Éducation : Faut-il être réaliste, strict ou permissif avec les enfants ?

Publié le jeudi 5 juillet 2018

Éducation : Faut-il être réaliste, strict ou permissif avec les enfants ?

L’auteur de cette tribune jette un regard critique sur le type d’éducation donné aux enfants d’aujourd’hui. Avec un regard nostalgique sur la manière dont les enfants étaient jadis éduqués, il invite les parents contemporains à adapter l’éducation de leurs enfants aux réalités sociales, au lieu de copier l’Occident. Lisez plutôt !

Nous avons vécu et évolué dans un univers et dans un système donné qui possède ses règles. Nous ne pouvons donc pas être en dehors de cet univers et du système de vie qui nous a été imposé instinctivement par nos devanciers.

Nous avons donc le devoir et la responsabilité de sauvegarder ces acquis du système afin de les transmettre aussi à nos descendants. C’est qui nos descendants ? Simplement nos enfants.

Ces êtres si petits, vulnérables, innocents, tendres, adorables, qui nous rendent heureux, sont aussi ces êtres qui peuvent nous faire vivre tous les calvaires de la vie. Un enfant appartient au peuple et nous sommes chargés de son évolution et de sa vie nutritionnelle. Les enfants peuvent devenir une providence ou un fardeau.
Les enfants, tant qu’on n’en a pas, c’est difficile de s’imaginer la vie avec eux, et une fois qu’on les a, on imagine la vie sans eux.

On pense généralement que les parents biologiques sont les seuls à pouvoir éduquer leurs enfants. Loin s’en faut. Certains parents s’enorgueillissent d’être le pilier de l’éducation de base de leurs enfants parce qu’ils les ont conçus.

Et les orphelins ? Et les bébés abandonnés ? Bon nombre d’enfants abandonnés et orphelins réussissent une bonne éducation de leurs parents adoptifs que des enfants ayant grandi avec leurs parents biologiques.L’éducation n’est donc pas liée à la congénitalité.

On peut être un père géniteur et ne pas éduquer mieux son propre enfant que celui qui ne l’a pas conçu. L’éducation n’est pas liée au fait qu’on a été géniteur, c’est souvent un don. Quiconque peut orienter nos enfants mieux que nous-mêmes. Certains enfants écoutent mieux leur oncle que leur propre père.

Quelle que soit l’éducation qu’on donnera à nos enfants, certains d’entre eux feront l’exception, à telle enseigne qu’on se demanderait s’ils ont reçu la même éducation que leurs pairs.

Rien n’est simple en matière d’éducation. Ce n’est pas une science exacte. Il n’existe pas d’improvisation en la matière, et les parents tentent d’inventer leur propre modèle en s’appuyant sur les modèles des autres ou sur des modèles déjà vécus.

L’enfant a besoin d’explications claires pour comprendre sa bêtise et ne pas recommencer. La punition éducative consiste à montrer à l’enfant qu’il a transgressé des règles préétablies, ou qu’il a récidivé d’une faute. Il faut qu’il sache les différents degrés de ses erreurs, et la punition doit être orientée en fonction de la gravité de la faute. En effet, un enfant qui fait tomber un verre, et celui qui insulte ses parents, n’ont pas les mêmes degrés de correction. La punition corporelle est légèrement tolérée ; ce qu’il faut éviter, c’est la maltraitance corporelle. La chicotte est une mesure disciplinaire : on peut l’utiliser pour faire peur à l’enfant, une fois déjà servi sur lui pour une faute antérieure.

Quelqu’un a dit ceci : « Il faut quatre vertus de la vie morale pour mieux éduquer nos enfants : être juste, utiliser la force, être tempérant, être prudent. »
Je ne peux pas être tempérant, si je ne suis pas prudent. Je ne peux pas non plus être juste, si je ne suis pas fort. Il me faudrait donc la connexion de ces quatre vertus.Les parents nous apprennent à parler et à marcher, et la société à nous asseoir et à nous taire.

L’enfant est témoin et acteur de l’histoire de la cellule familiale. Il a une obligation morale d’écouter ses parents, mais il n’est pas toujours obligé de suivre les consignes parentales. Il peut se forger son propre caractère et l’adapter à son environnement immédiat pour se réaliser.

On voit des parents qui n’ont pas le temps matériel pour éduquer leur enfant, et celui-ci se forge un comportement sain et enviable que d’autres enfants qui passent tout le temps avec leurs parents.L’éducation n’est pas scientifique.

On entend nos frères africains modernes dire qu’utiliser la chicotte, c’est qu’on a raté l’éducation des enfants. Que dire donc de nos parents qui en faisaient leur activité au quotidien ? Si tel est le cas, pensez-vous que la majorité des adultes aujourd’hui n’ont pas été bien éduqués ?

