pour comprendre cela. Ce qui ne semble pas être le cas chez certains, comme toi, mon ami "Yelwingtiim". Mais enfin !! Sans rancune.

  • Vraiment, paix à l’âme de la défunte et courage à sa famille. Félicitations à la police qui a fait un travail propre. C’est sincèrement écœurant de voir des minables banaliser la vie humaine comme cela. Certes, c’est civilisé d’abolir la peine de mort mais devant des assassins pareils sans état d’âme, cinglé et drogué, la sentence doit être immédiate et sur-le-champ. Comment peut-on éliminer froidement une dame et abandonner le bébé comme un insecte ?

  • Bravo déjà à la police de BOBO et de BANFORA pour ce brillant résultat dans cette très triste et révolvante affaire . C’est comme ça qu’on aimerait vous voir collaborer ,vous de la police ,dans la complémentarité efficace pour mettre hors d’état de nuire ,et les criminels comme celui là et les terroristes .Je comprends certains internautes qui regrettent cette abolition de la peine de mort et je suis d’avis avec eux . Quand je lisais cet article, la colère me montait au fur et en mesure et je ne suis pas sûr, que si je me trouvais en face de ce monstre et que j’ai une arme sur moi je risquais de lui peter le crâne . Dieu a bien fait que je ne sois pas policier, car je me demande comment ces braves policiers arrivent à se maitriser devant ce genre de situation . En tous cas chapeau bas chers policiers d’avoir débarrasser notre société de ce monstre hideux

  • Faut jouer balle à terre. Paix à l’ame de la defunte, que dieu lui pardonne ses pechés mais il faut avouer que cette dame-là a prit trop de risque dèèh :
    1) mentir à son mari que ce individu est son petit frère alors que son amant (!!!)
    2) Accepter faire des rapports sexuels en plein air avec un bebé de 3 mois (!!!)
    3) Alors qu’elle veut (apparemment ) retourner vivre avec son mari (légitime) vient coucher avec son amant ; cela veut dire qu’elle comptait pas rompre avec ce dernier en réalité
    Il y a des péchés qui n’attendent pas le jour du jugement dernier pour etre puni par dieu

    • Ne vous trompez pas de jugement. Beaucoup de gens font des rapports sexuels en plein air. De plus, la responsabilité est partagée entre l’homme et la femme. Entre ce qu’elle a fait et la mort, c’est trop cher payé. Paix à son âme.
      La pourriture de D.A. doit payer le prix fort pour cet acte inqualifiable.

    • ceci justifie-t-il cela ? nullement ! Vous a-ton dit que le dernier acte était un rapport consentant ? Aussi, il ressort du récit que c’est le sieur D.A. qui présentait la victime comme étant sa sœur contrairement à vos affirmations. A contrario, quels que soient les errements de la défunte, sa ne justifie point cette sauvagerie.

  • SIANN, qui vous a dit qu’elle a accepté de faire les rapports sexuels volontairement, ça peut être par contrainte, et puis c’est sa vie à elle,des gens font pire que ça, même vous et on les tue pas bêtement, refléchisser avant de parler.C’est l’enfant de quelqu’un.S’il plait à dieu même si ça ne serait pas vous directement ça risque d’être parmi vos descendant.A visage découvert on doit vous juger avec ce criminel.On ne doit pas encourager ce qui n’est pas bien.C’est dieu seul qui sait ce qui bien ou pas.SIANN vous êtes bêtes ,impoli, mal éduqué qui n’avez pas pitié de l’être humain. Au pôteau avec cet assassin !

    • Cher payé avez-vous dit ? Allez-y demander au mari de la dame ce qu’il récent actuellement en voyant son enfant de maintenant 5 ou 6 mois tous les matins...sachant comment et dans quelles circonstances il a perdu sa femme ! C’est lui plutôt qui vous dira qui des 2 a vraiment eu tord. Nous sommes hypocrites et c’est comme ça que ces horreurs ne finissent pas. Il faut condamner l’adultère de la femme qui en réalité est la cause du drame. Elle avait son mari et pouvait bien s’en contenter ou divorcer pour épouser le second. A force de vouloir jongler voilà où est-ce qu’elle s’est retrouvée. Oui pour un partage de responsabilité mais en attendant que fait-on de la vrai victime qui n’est autre personne que le mari de la pauvre dame ? En répondant à cette question vous comprendrez qu’il ne s’agit de se contenter de jeter l’assassin en prison mais de travailler à réduire ces horreurs et cela passe par la condamnation de l’adultère !

    • Et les hommes qui trompent leur femme, meritent-ils la mort ? Combien de gens pratiquent l’adultère dans ce pays, vous en connaissez le nombre ? sont-ils tués pour autant ? Aux yeux de Dieu, l’adultère de l’homme n’est pas moindre que celui de la femme. Arrêtez d’évoquer l’acte de la dame dont vous ignorez la cause pour justifiez sa mort.
      Je suis sûr que vous avez déjà trompé votre femme et pourtant vous êtes encore vivant pour dire des bêtises.
      Sawadogo

  • Bon boulot les gars. mais Mr le Commissaire, c’est quel fauteuil ça là ?

  • Eh !! dans BF-là les gens sont huper-sentimentalistes Dès qu’il y a mort d’homme , haya, on ne reflechit plus à la raison/cause de la mort de l’intéressé. Tout defunt a raison sur toute la ligne. Ok. restez dans vos sentiments, seulement
    Moi en tout cas je trouve que si la dame avait été fidèle à son mari tout cela n’aurait pas arrivé. Quand on aime pas quelqu’un on le quitte franchement et on refait sa vie avec qui on veut mais pas jouer double jeu. Merci.

