Sommet des jeunes leaders des Nations unies : Illégal, selon des membres de la Conférence des Présidents

LETTRE

Publié le lundi 14 mai 2018

Sommet des jeunes leaders des Nations unies : Illégal, selon des membres de la Conférence des Présidents

Ceci est une lettre ouverte du Réseau des organisations de jeunesse africaine leaders des Nations Unies pour l’atteinte des ODD (ROJALNU- ODD/Afrique) adressée au président du Faso. Dans cette correspondance, le réseau dénonce les agissements de Dakiri Sawadogo, ancien secrétaire exécutif du ROJALNU, et demande l’annulation du sommet convoqué à Ouagadougou, du 21 au 25 mai 2018, au nom du ROJALNU- ODD/Afrique.

La Conférence des Présidents du ROJALNU- ODD/Afrique

A
LA TRES HAUTE ATTENTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR ROCH MARC CHRISTIAN KABORE, PRESIDENT DU FASO – PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES OUAGADOUGOU BURKINA FASO

Objet : Lettre Ouverte du ROJALNU- ODD/Afrique

Excellence Monsieur le Président du Faso,

Nous voudrions, au nom de la jeunesse africaine, vous adresser nos compliments pour votre leadership et votre engagement pour le développement durable et vous prions de bien vouloir recevoir la présente lettre ouverte au nom de tous les Présidents des Bureaux ROJALNU légalement constitués et réunis au sein de la Conférence des Présidents du ROJALNU- ODD/Afrique, la plus haute instance de notre organisation : En 2012, la jeunesse africaine, réunie au 3ème Sommet Panafricain des Jeunes Leaders des Nations Unies à Ouagadougou, a porté son choix sur le pays des hommes intègres de Thomas SANKARA, pour abriter le siège du ROJALNU-ODD/ Afrique au Burkina.

Nous croyons en l’hospitalité et à l’intégrité du Burkina Faso et des Burkinabé. En 2015, après de nombreuses missions de plaidoyer à Ouagadougou et dans les autres pays effectuées par le ROJALNU- ODD/Afrique et le Président d’Honneur Dr Djibril DIALLO, le Gouvernement du Burkina a signé un accord de siège avec notre Organisation. Par cet acte, le pays des hommes intègres venait de confirmer tout le bien qu’on pensait de lui en prenant la responsabilité d’être l’hôte de toute la jeunesse africaine aussi dynamique que diverse. Le 10 novembre 2016, le siège du ROJALNU- ODD/Afrique fut inauguré à Ouagadougou au cours duquel, la Charte du ROJALNU- ODD/Afrique a été adoptée par 15 pays dont le Burkina Faso afin d’asseoir au sein de notre organisation une gouvernance équitable, transparente, inclusive et efficace au service de la jeunesse africaine à travers un Secrétariat Général qui englobe les entités politique et technique du ROJALNU- Afrique.

C’est cette disposition qui est contestée par Monsieur Dakiri SAWADOGO, ancien Secrétaire Exécutif du ROJALNU qui use de toutes les subterfuges pour entraver les activités du ROJALNU- ODD/ Afrique auprès des partenaires, des autorités burkinabé en entretenant la confusion et en présentant une image contraire à la vision "d’unité dans l’action" des Présidents du ROJALNU- Afrique.

Pour rappel, c’est bien Monsieur Dakiri SAWADOGO qui a sollicité en personne les services du consultant Burkinabé Amaria Salia Issoufou, Directeur du Cabinet de Consultation JEXPERT International pour l’élaboration des documents stratégiques du ROJALNU (Charte – plan stratégique etc) ayant été adoptés suite à des échanges démocratique, ouvert et transparent entre nos membres. Au regard de cette situation, le Secrétaire Général du ROJALNU- ODD/Afrique Monsieur Alioune GUEYE a effectué en 2017, trois (03) missions de conciliation, d’échanges et d’information à Ouagadougou auprès de Dakiri SAWADOGO sur la situation et auprès des autorités du Burkina notamment le Ministère en charge de la jeunesse afin de ramener la quiétude et la sérénité au sein de l’Organisation.