Pour le respect et la mémoire de nos parents, soyons sérieux et raisonnables.
En rappel, l’ONU en 2006 a décrété une charte contre les châtiments corporels. Seuls 23 pays sur 192 dont 18 européens, ont interdit tous les châtiments corporels. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

L’éducation occidentale est conforme aux enfants de l’Occident.Elle est donc fonction du milieu social et de la culture des parents.Ne cédons pas à l’émotion.Et ne nous infantilisons pas nous-mêmes.

Les caprices d’un enfant sont fonction du statut social de ses parents

L’enfant du pauvre ne voudra jamais le dernier jeu vidéo, ni le dernier smartphone en vogue, ou le vêtement à la mode. Si vous montrez aux yeux de votre enfant qu’il peut faire des crises pour avoir ce dont il a besoin, ne soyez pas surpris de sa réaction à exiger de vous les outils à la mode.

J’entends souvent les parents occidentaux dire aux enfants fautifs : « Vas dans ta chambre ; monte dans ta chambre ; tu es privé de dessert, ou privé de sorties ou tu seras privé de jeux vidéo toute la journée ».

Quand on fait une approche comparative avec nous, cela n’est pas une punition, ça frise même le ridicule. On connait bien nos conditions de vie.

De quelle chambre parle-t-on ? Combien d’enfants ont une chambre chez nous ? Quel dessert ? Me priver simplement de dessert et de jeu vidéo comme gestes correctifs ! On n’avait pas de dessert, de jeu vidéo, de chambre à nous, la punition était directe.À l’époque, les enfants appartenaient à tous les habitants du quartier.
Les enfants même dormaient dans les concessions voisines sans un lien de parenté direct. Lire la suite sur yenenga.net

Messages

  • Toi-la. calmos. Moi j’ ai fait 10 ans sans avoir d’ enfants. Apres ca, ma femme a fait deux fausses couches et c’est a la troisieme grossesse qu’ on a eu notre enfant, en sejournant 5 mois chez Seydou a Nagreongo. Apres ca , notre enfant, toi tu le frappe et tu crois que je vais te sauter au cou ? Tu es malade ou quoi ? Tu parles d’ evolution de la societe ? C’est l’ evolution d ela societe comme ca la. Si tu veux repartir en 1823 ou on battait les enfants et les femmes avec des gourdins, c’est ton probleme. Ecrit nul.

  • Belle écrit mon ami. L’éducation est un savant dosage. Il y a obligation de la réussir sinon bonjour les dégâts pour la famille et la société.

  • Ne soyez pas inquiet pour l’avenir car chaque génération s’adapte à la vie qui est proposée.Il n’y a rien de nouveau à la surface de la terre.On aura toujours l’impression que les enfants sont mal éduqés par rapport aux générations antérieures, mais cela est relatif.Nos grandspères ont dit de nos pères qu’ils ne sont pas bien éduqués, nos pères nous disent à leur tour que ns ne sommes pas bien éduqués et nous disons aujourdh’ui à ns enfants qu’ils ne sont pas bien éduqués.Pensez-vous que le monde est devenu meilleur ou pire ?Pour ma part, je pense que le monde, en dépit des tors que reproche à son système éducatif est meilleur par rapport à la barbarie du passé.Il y a 30 ans en arrière, tu te faisais tabassé dans les villes remplies de" gens venus des villages" (on suppose qu’ils ont eu la bonne éducation eux) et ya rien.On a vu des cadres de ce pays qui ont eu "la meilleure éducation" des années 70 et qui ont pillé nos pays.De nos jours, volé l’argent du pays est devenu plus difficile.Giflé une personne est devenue compliquée.
    Ce debat risque alors d’être l débat sur le sexe des anges.

  • Suite à la lecture de cet écrit je ne peux que me sentir totalement consterné.
    Deux choses en ressortent à l’évidence :
    - En ce qui concerne l’éducation, le sujet est vaste, complexe et dépasse largement le niveau de l’auteur, qui ne sait pas où il en est.
    - relativement à l’instruction : c’est mieux d’en avoir un petit peu quand on veut se lancer dans la rédaction d’un article.

  • Le monde n’est plus un village fermé, donc votre écrit devrait proposer des pistes pour aller dans le sens d’une éducation ouverte sur le monde.On ne peut plus retourner au 19e siècle, qu’on ne se voile la face !