  • Suis désolé mais ce n’est pas parce que beaucoup de gens font quelque chose que cette chose est normale ou bien. Encouragez les gens seulement à la débauche et vous aurez toujours des cas malheureux. A bon entendeur...

  • Vue ces pareils actes je lamente qu’on parle de la suppression de la peine dans la constitution burkinabé.

  • je suis d’abord avec une condamnation a vie.mais il faut que les femmes aussi prennent conscience sur leur infidélités surtout les femmes marié, sais vraiment dommages de même déplacer jusqu’à bobo sans rien dit du tout a son époux. ni un proche pour l’accompagner, l’amour l’amour quand sa nous tiennent !!!! désolé repose en paix chère soeur que la justice te sois rendu et que la terre du Burkina te soit légère

  • il y a trois aspects a aborder cette tragique evenement. D’abord la facon dont a été traité cet evenement par le journaliste. Je constate que l’on ne met plus un bandeau aux yeux de criminels ou presumes tels ou tout accuses ou pretendus accusés etc. On le faisait par mimetisme ou pour eviter toute accusation de diffamation, atteintes a la dignite, droits de l’homme etc et ce qu’on veut. Bref ! Mais on leur met maintenant des lunettes noires : ce qui est deja une avancée et un bon compromis acceptable. Car pour moi en afrique quand on a un accusé on le fait connaitre qu’on le corrige ou on fasse attention. Peut etre meme que le fait de le faire connaitre des gens viendront le defendre parce qu’on le connait. etc. C’est dire qu’on doit arreter de singer l’europeen pour faire moderne et droits de l’homme.

    je constate aussi que le journalisme a donné l’identité de la victime (ce qui n’est pas mauvais) mais evite de donner le nom de l’incriminé, sinon par des initiales (meme si dans la suite de son ecrit, il ne fait reference a la victime que par ses initiales). Pourquoi cette difference de traitement ? Est ce parce qu’elle est morte ? Elle ne peut pas vous attaquer en justice : n’est-elle pas victime une deuxieme fois ? Nous voulons les identites de criminels. vous en donnez deja une photo.... alors !!!

    l’autre aspect, c’est dans les interventions des uns et des autres : peine de mort, condamnation de l’adultere, etc. mais nous omettons de placer ces comportements et evenements dans leur contexte. Ceux qui condamnent le monsieur de profiter de cette dame auraient été les premiers a coucher avec elle s’ils se trouvaient dans cette situation. Les hommes d’aujourd’hui sont les premiers a bafouer ce qu’ils appellent la morale et vont venir se presenter comme etant des gens bien sur lefaso.net. Il est dit qu’elle etait enceinte de son mari qu’elle avait fui suite a une dispute ; c’est naturel. Elle s’est confiée a un ami (est ce un parent ? ou juste une connaissance ?). Cet ami a profité de la desolation et de la faiblesse psychologique de la dame qui ne demandait que du soutien pour coucher avec elle : qui est a condamner ? De plus il couchait avec une femme deja enceinte !!! Et en plus la femme de quelqu’un qu’il connait peut etre.

    avoir quitté son mari apres une dispute c’est chose courante, d’autant plus que les humeurs, la faiblesse, la desolation et le desarroi d’une femme en grossesse, on le sait. En profiter pour la detourner ou pour abuser d’elle, où, de quel coté se trouve la morale ? Qui est la vraie victime ? Qui vous dit qu’elle le faisait de son plein gré ; elle etait demunie affectivement et probablement demunie financierement a un moment elle en a le plus besoin. et avec un monsieur qui peut etre lui faisait des avances car il avait compris la situation. Elle a voulu retourner avec son mari, preuve que ce n’etait qu’une situation passagere de sauts d’humeur d’une femme, en plus enceinte. Au lieu de s’emballer dans des condamnations moralisatrices, nous les hommes nous devons nous poser les vraies questions de nos comportements MASCULINS envers les femmes en general et surtout quel est le vrai sort de la femme africaine en particulier ? etc.

    au dela cet evenement se pose (à partir de l’identite de la victime) un gros probleme : la question de l’orpaillage sauvage et son impact social dans nos societes en transition. Cette question est d’autant plus criarde dans la region du sud-ouest avec leur conception vis à vis de l’or et surtout de la gestion des terres et de l’occupation des sols et aussi entre autres avec la question des lotissements. Ces questions ont destructuré entierement de fond en comble la société dagara avec l’argent de l’or et la perte des terres... Allez voir la catastrophe sociale a Dissin, Dano, Gaoua, Diebougou et le moindre petit recoin de la region. Je ne parle meme pas de la catastrophe sur l’environnement. Le probleme n’est pas localisé a cette region seulement, mais leurs effets me semblent un concentré representatif. Et cela se passe devant le regard indifferent des fils et filles de la region, quand eux eux-memes ils n’ont pas joué pour le renforcer.

    Il n’est etonnant que les parents de la victime ne sachent meme pas ou etait leur fille car la desolation et desintegration sociale est telle que plus aucun chef de famille ne controle plus rien dans sa famille. Plus personne en sait qui fait quoi, qui est où et avec qui : du petit gamin au pere de famille ou meme mere de famille. Il n’y a plus de famille, qui est pourtant le fondement meme dans l’organisation de la societe dagara. Pour moi au dela de ces drames divers, c’est l’irresponsabilité des intellectuels et dirigeants devant les changements sociaux ddans des societes en transition sanas aucune preparation pour les affronter. C’est là où l’afrique sera achevée alors qu’elle a su resister meme a l’esclavage et a la colonisation pendant des siecles. Alors ressaisissons-nous et revenons aux fondamentaux de nos responsabilites chacun a son niveau.
    SOME

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.