FESPACO 2005 : Un maquisard de l’ANC sur le podium

Publié le mardi 8 mars 2005

FESPACO 2005 : Un maquisard de l’ANC sur le podium

C’est fini pour le FESPACO 2005 avec le sacre le samedi 5 mars au stade du 4-Août du réalisateur sud-africain Maseko Zola comme Etalon d’or de Yennenga. Son œuvre « Drum », a reçu l’onction du jury officiel long métrage, présidé par l’Etalon d’or 1973, le Marocain, Souheil Benbarka.

Celui qui a été élu Etalon d’or 2005 n’est autre qu’un ex-maquisard. En effet, Maseko Zola a été un militant de la branche armée de l’African national Congress (ANC).

Poing levé tel un révolutionnaire, le réalisateur sud-africain n’avait rien perdu de sa vivacité lorsqu’il se dirigeait vers le podium, où il a reçu le trophée le plus convoité du festival des mains du président du Faso, Blaise Compaoré. La joie animait le compatriote de Nelson Mandela, qui a eu ces termes : « Merci pour l’honneur et la reconnaissance manifestés à l’endroit du cinéma africain à travers le choix de mon œuvre, « Drum », comme Etalon d’or. Je suis content et dépassé... ». En effet, c’est une première pour l’Afrique du Sud d’inscrire son nom au palmarès officiel du FESPACO.

Maseko Zola a fait des études de cinéma à Beaconsfield en Grande- Bretagne. Il s’est surtout spécialisé en documentaires. Il a réalisé « Dear sunshine » en 1992 et « Scenes from exile ». Quant à son œuvre primée, « Drum », il y est question d’un grand journaliste d’investigation d’un magazine sud-africain, « Drum », qui enquête sur les conditions effroyables des travailleurs agricoles dans le Transvaal. Il se fait employer dans une ferme où le traitement des travailleurs n’est guère différent de l’esclavage. Plus tard, il se fait arrêter et jeter en prison afin de pouvoir témoigner des conditions difficiles vécue par les prisonniers. Dès lors son journal devient insupportable pour le gouvernement et doit disparaître...

Rendez-vous du 24 février au 3 mars 2007 pour la prochaine édition

Le film « Drum », qui est basé sur une histoire vraie, donne un écho de la lutte dans les années 1950 contre le régime d’apartheid. Et l’auteur de l’œuvre est on ne peut mieux placé pour traiter de ce sujet. L’œuvre de Maseko Zola est en anglais sans être sous-titrée en français ; on ne saurait lui nier ses belles images et son message engagé, mais lorsqu’on parle de professionnalisation, on devrait également insister pour que tous les films en anglais soient sous-titrés en français et vice versa.

Les Etalons d’argent et de bronze sont revenus respectivement aux réalisateurs marocain Hassan Benjelloun, et burkinabè Daniel Kollo Sanou, pour leurs œuvres respectives « La chambre noire » et « Tasuma (le feu) ». Le prix du public a également été attribué à « Tasuma ». Le Poulain d’or de Yennenga dans la section courts métrages a été remporté par « L’autre mal » de Tahirou Tasséré Ouédraogo, petit frère du réalisateur émérite Idrissa Ouédraogo. Quant au Poulain d’argent du même nom, il est revenu au Guinéen Cheick Fantamady Camara pour son court métrage « Be Kunko ».

Ce festival a été celui du jeune réalisateur burkinabè Rasmané Ganemtoré : outre le Poulain de bronze de Yennenga, son film « Safi, la petite mère » a raflé plus de 30 millions de FCFA au titre des prix spéciaux (Voir palmarès officiel et prix spéciaux). Dès que les lampions de la 19e édition se sont éteints, le délégué général du festival, Baba Hama, a annoncé la tenue du prochain FESPACO pour la période du 24 février au 3 mars 2007.

Cyr Payim Ouédraogo D. Evariste Ouédraogo Hamidou Ouédraogo
Observateur Paalga

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.