Mise à plat des salaires des agents publics : La Coordination des syndicats de la fonction publique tient un sit-in d’avertissement

LEFASO.NET | Marcus KOUAMAN

Publié le mardi 12 juin 2018

Mise à plat des salaires des agents publics : La Coordination des syndicats de la fonction publique tient un sit-in d’avertissement

Au moment où s’ouvrait la Conférence sur le système de rémunération des agents publics de l’État, ce mardi 12 juin 2018 dans la capitale, la Coordination des syndicats de la fonction publique tenait son sit-in, de 8h à 11h, sur toute l’étendue du territoire. Cela pour avertir le gouvernement quant à sa volonté de convier tout le monde pour discuter de choses qui ne concernent que des employés et leur employeur.

À l’appel de la Coordination des syndicats de la fonction publique, qui compte plus de 40 syndicats dont 38 signataires de ce mot d’ordre et de la plateforme minimale, les travailleurs ont observé un sit-in, de 8h à 11h, ce mardi 12 juin 2018. Cela pour protester contre la tenue et le format de la Conférence sur le système de rémunération des agents publics de l’Etat. Pendant ce temps, d’autres syndicats (cinq centrales syndicales et 21 syndicats autonomes) participent à cette rencontre du côté de la salle de conférence de Ouaga 2000.

C’est en ordre de bataille, sous un nimier avec ses collègues au Lycée technique national Général-Aboubacar-Sangoulé-Lamizana (ex-LTO) que le porte-parole de la Coordination, Souleymane Badiel, est revenu une fois de plus sur les raisons de leur non-participation à cette conférence. Pour lui, ce format élargi à d’autres composantes de la société n’est pas fait pour tenir un débat serein qui peut régler les problèmes auxquels sont confrontés les travailleurs de la Fonction publique. D’où ce mouvement d’humeur qui fait office d’avertissement au gouvernement.

Un dialogue de sourds !

« Nous avons suggéré au gouvernement de réduire le format afin que nous puissions discuter objectivement de la question de rémunération qui, en principe, ne concerne et n’engage que l’employeur et son employé », a-t-il laissé entendre.
Ou à défaut, que ce qui va être sur la table de discussion soit la question de la richesse nationale. Sceptique quant aux résultats qui pourraient sortir de cette rencontre, le syndicaliste semble convaincu qu’au fond, le gouvernement vise à mettre en place « une politique d’austérité salariale ».

La veille (lundi 11 juin 2018), le Premier ministre, lors de sa déclaration sur cette même question, a affirmé ne pas savoir les motivations de la non-participation de certains syndicats. Pour le sieur Badiel, il aurait fallu que l’on reporte la rencontre et que l’on communique les éléments de la richesse nationale, comme suggéré dans la lettre adressée au chef du gouvernement. « Nous sommes étonnés qu’il dise qu’il n’a pas les motivations de nos organisations syndicales », a-t-il souligné.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Messages

  • Pauvre BADIEL, ne vous laisser pas berner par ces financiers véreux qui ne visent que la protection de leur Fonds commun.
    Avant la polémique sur le FC, est-ce-que les syndicats des finances avaient du temps pour vous ? Je ne sais pas de quel corps vous êtes, mais si vous êtes Enseignant, je me demande quel acquis avez-vous à préserver ? Si ce n’est quelques bibines offertes par vos amis financiers, tout en vous narguant, après avoir empoché leur "jackpot" trimestriel.

  • Pauvre BADIEL, pour vous rendre compte de votre erreur en ne participant aux débats tant attendus, comparez votre engin à celui d’un responsable syndical des finances.

  • Bonjour à toutes et à tous. Bon jeun à tous les musulmans du monde entier. Sincère je ne comprend pas certaines personnes dans cette vie. Qu’est ce qu’ils veulent ces syndicats ? Aidez moi : c’est une rencontre vitale.

  • Quand ces syndicats disent qu’ils veulent avoir une discussion avec leur employeur. Est-ce l’Etat ou le Gouvernement qui emploie ? A ce que je sache l’ensemble du gouvernement est un employé de l’Etat. Les gouvernements passent et l’Etat reste.
    Vous êtes de mauvaise fois.
    Voilà des gens qui aiment marcher sur la tête et que le gouvernement s’évertue à vouloir faire marcher sur les pieds.

