Eau et Assainissement : Un appui budgétaire de l’Allemagne à hauteur de 4,6 milliards de F CFA

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo

Publié le mardi 26 juin 2018

Eau et Assainissement : Un  appui budgétaire de l’Allemagne à hauteur de 4,6 milliards de F CFA

Signature d’un accord de financement entre le ministre de l’Économie, des Finances et du Développement et la directrice du bureau de la Coopération financière allemande (KFW) au Burkina, ce 26 juin 2018 à Ouagadougou. Par ce geste, Hadizatou Rosine Coulibaly et Verena Le Chuiton ont rendu officiel un appui sectoriel d’environ 4,6 milliards de francs CFA qui servira à mettre en œuvre la politique de l’eau et de l’assainissement du Burkina pour les trois années à venir.

C’est une bouffée d’oxygène pour le ministère de l’Eau et de l’Assainissement. L’apport financier de la Coopération financière allemande (KFW) contribuera à l’atteinte des objectifs de la Politique nationale de l’eau (PNE), notamment le Programme national d’Approvisionnement en eau potable (PN-AEP), le Programme national d’Assainissement des eaux usées et excréta (PN-AEUE) et le Programme gouvernance secteur eau et assainissement (PGEA). « Les besoins en financement pour la mise en œuvre de ces trois programmes sont très importants. C’est dire donc l’apport inestimable que vous apportez au secteur de l’eau et de l’assainissement », se réjouit le ministre de l’Eau et de l’Assainissement dont le département est bénéficiaire de l’appui budgétaire.

D’un montant de 7 millions d’euros, soit environ 4,6 milliards de F CFA, l’appui budgétaire couvre les années 2018, 2019 et 2020. Le ministre de l’Économie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine Coulibaly, a salué la coopération très riche et diversifiée entre le Burkina et l’Allemagne.

Pour l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Burkina, Dr Claus Bernard Auer, cet appui budgétaire sectoriel est un signe de confiance au gouvernement et à l’administration burkinabè, parce que le Burkina Faso est l’un des derniers pays à bénéficier encore de l’appui budgétaire sectoriel de son pays.

De l’avis du diplomate, cet appui découle d’un constat. Malgré les progrès réalisés ces dernières années, près de 26% de la population burkinabè n’a pas encore accès à une eau potable. Et seulement 21% environ bénéficie d’ouvrages d’assainissement améliorés en 2017. Pis, près de la moitié de la population pratiquent toujours la défécation à l’air libre.

À travers les instruments de la coopération allemande comme la KFW et la GIZ, l’Allemagne apporte un appui financier pour la réalisation de système d’adduction en eau potable par la réalisation d’ouvrages. « Actuellement, les projets et programme appuyés par la KFW concentrent leurs interventions dans les zones loties et non-loties des petites et moyennes villes, ainsi que dans les périphéries à forte croissance des régions du Sud-Ouest, des Cascades, de la Boucle du Mouhoun et des Hauts-Bassins », a dit l’ambassadeur.

L’Allemagne donne, mais attire également l’attention sur certains domaines. Ainsi, Dr Claus Bernard Auer a noté qu’au regard de la réalité centrale de l’eau et de l’assainissement, les partenaires comme son pays continuent le plaidoyer pour que le sous-secteur de l’eau et de l’assainissement redevienne un secteur de planification à part à entière.
Aussi, il a appelé au démarrage effectif et la mise en œuvre de la maîtrise d’ouvrage communale, avant de suggérer le maintien de l’application intégrale du décret portant sur la taxe de prélèvement de l’eau brute, en application de la loi sur la contribution financière en matière d’eau basée sur le principe préleveur-payeur, et pollueur-payeur.

C’est naturellement tout heureux que le ministre de l’Eau et de l’Assainissement a accueilli la signature du contrat de financement qui profite à son département. Niouga Ambroise Ouédraogo s’est dit « très touché par la coopération allemande dans le secteur de l’eau », une très longue coopération.

En réponse aux inquiétudes de l’ambassadeur, le ministre a rassuré. Que ce soit le renforcement des ressources humaines dans le département de l’eau et de l’assainissement ou la maîtrise d’ouvrage communale qui est important en ce qu’il permettra de régler les problèmes des population à la base, ou encore la contribution financière en matière d’eau, le gouvernement en est conscient et en fait son cheval de bataille. D’ailleurs, certains textes ont déjà été adoptés pour lever les goulots d’étranglement, a rassuré Niouga Ambroise Ouédraogo.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Messages

  • Drôle de pays. Demander 4,6 milliards et distribuer 55 milliards à un groupe de fonctionnaire.
    Pauvre pays. allons seulement

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.