  • Tu as raison @Cedric Janvier Ouedraogo de t’exprimer ainsi. Personne ne touchera à ton petit "kin-kirga" (genie) tant qu’il est enfant mineur bien protégé dans ta forteresse. Mais quand il va grandir, devenir majeur, il a intérêt à être droit dans sa conduite, sinon, s’il n’est pas abattu au detour d’un 6m d’un quartier sombre et aigri, c’est la prison qui sera sa nouvelle forteresse. Et personne s’en foutra qu’il soit enfant unique choyé d’un couple qui a souffert des années avant de l’avoir.

    Je m’excuse d’être si dur ainsi avec toi, mais sincèrement je n’aime pas les gens qui parlent mal croyant qu’ils sont les seuls à avoir le monopole de la malcause. Voilà quelqu’un qui a fait sa publication, croyant bien faire ; c’est juste une interpellation à mon sens. A la limite une invitation à débattre sur un sujet crucial à ses yeux ! Et il fait bien d’ailleurs de terminer sa réflexion par une question assez explicite : « Faut-il être réaliste, strict ou permissif avec les enfants ? » Si tu étais conséquent avec toi-même, tu aurais dû repondre simplement à la question en donnant ta position avec ton exemple à l’appui.

    A tous ceux d’ailleurs qui n’ont fait que tirer à boulets rouges sur l’auteur de l’écrit, je dis que c’est lamentable de leur part. Tout de même j’ai aimé la logique de @moussa, quand bien même je ne partage pas son opinion.

    En tout cas tu as raison sur tout si tu veux, sauf sur ta conclusion. Si l’écrit était nul comme tu le dis, ta réaction serait un non événement.

    Webmaster pardon, on dirait que tu as une dent contre moi je ne sais pas, mais laisse moi m’exprimer s’il te plaît. C’est mon droit tant que je n’ai pas diffamé quelqu’un qui n’a pas lui non plus diffamé ou se montrer impoli envers quelqu’un d’autre. Merci

  • Cher Cedric Janvier ouedraogo, c’est domage que tu ai tant souffert pour avoir cet être cher. Mais à te lire, (si ce que tu dis es vrai) je te plains car si ton enfant là découvre à quel point tu es faible devant lui, tu vas souffrir. Tous les parents souffrent pour avoir un enfant, ça n’a jamais été facile pour personne. C’est pas une raison pour que quand quelqu’un éduque le tien tu veuille le sauter au coup. En tout cas tu ferais mieux de le garder chez toi car s’il fréquente ses amis il sera bastonner un jour. Et je t’imagine sortant avec l’enfant de chez toi pour aller frapper celui qui a bastonner ton enfant et faire un scandale dans le quartier.Tu vois un peu le scénario du film ? Dans la plupart des cas tu retournera la queue entre les jambes car toi et ton enfant seront fouetés copieusement. Le gars a si bien dit dans son article, il ne faut pas éduquer son enfant comme un cochon, car vous vous faites à vous même du mal. C’est vous qui viendrai demain dire, "weh, mon enfant là aidez moi, il me cause trop de soucis, il m’ecoute pas, nananinanana". Eduque le pour qu’il soit un Homme le plus tot possible : Fort, digne, et ambitieux
    God Bless BF

  • Si chacun devrait exposer les soucis avec lesquels il a eu son enfant, Mr Cedric fondra comme du beurre sous le soleil. Souffrir avant d´avoir un enfant n´est pas une raison de l´inculquer une mauvaise education sans avenir .Chez nous on dit qu´on redresse le bois lorsqu´il est frais, un enfant mal eduque´ sera un incivique notoire, un paresseux et expose ses propres parents a des injures Mr Cedric il sera mieux pour vous a temps de bien eduquer votre petit KIN-KIIRGA comme disait l´autre plus haut si non qu´un jour vous serez la risee´ du public par les actes de votre enfant. Je ne suis pas un pere fouettard mais souvent il faut brandir le fouet pour le mettre sur le droit chemin.

  • SYLVANUS tu as tout dit je me posais la question sur la publication de Janvier Ouedraogo. C"est dommage qu’un père parle de la sorte. L’auteur a bien fait sa conclusion.Sois béni

  • Bien résumé mon Parent. L’enfant appartient à toute la communauté. Nous en avons les adages en langues locales. Et qui aime bien châtie bien. Si les occidents décrient le fouet, c’est parce qu’ils ont des enfants fragiles ; parents fragiles ; morale fragile. Dieu merci. Nous les noirs nous sommes enviés à l’extérieur même discrètement. Corps en forme, courage et morale. Donc, mangeons bien dans nos plats.

  • Longue vie à toi l’auteur .Dieu bénis monsieur SYLVANUS. il faudrait que les lecteurs comprennent d’abord les écrits avant de réagir.A Cédric c’est vraiment dommage.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.