  • Ha bon donc il n’y a que les fonctionnaires qui sont Burkinabé ! Et pourtant que c’est grâce à tout le monde que vous êtes employés par l’Etat.

  • "Un format d’échange qui regrouperait l’employeur et l’employé", Vous pensez que c’est le gouvernement qui est votre employeur ? Détrompez-vous ! L’employeur d’un agent public c’est l’Etat et l’Etat c’est aussi bien les agents, les syndicats, les forces vives, le gouvernement...

  • Mes frères, un gouvernement ne se préoccupe jamais des salaires de ses agents.s’il s’agite avec cette remise à plat sachez que c’est seulement pour nous détruire, pas plus que ça. Frère tinganogo, sachez que cette situation n’a rien avoir avec le FC. Le gouvernement a juste fait cette polémique du FC pour monter l’opinion et profiter faire passer leur forfaiture.Si vraiment cette remise à plat passe, sachez que nous retombons dans une dictature pire que celle du règne de Blaise Compaoré. De toute façon, le souhait de tout le monde est que cette remise à plat résolve vraiment les injustices et autre cité par le premier ministre,mais de mon point de vue ça sera un miracle.Ceux qui acceptent accompagner le gouvernement aujourd’hui ne soucient pas des travailleurs et du peuple. ils ne pensent qu’à leurs intérêts égoïstes et individuels. une chose est sûr, la vérité se révèle toujours et toujours. Courage à ceux qui sont lucides et savent ce qu’ils veulent. c’est dure aujourd’hui de se faire entendre et se faire comprendre sans pouvoir et sans argent, mais le ciel est du coté des faibles et de la vérité . L’avenir nous dira.

  • Vraiment, je me demande ce que certains syndicats veulent au juste. Quand le président Rock avait annoncé dans son discours en début d’année des assises pour revoir les salaires des fonctionnaires de l’Etat, vous aviez applaudi, mais pourquoi refuser aujourd’hui d’aller à la table des discussions ? L’employeur est libre d’inviter les forces vives de la nation pour le traitement de son personnel. Que Dieu nous prenne en pitié.

  • Salut les amis, merci le Démocrate pour cette précision. Certaines personnes notamment les syndicats qui refusent de participer à la conférence sur les rémunérations confondent ces deux mots. Gouvernement et Etat. Les employeurs sont recrutés par l’Etat et l’Etat c’est toutes les forces vives de la nation y compris les fonctionnaires. Ressaissez vous car le gouvernement dit que la porte reste ouverte.

  • Je suis payé pour chaque heure effectivement effectuée et si par malheur je déserte mon poste de travail sans motif réel,il y aura des retenues sur ma fiche de paie.J’ose espérer que ces 3h d’absence non justifiées surtout que leur fameux sit-in est illégal se ressentiront sur leur bulletin de salaire.Il fait arrêter enfin ces comportements anarchistes,grotesques et enfantins

  • Finalement qu’est ce que les fonctionnaires veulent ? Certains qui sont bien payés trouvent qu’ils ne le sont pas suffisamment et veulent une amélioration de leurs revenus. D’autres par contre qui sont véritablement mal payés trouvent qu’il y a une injustice dans la rémunération des agent publics. Pour faire cesser les mouvements d’humeur, le gouvernement propose une rencontre au cours de laquelle des propositions pertinentes sortiront des débats. Et voilà que des gens refusent de participer. La politique de la chaise vide n’a jamais payer. Il vaut mieux aller et faire des propositions. A mon avis, la présence ou l’absence des OSC ne devrait pas empêcher quelqu’un de donner son point de vue avec des argumentaires bien solides. De toute les façons quand on fait des propositions avec des arguments bien solides et très pertinents, elles battent en brèche les fallacieuses.

