Journée internationale de l’infirmière 2018 : pour une mise en œuvre réussie de la gratuité des soins au Burkina

LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo

Publié le lundi 14 mai 2018

Journée internationale de l’infirmière 2018 : pour une mise en œuvre réussie de  la gratuité  des soins au Burkina

« La profession infirmière - Une voix faite pour diriger - La santé est un droit humain ». C’est le thème retenu pour la commémoration de la 53e Journée internationale de l’infirmière, célébrée le 12 mai de chaque année. Ce samedi 12 mai 2018, c’est la région du Centre qui a eu l’honneur d’abriter la commémoration de cette journée au Burkina Faso.

C’est dans le district sanitaire de Baskuy, précisément au Centre médical de Samandin, qu’a été célébrée cette journée en l’honneur de Florence Nightingale, une infirmière britannique, pionnière des soins infirmiers modernes, qui s’est beaucoup illustrée dans la valorisation de la fonction infirmière. Et depuis 1965, sa date d’anniversaire de naissance a été retenue pour magnifier les nobles actes accomplis par les infirmières et infirmiers du monde. « C’est une infirmière hors du commun qui a laissé un héritage considérable à la profession. Elle a voué toute sa vie aux soins des malades et est devenue le fer de lance des reformes importantes, en établissant des statistiques pour dénoncer les conditions de vie des malades dans les hôpitaux. C’est un modèle à suivre », a rappelé Pascal Tindano, président du Conseil régional de l’Ordre des infirmiers du Centre.

« Sans vous, il n’y a pas de soins »

Grand moment d’introspection et de projection, cette journée en l’honneur de la profession infirmière, est, selon Germain Bagré, président du noyau relai de Baskuy, un cadre de réflexion pour s’interroger sur les voies à adopter pour soulager les malades, mais également rendre meilleure la profession. À cet effet, la député Maïmouna Ouédraogo, marraine de la présente journée, a tenu à rappeler aux infirmiers leur place dans le système de santé. « Vous êtes une pierre angulaire dans la prise en charge des malades. Sans vous, il n’y a pas de traitement », a-t-elle souligné.

Conscients du rôle incontournable qu’ils jouent dans la prise en charge des malades, les infirmières et infirmiers du Burkina, notamment ceux de la région du Centre, ont, au cours de cette journée, également réfléchi sur le rôle et la place de l’infirmier dans la mise en œuvre de la gratuité des soins au Burkina. C’est ainsi qu’en plus du thème central, le Conseil régional de l’Ordre des infirmiers du Centre s’est planché sur les difficultés liées à l’accès aux soins, le rôle que doivent jouer les infirmiers pour la réussite de la stratégie au profit des femmes enceintes et des enfants de 0 à 5 ans.

JPEG - 64.4 ko
Pasacal Tindano, président du Conseil régional de l’odre des infirmiers du Centre

« Les infirmiers constituent les professionnels de santé les plus proches des populations. Nous devons donc mesurer la grandeur de nos responsabilités vis-à-vis des populations et du système de santé », a souligné le président du Conseil régional de l’Ordre des infirmiers du Centre, Pascal Tindano. Et puisque l’essence de leur profession réside dans le « prendre soin », Pascal Tindano a tenu à lancer un appel aux infirmiers : « Soyons humains avec tous ceux qui auront recours à nos services, travaillons avec douceur pour soulager les malades, respectons la dignité humaine, aimons nos malades ».

A l’occasion de la présente journée, les infirmiers ont bien voulu communier avec la population à travers plusieurs activités dont des prestations cliniques gratuites (don de sang, prise de tension, prise d’acuité visuelle). Cette Journée internationale de l’infirmière a été également ponctuée par des communications et la distinction de neuf agents de santé, notamment des membres du bureau de l’Ordre des infirmiers, qui ont œuvré pour la promotion des soins infirmiers. Notons que la présente journée a été coparrainée par des acteurs du secteur, notamment les députés Albert Bénao, Maïmouna Ouédraogo et Segnogo Ouédraogo.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • La profession infirmière - une voix faites pour diriger- La santé est un droit humain. Ah Bon, Il fallait dire que la santé est un droit humain dans les autres pays sauf au Burkina Faso. Si ma mémoire est bonne lorsque le syndicat de la santé le SYNTSHA voulait avoir gain de cause dans ses revendications, il lancé un mot d’ordre de grève de trois jours sans service minimum. Combien de gens sont morts ? Par finir le pouvoir du MPP a cédé aux revendications de ce syndicat (augmentation indiciaire de 20%, augmentation de l’indemnité de garde.....)Cela à travers la fonction publique hospitalière mais en réalité qu’est ce que la population a gagné en retour,rien.Car récemment on a parler de service fermé à Yalagado. On aurait compris que après avoir sacrifié la vie des populations les services fonctionnent à merveille mais malheureusement ce n’est pas le cas.

  • Merci pour la production. Mais il faut juste corriger que cette célébration est régionale et non nationale comme le laisse penser l’article. Courage aux infirmiers et infirmières du Burkina. Suivez l’exemple de votre mentor Florence Nightingale pour la satisfaction des besoins des clients

  • Nos vibrants hommages aux organisateurs et à tous les infirmiers. Courage à nous tous pour la suite du combat !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.