Dans cette même perspective, le Président d’Honneur du ROJALNU- ODD/ Afrique a organisé une médiation à Dakar au Sénégal en novembre 2017 et a rendu public l’accord obtenu en mars 2018. Lequel accord stipule :

1- Le Maintien de la Charte adoptée à Ouagadougou,
2- La nomination de Dakiri SAWADOGO comme administrateur du siège
3- La vérification de la Charte avec les lois du Burkina Faso
4- L’organisation du 6ème Sommet Panafricain du 03 au 05 septembre 2018 à Banjul en Gambie au cours duquel une assemblée générale inclusive sera convoquée pour adopter un texte consensuel et décider des orientations du ROJALNU- ODD/Afrique.

Contre toute attente et dans une grande précipitation, Monsieur Dakiri SAWADOGO a convoqué seul un sommet à OUAGADOUGOU sans mandat de qui que ce soit et a amené le Ministère en charge de la jeunesse du Burkina Faso à faire une communication orale en conseil des Ministres le 11 Avril 2018 et à écrire aux partenaires pour soutenir son sommet sans que celui-ci ne soit légalement et officiellement saisi par les instances habilitées du ROJALNUODD/Afrique notamment le premier responsable qui est le Secrétaire Général.

Face à cette situation, Nous, membres de la Conférence des Présidents du ROJALNUODD/Afrique :

1- Nous démarquons du Sommet illégal convoqué à Ouagadougou au nom du ROJALNU- ODD/Afrique du 21 au 25 Mai 2018 et demandons son ANNULATION ;

2- Attirons l’attention du Gouvernement du Burkina Faso des conséquences qui découleraient de la tenue d’un tel Sommet sur son sol dont l’unique but est de diviser la jeunesse africaine ;

3- Nous inscrivons dans les conclusions de la médiation menée par le Président d’Honneur Dr Djibril DIALLO dont l’un des points est la convocation d’une Assemblée Générale inclusive en marge du 6ème Sommet de Banjul en Gambie ;

4- Demandons la restitution des clés du siège du ROJALNU- ODD/Afrique conformément à l’accord de siège, illégalement détenues par Dakiri SAWADOGO.

5- Demandons auprès de Son Excellence Monsieur le Président du Faso une audience en vue d’échanger de vive voix sur cette urgente question.

En vous en souhaitant bonne réception, nous vous prions de recevoir, Président du Faso, l’expression de notre très haute considération

Messages

  • Tant qu’on n’écoutera pas la version de Dakiri Sawadogo on ne peut faire un jugement sur cette affaire. Sans entrer dans le fond je sais qu’un individu seul ne peut pas convoquer un sommet et je vois ici une rivalité entre individu pour le contrôle de cette institution.

  • Cette chose "jeunes leaders des Nations unies" est un machin créé par des hommes et des organisations sans visages visant en la crédibilisant de créer des contres pouvoir en Afrique.
    Qui vous connait ?
    Pourquoi voulez vous parler au nom de tous si personne ne vous connait si non ceux là qui vous ont créé et leurs autres suiveurs financés ?
    Qui vous a voté pour que vous puissiez parler à son nom ?
    Y en a marre ! On aura vu tous les types de vendus sur ce continent.

  • J’ai été trompé par ce vendeur d’illusion qui n’est autre que Dakiri Sawadogo. Hier il était avec le régime des Compaorés aujourd’hui il soutient son parent le Dirceteur de cabinet du Président du Faso El Hadj Seydou Zagré. Vraiment c’est du lourd

  • C’est le ROJALNU- ODD/Afrique qui a créé son problème et la confusion en nommant Dakiri SAWADOGO comme administrateur du siège. Comme le dit l’internaute Tramazol on a l’impression qu’il s’agit "dune rivalité entre individu pour le contrôle de cette institution".

  • A ce que je sache, c’est Dakiri seul qui a bataillé auprès des Ministères en charge de la Jeunesse et des Affaires Etrangères pour la signature de cet Accord de siège. C’est donc des histoires de dire que ce sont les missions d’un quelconque acteur qui ont conduit à sa signature. Du reste, sachez que le Sénégal convoitait également le siège de ROJALNU et a travaillé à cela mais le Burkina avec le leadership de Dakiri a devancé ce pays. Chacun a donc sa version de l’histoire. Pour le reste, je ne sais pas ce que ça retourne.