  • Les BURKINABE ! Trop souvent, surtout avec les différents régimes, certains passent leur temps à vouloir défendre le régime en place en laissant croire à du n’importe quoi. L’activité des commerçants contre les syndicats n’est pas une chose nouvelle. C’est du déjà vu et peut être l’instigateur de cette marche des commerçants est le même. Question d’habitude avec ce dernier. Seulement, il se peut que la nouvelle donne ne lui permette plus de lever des milices avec gourdins. Qui se rappelle du point indiciaire a 1919 et des avancements sans incidence financière dans les années 90 ? A qui devons nous cette situation ? Et voila que le même après avoir changer de statut veut d’une certaine manière la même chose. N’aller pas à cette foire de dupe sinon vous allez le regretter.

    Et aussi de la braderie du maigre tissu économique du pays le quel maigre tissu SANKARA avait essayé de remettre sur les rails par les diverses contributions exigées des travailleurs en son temps ? Qui ne se rappelle pas que demander des comptes sur ses différentes contributions sous Blaise et ses amis les plus en vue d’hier était considéré comme de la subversion comme aujourd’hui. Et qui à oublier l’acteur qui a permis la désarticulation du service public de l’éducation en clochardisant les enseignants ? Et qui ne se souvient pas du rapport du collège des sages sur l’audit à faire concernant une institution gérée en son temps par un des puissant du jour ? La liste est longue…

    En plus ceux qui sont là ont l’habitude lorsqu’ils veulent faire passer une de leur connerie, réunir des personnes et adopter des mesures et faire croire aux caractères soit disant adopter ‘’démocratiquement’’ (réforme du système éducatif, RGAP, suppression des bourse, adoption du PAS…). Face à ce passif dans la duperie des travailleurs, je pense que les syndicats ne doivent pas se laisser berner encore et encore par des gens qui n’ont de patriotisme que leur intérêt. On dit la sorcière oublie, mais pas la mère de la victime.

  • Si vous voulez faite des COUCHE-IN et laissez les SIT-IN car sans vous le Burkina-Faso avancera surement. Ci-dessous une proposition.
    1- Le Total General des FC doit etre reparti a tout les agents publique de L’Etat suivant des pourcentages alloués a chaque ministere. Par exemple : 25% des FC au finance, 10% aux personnel soignants, 10% a l’armee, 10% aux enseignants, etc et 10% pour la subvention de l’assurance santé des agents publiques.
    2-Faire une conference nationale avec les commercants afin de cadrer les marges beneficiares acceptables. Par exemple : Un commercant ne doit faire comme benefice plus de 30% du cout d’achat de sa marchandise.
    3- Fixer les cout de scolarité par rapport au standing et a la qualité d’enseignement des lycee privees. Ne plus laisser chaque fondateur imposer des frais de scolarité selon ses humeurs.
    C’est nous et nous seul qui pouvons rendre la vie facile ou difficile. C’est a nous de decider.
    4-Diminuer les impots et taxes des entreprises qui emploient beaucoup afin de promouvoir les recrutements dans les entreprises privees.

  • Je pense que la coalisition des syndicats de la fonction publique (quelques syndicats) devrait participer à cette conférence si toutes fois elle a des argruments solides pour defendre les avantages et autres soit disant acquis frauduleusement conclus avec les gouvernements successifs.

    Vive l’équité et la justice entre fonctionnaire !
    A bas le pillage sauvage et organisé du dernier public !

  • Je félicite les syndicats de la Magistrature qui ont décidé de prendre part à la conférence.
    Sachant que les avantages accordés aux magistrats ont été le déclenheur de la surenchère syndicale, j’invite les magistrats à avoir un sens patriotique élévé et à accepter faire des concessions pour inscrire leurs noms et celui de la Magistrature en lettre d’or dans l’histoire du Burkina.

  • Bjr. C’est qui celui-là ? Est-il vraiment un fonctionnaire ? Si oui, c’est dommage parce qu’il ne possède pas un esprit critique pour faire une bonne analyse d’une problématique. Je suis sûr qu’il ne pouvait pas gagner sa vie dans le privé. Dans le privé, on ne grève pas à cause du montant d’une rémunération, non ! On fait des grincements de dents pour demander la régularité de la rémunération. Si l’employeur continue d’une sourde oreille, nous demissionnons pour partir ailleurs ou pour créer notre propre affaire. C’est ça le privé burkinabé. Bonne chance nous tous !

  • frère j’aime mon pays salut à toi. Quelle belle proposition ! pourquoi pas % équitable si l’on se bat pour son peuple

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.