  • Tout ceci est de la faute du Président du Faso qui parraine n’importe quel activité et recoit n’importe qui au siège du pouvoir. Sinon comment pour une simple affaire de mésentente entre membres d’une OSC méconnue, on vous adresse une lettre ouverte pour vous mettre en garde.
    J’apprécie que vous soyez un président accessible. Mais restez dans la mesure. Sinon vous détruisez la fonction présidentielle sans le savoir. Le Burkina vous survivra comme à vos prédécesseurs. Ne le laisser en ruine.
    Je pense humblement que vos collaborateurs (DIRCAB et Directeur du Protocole d’Etat) sont très légers dans la gestion de votre agenda. Il faut mettre de l’ordre et rapidement.

  • c’est une secte comme la jeune chambre internationale JCI. faites attention a ces genres d’organistions

  • Justement, on vous voit aujourd’hui beaucoup plus sur le plan africain et international avec le ROJALNU. Que devient votre association de base qui est l’ATJUB ?

    L’Association trait d’union des jeunes Burkinabè (ATJUB) a été créée dans les années 1999 avec l’appui de nombreuses personnalités qui ont compris que nous sommes des jeunes dynamiques mais qui ont besoin de soutien. Et pour cela, je voudrais, au passage, saluer Mme Séraphine Solange Ouédraogo, qui était à l’époque maire de l’arrondissement de Boulmiougou et M. Joseph André Tiendrebéogo, qui ont été un soutien fort pour l’ATJUB.
    Notre association intervient au niveau des jeunes en difficulté, notamment les enfants de la rue, les enfants en conflit avec leurs familles ou avec la loi. C’est pourquoi nous recevons des enfants venant de l’Action sociale, de la Justice, de la mairie. Ce sont des enfants pour lesquels il faut prévoir des initiatives de réinsertion sociale. A mon niveau, je continue en tant que président du conseil d’administration à orienter l’équipe qui est là sans être trop indispensable.
    Votre dernier mot ?
    Mon dernier mot, c’est d’inviter la jeunesse burkinabè et africaine à croire en ses chances. On peut avoir des jugements divers mais ce qui est important, c’est de poser des actes. Et, il est évident que lorsqu’on pose des actes en étant positif, il n’y a pas de raison qu’à un moment ou à un autre, on n’ait pas de soutien. Je voudrais terminer en remerciant notre parrain, le conseiller François Compaoré, et tous nos partenaires techniques et financiers qui continuent de nous soutenir. Nous sommes en train de faire un plaidoyer pour que le gouvernement crée un cadre qui permette d’accompagner les mouvements associatifs, de sorte à rendre leurs actions plus visibles

  • demander à Alioune Gueye si le rojalnu lui appartient et que ce ne sont pas des jeunes qui ont commencé et qui ont la volonté de le proposé alioune ne faisait pas partie des jeunes leaders sélectionnés dans nos différents pays par le système des nations unies lorsque la dynamique a commencé, les jeunes lui font confiance depuis 2009 il président le rojalnu quand même ce n’est pas sa royauté on lui demande de céder la présidence à d’autres pays est ce que c’est mauvais, si ce n’est de l’égoïsme pourquoi à plus de 40 ans tu veux te maintenir en créant un autre titre de SG parce que avec les textes du rojalnu il ne peut plus être président ; pourquoi vous voulez soutenir un tel acte, il ne s’agit pas de dakiri ni de alioune mais il s’agit de la vie du rojalnu et tous les jeunes de l’Afrique ont leur mot à dire et seul le Président du Faso qui était jeune et connait les jeunes veut bien aider cette institution dont le sacrifice des jeunes, des partenaires et même des autorités de tous les pays surtout du Burkina a servit à positionné ce réseau, nous n’allons pas laisser ce Alioune continuer de tromper les gens sans rien dire. merci

  • je tiens à vous informer que la Cote d’Ivoire n’a pas signé ce document de alioune gueye, ce simon pierre qui a signé n’est plus le président du rojalnu.ci depuis Mars 2017, c’est malsain car alioune n’a jamais rien fait pour la visibilité du rojalnu et il a toujours encourager la médiocrité et aime ceux qui peuvent le faire gagner de l’argent sur la tête des jeunes

  • Le sommet es annulé ? J avais pris mon billet qui rembourse les dégâts ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.